Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le sort de Cesare Battisti dans les mains du président Lula

de : bruno M
vendredi 20 novembre 2009 - 07h16 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 40 ko

de Jean-Pierre Langellier

Le sort de Cesare Battisti, l’ancien activiste italien d’extrême gauche sous le coup d’une peine de réclusion à perpétuité en Italie, est désormais entre les mains du président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva.

Par cinq voix contre quatre, la Cour suprême a autorisé, mercredi 18 novembre à Brasilia, l’extradition de M. Battisti vers l’Italie. Mais elle a décidé de laisser au chef de l’Etat le soin d’exécuter cette décision. Les avocats de M.Battisti, convaincus que le président Lula lui permettra de rester libre au Brésil, ont salué cette décision comme "une immense victoire".

Cesare Battisti a été condamné par contumace en Italie, en 1993, pour avoir commis ou préparé quatre homicides en 1978 et 1979 dont il s’est toujours proclamé innocent. Réfugié en 1990 en France, où il est devenu auteur de romans policiers, il s’est enfui au Brésil en 2004 pour échapper à une extradition, grâce à des faux papiers fournis, selon lui, par des agents secrets français.

Arrêté à Rio de Janeiro en mars 2007, il a été incarcéré dans une prison de Brasilia. En janvier 2009, le ministre brésilien de la justice, Tarso Genro, lui a octroyé le statut de réfugié politique, provoquant une crise diplomatique entre Rome et Brasilia. Le ministre a contredit ainsi l’avis défavorable formulé en novembre 2008 par le Comité national pour les réfugiés.

Le ministre s’est défendu d’avoir fait preuve de complaisance envers M.Battisti pour des raisons idéologiques. Il a mis en avant une jurisprudence datant de 2007, qui avait bénéficié à un ex-guérillero des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, extrême gauche). L’Italie a saisi la Cour suprême en demandant que M. Battisti soit extradé conformément au traité signé en 1989 entre les deux pays.

Après avoir suspendu deux fois ses débats, le 9 septembre et le 12 novembre, la Cour a donné son feu vert à l’extradition après avoir écouté son président, Gilmar Mendes, favorable à cette mesure.

TRENTE ANS DE PRISON

Faisant siens les arguments que le juge rapporteur, Cezar Peluso, avait mis en avant en septembre, le président a nié le caractère politique des "crimes de sang prémédités" imputés à M. Battisti. "Sinon, a-t-il souligné, on pourrait arriver à avoir des cas de viols, de pédophilie ou de torture traités comme des crimes politiques." La loi brésilienne interdit l’extradition d’un condamné pour raisons politiques.

La Cour n’attache à sa décision qu’une seule condition, déjà acceptée par l’Italie : la réclusion perpétuelle qui frappe M. Battisti devra être convertie en une peine de trente ans de prison, conformément à la législation brésilienne.

Ayant rendu son premier verdict, le tribunal a ensuite abordé son deuxième débat, sur une question encore plus décisive : le président Lula est-il ou non légalement contraint de suivre l’avis des juges ? Pour le président et le rapporteur de la Cour, le traité d’extradition oblige le chef de l’Etat à respecter leur décision. Faire autrement serait un "délit international".

Pour leurs adversaires, "la procédure d’extradition commence et s’achève avec l’exécutif", "le président de la République a le dernier mot", "la décision d’extrader un étranger est de son domaine exclusif et discrétionnaire". C’est cette thèse qui l’a emporté de justesse au terme d’un vigoureux débat.

La balle est maintenant dans le camp du président Lula. Le chef de l’Etat a fait savoir à plusieurs reprises qu’il était hostile à l’extradition de M. Battisti tout en laissant entendre, il y a quelques jours, qu’il suivrait l’opinion de la Cour si celle-ci devait revêtir un caractère impératif. Puisque ce n’est pas le cas, il a toute liberté pour autoriser M. Battisti à demeurer au Brésil, au prix d’un probable regain de tension diplomatique avec l’Italie.

L’affaire pourrait connaître un nouveau rebondissement, M. Battisti étant à la merci d’un procès pour falsification de documents et usage d’un faux passeport. En cas de condamnation, il devrait purger sa peine avant d’espérer retrouver la liberté. Ne pouvant plus être, selon la Cour, considéré comme un réfugié politique, il deviendrait ensuite un étranger en quête d’un statut de résident, avant de demander la citoyenneté brésilienne.

Cesare Battisti observe depuis une semaine une grève de la faim. Il affirme qu’il "ne retournera pas vivant en Italie". Son avocat, Luis Roberto Barroso, se dit convaincu que le président Lula "sera cohérent" avec "la décision de son ministre de la justice, avec le système de protection des droits humains et avec l’histoire de sa propre vie".

http://www.lemonde.fr/ameriques/art...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le sort de Cesare Battisti dans les mains du président Lula
20 novembre 2009 - 07h33 - Posté par kafkaïens

Faudrait savoir, si c’est plus pour meurtres, c’est pour des papiers ?

N’ont vraiment plus grand’chose à se mettre sous leurs dents vengeresses.

Kafka, reviens, t’es battu...



Le sort de Cesare Battisti dans les mains du président Lula
20 novembre 2009 - 10h46 - Posté par




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite