Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Régionales, comment ça marche !

de : MENGNEAU Michel
jeudi 24 décembre 2009 - 09h08 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 120.9 ko

de Michel MENGNEAU

Sans en avoir l’air, la campagne électorale pour les élections régionales est lancée. Les diverses formations politiques, voire les associations, sont sur le pied de guerre cherchant des solutions pour convaincre le chaland. Je dis bien le « chaland » car la politique spectacle commence à battre son plein.

En effet, j’ai entendu récemment un journaliste insister lourdement pour connaître la date de la formation d’une liste et surtout les noms, les noms, vite ! On sent toute suite la personnalisation de la politique au détriment du débat d’idées amené par un collectif qui devrait supplanter, dans toute bonne démocratie, la propension forte donnée au culte de la personnalité. Comme ce syndrome est devenue monnaie courante, on en connaît les résultats : un autocrate à la tête de l’Etat Français ; personnage à l’égo surdimensionné astiquant son image de marque pour le seul service d’une oligarchie !

Par contre, le journaliste en question qui ne semble pas connaître ce qu’est la véritable information a complètement oublié de spécifier comment étaient élus les conseillés régionaux et qu’elles étaient les compétences des régions, apparemment cela importe peu, même si beaucoup de gens ignorent souvent comment ça fonctionne !

A titre indicatif on peut dire qu’il y a un peu plus de 1600 conseillers régionaux élus pour 6ans, pour la seule métropole. Cet « à peu près » vient du fait que le législateur a estimé, par exemple en 2004, qu’il y en aurait un peu moins de candidats dans certains départements que lors de l’élection précédente, d’où des modifications qui ne sont à l’évidence pas pérennes. L’Outre-mer n’échappe pas aux conseils régionaux, en toute logique, Guadeloupe, Guyane Martinique, Réunion ont aussi leurs assemblées propres.

Pour ces élections, au premier tour sont constituées des listes départementales avec un nombre différent de candidats par département ; ceci étant déterminé par des critères électoraux dans lesquels la démographie départementale entre en bonne part. Par conséquences, les listes sont régionales mais constituées d’autant de sections qu’il y a de départements dans la région.

 Sans s’attarder sur la concrétisation des résultats au premier tour on peut néanmoins en schématiser le fonctionnement en disant que l’élection est acquise au premier tour de scrutin, si une liste recueille la majorité absolue des suffrages exprimés.

 Mais le cas le plus courant veut qu’il y ait un second tour, et il est alors attribué à la liste qui a obtenu le plus de voix dans la région un nombre de sièges égal au quart du nombre des sièges à pourvoir, arrondi à l’entier supérieur.

 En cas d’égalité de suffrages entre les listes arrivées en tête, ces sièges sont attribués à la liste dont les candidats ont la moyenne d’âge la plus élevée.

 Cette attribution opérée, les autres sièges sont répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne. Toutefois, les listes qui n’ont pas obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés ne sont pas admises à la répartition des sièges.

 Les sièges attribués à chaque liste sont répartis entre les sections départementales qui la composent au prorata des voix obtenues par la liste dans chaque département. Cette attribution opérée, les sièges restant à attribuer sont répartis entre les sections départementales selon la règle de la plus forte moyenne, et les sièges seront attribués en fonction de la place sur la liste.

 En cas de problèmes, décès, etc., le siège est à nouveau pourvu par le candidat venant sur une liste immédiatement après le dernier élu dans la même section départementale.

Sitôt après les élections tout ce joli monde va désigner le président, les vice-présidents, les commissions, etc. On peut aussi noter que les rétributions mensuels des conseillers vont de 1477,24 euros (-1 million d’habitants) à 2585,17euros (+3 million d’habitants)…

Mais que vont-ils donc faire une fois élus ? Du moins, quels sont les domaines où s’exercent leurs compétences ?

On va commencer par le développement économique considéré comme le domaine d’intervention principal des régions. En clair, c’est surtout une aide aux entreprises qui est le point d’achoppement de ce pôle d’intérêt. Ceci étant consigné dans le cahier du schéma régional de développement économique, avec de surcroit le corolaire qui veut que l’accent soit mis sur l’attractivité du territoire en question.

Ensuite vient l’aménagement du territoire. Appelé développement durable, les besoins d’équipement, d’infrastructures, etc., sont répertoriés dans un nouveau schéma : le SRADT. Parallèlement, le SRIT donne les orientations des transports régionaux, les options pour la route, le rail, ou l’air. Vaste programme et particulièrement intéressant car il conditionne en grande partie comment on veut organiser une région.

Et pour finir, la formation professionnelle et la culture. Compétences importantes pour l’enseignement secondaire puisque la région construit et entretient les Lycées. De surcroit, elle chapote les agents territoriaux occupés à l’administration, entretien et la restauration dans les lycées. On peut dire aussi qu’elle a compétence pour le soutient à la recherche et l’enseignement supérieur. Sans oublier les prises de position régionales pour la formation professionnelle, rentrant dans la même catégorie on peut aussi inclure l’apprentissage.

Pour mémoire, on notera aussi une extension des compétences en 2004 puisque l’accès à la santé pour tous devrait être l’une des prérogatives des régions, accompagné de la gratuité des formations sanitaires et sociales, et n’oublions pas le logement pourtant particulièrement délaissé !

Ce tout d’horizon nous permet de constater que les compétences des régions sont importantes et que le choix politique s’avère déterminant pour leurs évolutions. En effet, on peut constater pour ces prérogatives que l’accent est particulièrement mis sur l’aspect économique, économie inféodée aux marchés pour gérer et aménager les régions. Donc, il s’agit bien de la gestion capitaliste avec une aide primordiale aux entreprises et un pôle d’attractivité qui met en compétition les territoires régionaux. Un leitmotiv incontournable pour les capitalistes, une sorte de course à la croissance expansionniste pour un prétendu « mieux-être » consumériste au détriment d’un « bien-être » pour lequel seraient privilégiés les liens et le partage.

L’exemple le plus représentatif, le symbole en quelque sorte, de cette obsession de croissance dévastatrice, c’est le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes à proximité de Nantes. Cette entrée bocageuse dans la Bretagne profonde n’est pourtant pas dénuée de charme, et l’on voudrait bétonner 1200 hectares de terres cultivables pour donner à Nantes la soi-disant attractivité d’une métropole européenne. Pour la gloriole d’un président de région socialiste on va faire de cette cité une sorte de pieuvre tentaculaire grignotant l’espace rurale, alors que justement, avec une politique sensée on aurait favorisé le logement social afin de repeupler des campagnes se désertifiant. En relocalisant cela aurait aussi l’avantage de pouvoir créer de petites unités de fabrication -dans la mesure du possible autogérées- qui en redonnant de l’emploi local -par conséquence, moins de transport- permettrait de ne plus subir le diktat des grandes multinationales.

Comme on le voit, il s’agit bien là d’une volonté politique et qui doit se concrétiser par une lutte sans concession contre le capitaliste, ce qui exclut naturellement les Socialistes et Europe écologie qui ont géré les régions exactement comme l’aurait fait l’UMP ou le Modem. Ceux qui veulent s’unir avec c’est gens là ou participer à des majorités, pour battre la droite comme c’est souvent dit, font fausse route. Les socialistes qui font une politique de droite n’ont qu’un désir c’est battre Sarkozy, alors que le peuple attend autre chose ; même s’il est détestable, Sarkozy n’est que le valet du capitalisme qui est, lui, le véritable enjeu…

Contrairement à ce que l’on voudrait souvent nous faire croire, si une lutte ponctuelle contre le chômage n’est pas complètement à écarter, il n’en reste pas moins que la seule solution est une restructuration complète de la société ; une rupture avec le capitalisme et son productivisme ; un changement dans le concept de productivité que l’on appellera plutôt une fabrication responsable car la technologie ira vers l’utile, le recyclable, le réparable et ne sera plus le moteur d’un consumérisme dévastateur.

Comme ce sont des notions qui font pas parties du programme des socialistes, des Verts, aucune alliance avec ces partis là ne sera profitable, j’irai même jusqu’à dire que cela pourrait même être préjudiciable pour les populations dans la mesure où il n’y aura pas d’opposition forte au partis capitalistes, les deux susnommés étant inclus dans le lot. En effet, on pourrait avoir quelques replâtrages ici ou là pour calmer la vindicte populaire, mais rien déficient sur le fond, si ce n’est que les Socialistes tendront de plus en plus à vouloir le bipartisme à l’américaine, ce qui finalement arrangera bien Sarkozy.

Ne cédons pas aux sirènes de l’électoralisme, il faut une vraie gauche d’opposition !

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Régionales, comment ça marche !
24 décembre 2009 - 10h31 - Posté par Mengneau Michel

Pour le nombre actuel de conseillés, j’avais compté 1631, mais je ne l’ai pas mis car, d’abord je n’ai pas recompté par fainéantise, et puis il m’a semblé y avoir une erreur dans les statistiques. De toute façon, il y en a un peu plus de 1600, c’est déjà pas mal...Ca pose d’ailleurs problème pour les petits partis car pour la Vendée par exemple il en faut 17, ce qui n’est pas évident !



Régionales, comment ça marche !
24 décembre 2009 - 18h51

Et au fait... c’est quand le Troisième Tour (et les autres ?!) pour si on vote pas "comme il faut" au goût de Sarko ???



Régionales, comment ça marche !
24 décembre 2009 - 19h25 - Posté par Mengneau Michel

C’est vrai que c’est la nouvelle mode est de revoter quand ça ne plait pas au pouvoir en place. Remarque très juste ! Mais le troisième tour c’est juste avant qu’il n’y ait plus de tour du tout, on sera alors en dictature, ce qui ne va pas tarder.


Régionales, comment ça marche !
26 décembre 2009 - 11h46 - Posté par

Non, non, Michel !!!

La "vraie face de la Dictature" à l’heure actuelle c’est de te contraindre à voter pour un maximum de listes et de programmes qui ménent toutes et tous au même résultat.

Et d’empêcher par la ruse ou la force l’émergence de toute autre alternative.

Sous peine, si tu ne vas pas "voter", d’être accusé d’être "complice" de ta propre mise en esclavage par la troupe des moutons

Le "fin du fin", et même la "Fin des Fins", dirais-je.

G.L.


Régionales, comment ça marche !
27 décembre 2009 - 09h48 - Posté par Mengneau Michel

L’un de mes copains Directeur de Collège m’a fait remarquer que la région n’avait pas compétence pour le personnel "administratif" des Lycées. Je suis allé sur le site du ministère et effectivement, malgré que ce ne soit pas citer comme cela, puisque sont désignés que ceux qui en fait sont gérés par les regions, donc ce personel là est exclus. Mais c’est tellement mal libellé que la confusion s’explique.



Régionales, comment ça marche !
28 décembre 2009 - 13h17 - Posté par Mengneau Michel

accompagné de la gratuité des formations sanitaires et sociales, et n’oublions pas le logement pourtant particulièrement délaissé !

A noter que pour la gratuité, les formations sociales, c’est sur demande et expérimentalement pour 4 ans. Le logement est quand à lui une action ponctuelle.



Régionales, comment ça marche !
28 décembre 2009 - 13h24 - Posté par Mengneau Michel

C’est encore mieux expliqué ici ! :

www.pcf.fr/spip.php ?article4279






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite