Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le travail

de : Mengneau Michel
mercredi 27 janvier 2010 - 18h13 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 51.7 ko

de Michel MENGNEAU

« C’est Fourier seul – Marx et Engels l’ont eux-mêmes reconnu – qui a fait voir le premier la différence qualitative qu’il y a entre la société libre et la société non libre, et qui n’a pas eu crainte – alors que Marx l’a eue en partie – de parler d’une société possible dans laquelle le travail deviendrait jeu. Une société dans laquelle le travail – même le travail socialement nécessaire – s’organiserait en accord avec les aspirations libérées, les besoins instinctifs, les inclinations spontanées de l’homme. » (Herbert Marcuse)

Sans aller jusqu’à ce que le travail soit jeu à proprement parler, quoique cette notion soit en elle-même la plus séduisante, on peut concevoir qu’il soit pour chaque individu en accord avec ses aspirations profondes ou ses capacités voulues, ce qui devrait être l’espérance de chacun. En même temps celui-ci devrait être aussi une sorte de monnaie d’échange. Une monnaie différente, alors « monnaie de consommation » (André Gorz) correspondant à la valeur de la fabrication marchande ainsi produite par le travail. Il est évident que cette valeur d’échange ne serrait pas tributaire du marché puisque établie avant qu’elle devienne véritablement une marchandise mise en concurrence.

Comme on le voit on repousse alors la notion de marché hors de la valeur estimable du travail. Cela va sans conteste en opposition au principe capitaliste qui considère le travail comme une variable d’ajustement du capital. Capital tirant ses bénéfices de l’évolution des marchés ou la quantité et la valeur horaire du travail rémunéré seront alors réduit au minimum pour avoir une marge nécessairement plus élevé. En fait, si les matières premières sont incontournables en quantité dans la fabrication, le travail lui sera variable en fonction de la rentabilité voulue de la production.

Donc, dans ce genre de raisonnement, il n’est aucunement mis en avant les aspirations de l’humain, la seul productivité de l’entreprise comptant, on considère alors que le centre de l’existence est celle-ci, par conséquence le travail productif devient l’unique moteur sociétal de l’individu. Conséquence qui aliène l’homme à la rentabilité et ne permet la reconnaissance social quand fonction du travail. D’ailleurs ce n’est plus la qualité de l’œuvre accompli qui compte, mais le rang obtenu dans l’entreprise par la rentabilité apporté au service de son expansion, le meilleur qui aura valorisé le capital de l’actionnariat

On connaît alors les excès de ce principe, esclavagisme moderne, obsession de la rentabilité, formatage de l’individu pour le travail devenu la centralité de l’existence. Centralité dont on connaît les ravages, perte de confiance envers lui-même de l’individu, le stress ou autres symptômes de fatigue intellectuelle et morale, quand cela ne conduit pas à certaines extrémités irréversible. Cause de l’aliénation par le travail que l’on n’aurait pas s’il était jeu

C’est pourquoi il faut sortir de la logique marchande et de la société ne privilégiant que les biens. Une humanité ou les liens seront le moteur des relations humaines ne pourra donc se faire que hors le capitalisme, c’est en redonnant au travail sa véritable quintessence, celle des échanges ce qui conduira nécessairement à moins de travail ou du moins celui-ci sera sorti, de fait, du concept de rentabilité au service du capital, ce n’est que dans ces conditions que l’on redonnera à l’homme sa dignité et sa liberté…

Le slogan, « travailler plus pour gagner plus » que l’on doit à l’un des plus virulents serviteurs du capitalisme est donc une nouvelle aliénation pour servir les intérêts d’une oligarchie. Une opposition forte à ce genre de concept remettra le travail à sa juste valeur !

« Mettre la production au service de l’épanouissement au lieu de mettre ceux-ci au service de la production……, nous avons à nous libérer de la production et pas seulement dans la production. Jean-Marie Vincent »

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le travail
27 janvier 2010 - 23h12 - Posté par Pierro

Je pense que c’est la sacro-sainte notion de "travailler pour gagner sa vie" qui doit être mise au placard, le travail devenant alors la part que chacun apporterait à la collectivité, en charge à celle-ci de pourvoir aux besoins de tous. La propriété et l’accumulation ne seraient alors plus d’aucun intérêt, le travail retrouverait sa noblesse dans le plaisir. Vive le jeu, vive la joie.



Le travail
28 janvier 2010 - 07h59

Une piste pratiquable :

Sortir du capitalisme

Par Jean Zin le Mardi, 26 janvier 2010, 23:30

http://jeanzin.fr/index.php?post/20...



Le travail
28 janvier 2010 - 15h06

La solution le plus simple qui soit, est de supprimer la possibilité de gagner de l’argent avec la monnaie, c’est-à-dire, d’interdire purement et simplement la spéculation, l’usure, l’intérêt, le crédit sur le crédit. De fait, si nous conservons le salaire (la transformation de l’activité vitale humaine en marchandise), celui-ci ne représentera plus que
 une équivalence
 un contrat
et le tout discuté, car si l’acheteur (en resterait-il dans ce cas là ?) se verrait confronté au vendeur de "sa force de travail", le vendeur n’a PLUS tant besoin de monnaie qu’auparavant pour vivre, puisque, on le sait, entre 2 et 8% de ce que ce salarié crée produit entre 98 et 92% de l’argent fictif, issu du crédit sur le crédit, l’usure, etc.

Ensuite c’est de ne produire cet argent QUE selon les besoins de production : l’argent DOIT équivaloir à SA réalisation DANS une production réelle, tangible : une route, un fromage, une école, le temps passé par un médecin à soigner des malades. C’est dans cette seule MESURE que l’argent doit être créé. Et cela ne peut être qu’en un retour à la prérogative de l’État, ou une organisation ad hoc, que de CRÉER cet argent, et non pas aux banques, comme aujourd’hui, par le crédit sur réserve de banque (le crédit sur le crédit sur le crédit sur le crédit : voir un résumé dans "L’argent dette").

Et, finalement, se pencher sérieusement sur la relation immédiate entre l’angoisse liée à la sexuation et sa satisfaction et l’accaparement monétaire de la vitalité de l’autre ou la propension de combler cette angoisse par l’acquisition morbide, compulsive ou cupide.

Alors on pourra peut-être s’en sortir, si on en a le temps, car tout pourri à une vitesse démentielle !



Le travail
28 janvier 2010 - 15h35 - Posté par leon

au sujet de la monnaie allez donc voir sur : liberonslamonnaie.blogspot.com


Le travail
28 janvier 2010 - 19h30 - Posté par

Et la propriété privé aussi. Cordialement Alain 04


Le travail
31 janvier 2010 - 05h30 - Posté par rhupso

Mais si on supprime la propriété privée c est l Etat qui va posséder mon outil de travail et ce sera au mieux comme en Allemagne de l Est et au pire comme en Corée du Nord !!!!
Est ce cela le paradis ?







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite