Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Quoi lire en cet été morose ?

de : Mengneau Michel
mercredi 5 août 2009 - 08h56 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 43.5 ko

Par Michel MENGNEAU

Le dernier sarko-show mettant en scène l’éblouissement subliminal de sa majesté dans les jardins de son palais préféré me remit en mémoire les écrits de Debord sur ce qu’il a appelé la société du spectacle. Tous les ingrédients d’une médiatisation théâtralisée, accompagnés d’une subtilité de bon aloi au service d’une politique d’apparats, nous furent servis abondamment par la presse, radios et télés inféodées et cela me fit penser que « La société du spectacle » serait un excellent livre de compagnie pour quelques lecteurs estivaux voulant sortir de la médiocrité ambiante.

En quelques mots, souvenons-nous qui était Guy-Ernest Debord. En résumant, on dira qu’il fut écrivain, certains diront poète, essayiste, cinéaste, mais surtout un révolutionnaire anti-société-spectaculaire-marchande ce qui le conduisit à être l’un des fondateurs de l’Internationale Situationniste où l’on mettra l’accent sur la réappropriation du réel, immense programme remettant l’individu décideur de son destin, et non conditionné par la seule marchandisation…Le paragraphe 6 nous le donne en raccourci !

« Le spectacle, compris dans sa totalité, est à la fois le résultat et le projet du mode de production existant. Il n’est pas un supplément au monde réel, sa décoration surajoutée. Il est le cœur de l’irréalisme de la société réelle. Sous toutes ses formes particulières, information ou propagande, publicité ou consommation directe de divertissements, le spectacle constitue le modèle présent de la vie socialement dominante. Il est l’affirmation omniprésente du choix déjà fait dans la production, et sa consommation corollaire. Forme et contenu du spectacle sont identiquement la justification totale des conditions et des fins du système existant. Le spectacle est aussi la présence permanente de cette justification, en tant qu’occupation de la part principale du temps vécu hors de la production moderne. »

Pour en revenir à la politique actuelle, politique spectacle que l’on doit en grande partie au mode électoral de la 5éme République où l’on voit surtout la prépondérance donnée à l’élection d’un Président de la République. Président qui c’est incontestablement transformé en chef d’Etat, de surcroît, par les temps qui courent, mis en relief de façon exagéré par une volonté manifeste de spectacle, manière politique ne reposant que sur « l’esbroufe » faisant passer au second plan les vraies réalités sociétales. Cet aspect assez minable de la politique avait donné lieu à des réflexions amères de notre auteur.

« C’est la plus vieille spécialisation sociale, la spécialisation du pouvoir, qui est à la racine du spectacle. Le spectacle est ainsi une activité spécialisée qui parle pour l’ensemble des autres. C’est la représentation diplomatique de la société hiérarchique devant elle-même, où toute autre parole est bannie. Le plus moderne y est aussi le plus archaïque. (23) » On peut imaginer aussi comme autre spectacle -puisque cette déviance au plus haut sommet de l’état conduit un peuple souvent malléable vers un endormissement superficiel-, celui de l’estivant « plagérisé » (« La plage ! La plage ! La plage…étant l’unique forme d’expression audible chez le plagérisé) en observation non consciente des autres plagérisés. Masses humaines uniformément réparties, l’une seule, l’autre familiale, l’un avec un demi bout de tissu comme reposoir, les autres étendus sur le drap de leurs ébats et l’universel parasol Coca-Cola comme emblème, foule uniformisée dans la pensée ; pensée unique portée indifféremment par le beau ostentatoire, par le faux beau siliconé, par le mamelonné irrégulier des corps épandus appartenant au commun hétéroclite…

«  En tant qu’indispensable parure des objets produits maintenant, en tant qu’exposé général de la rationalité du système, et en tant que secteur économique avancé qui façonne directement une multitude croissante d’images-objets, le spectacle est la principale production de la société actuelle. (15) »

C’est l’heure de l’apéro et les clameurs retentissent dans le village momentané formé de cage à lapin de toile. Une foule bigarrée où néanmoins l’uniformité pointe sous la forme de la casquette, couleur du breuvage largement commun dans les verres, vissée sur des tètes hirsutes qui montre à travers ces rassemblements estivaux qu’elle ne peut se désengluer du principe concentrationnaire qu’ont pérennisé les cités. Clameur qui monte avec l’échauffement du aux tournées jaunâtres et répétées, clameur étouffant le bruit de la cigale en train de scier la branche sur laquelle elle est posée, clameur qui enfle pour exploser à l’heure où le soleil est au zénith : « Pourquoi Diouf a-t-il raté ce pénalty si facile »…le spectacle en a été gâché !

« L’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé (qui est le résultat de sa propre activité inconsciente) s’exprime ainsi : plus il contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir. L’extériorité du spectacle par rapport à l’homme agissant apparaît en ce que ses propres gestes ne sont plus à lui, mais à un autre qui les lui représentent. C’est pourquoi le spectateur ne se sent chez lui nulle part, car le spectacle est partout. (30) »

La société du spectacle a annihilé les consciences. La pensée unique est devenue incontournable et universelle, consciemment ou inconsciemment d’ailleurs. Debord l’a tant bien dépeint que certain auront du mal à appréhender ce qui est devenu insidieusement leur quotidien, une colonisation c’est fait et si les lignes percutantes de son ouvrage peuvent redonner la conscience du réel à l’individu formaté, on ne peut que conseiller de le lire. Un grand pas sera fait vers le rejet de la marchandisation et ouvrira la porte à un imaginaire politiquement différent

« Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles. Tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation. (1) »

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Quoi lire en cet été morose ?
5 août 2009 - 09h40 - Posté par Mengneau Michel

J’ai mis Diouf, mais cela aurait pu être Ben machin, Hypolite, Tartenpion, peu importe, des petits hommes en shorts faisant un spectable, opium pour un peuple conditionné...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite