Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?

de : Ait Benali Boubekeur
jeudi 16 juillet 2009 - 10h45 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Le lancement de l’Union pour la Méditerranée (UPM), le 13 juillet 2008, ne s’est pas avéré à la hauteur des attentes placées en elle. Bien que l’objectif primordial, affiché notamment par N. Sarkozy, ait été de réaliser un rapprochement entre le Nord et le Sud, il n’en reste pas moins que le conflit au Proche-Orient a faussé le calcul de ses initiateurs. Pour la majeure partie des pays de l’union, la paix en Palestine doit demeurer la préoccupation primordiale. Par ailleurs, la présence d’un Etat, comme Israël, n’ayant de surcroît aucun scrupule, représente indubitablement un frein à l’UPM. Et l’agression perpétuelle du peuple palestinien n’est pas de nature à apaiser les relations entre les membres de l’union. Par conséquent, quelques mois après sa création, le constat, que l’on pourrait faire, sur le fonctionnement de l’union, est incontestablement celui de survie artificielle. D’ailleurs, exceptés les quelques contacts, réunion à Marseille des ministres des Affaires étrangères et la conférence sur l’eau en Jordanie, l’UPM ne bénéficie guère de la crédibilité qu’elle avait au départ, bien que son démarrage ait déjà suscité des réticences de la part de certains membres. A la situation financière mondiale défavorable, le problème au Proche-Orient est l’un des freins à l’épanouissement de l’union. Car, depuis l’avènement de l’UPM, Israël n’a, à aucun moment, songé à desserrer l’étau sur les territoires palestiniens occupés. Toutes les initiatives de paix étaient vaines tant l’Etat hébreu était et est hermétique à la négociation et, par ricochet, à la paix. Du coup, la problématique se posant aux membres de l’union est la suivante : peut-on assister à l’annihilation d’un peuple tout en continuant à participer à des rencontres aux côtés de l’agresseur ? En tout cas, si des tergiversations sont aperçues chez les dirigeants, les peuples, quant à eux, ont choisi indéfectiblement le soutien au peuple palestinien. D’où, la nécessité de parvenir à une solution de paix dans les délais respectables.

L’impératif de paix en Palestine doit précéder les autres projets

A défaut d’être à la hauteur des difficultés politiques se posant à l’UPM, le ministre des Affaires étrangères égyptiennes a suggéré, le 20 mai 2009, de bâtir l’union des projets. Ainsi, huit mois après le génocide perpétré par Israël à Ghaza, certains dirigeants arabes sont-ils tout bonnement amnésiques ? La réponse ne souffre d’aucune équivoque. Cependant, selon le même ministre, il s’agit de renforcer le tissu des relations entre les pays riverains de la Méditerranée, sans toutefois poser la moindre condition sur le devenir de la Palestine meurtrie. Bien que le dirigeant politique s’en tienne parfois à la realpolitik, heureusement que les masses populaires sont là pour poser le problème en termes clairs et sans hypocrisie. D’ailleurs, dès le 27 décembre, premier jour des raids israéliens, la rue a su imposer sa vision à sa diplomatie. Dans le cas des dirigeants arabes, ces derniers ont choisi de s’aligner sur la position de leurs manifestants. En Europe, la rue a exprimé sa propension à la résolution du conflit en désignant l’agresseur, mais les exécutifs n’ont pas suivi les desiderata de la rue. Cette situation a conduit au blocage de l’UPM tant la perception de l’agression, entre le Nord et le Sud, était différente. Le parti pris des exécutifs européens a été manifesté ouvertement et sans ambages. En visite en Israël, en juin 2008, Nicolas Sarkozy s’était montré intransigeant sur la sécurité de l’Etat hébreu. Si quelqu’un voulait nuire à Israël, avait-il dit, il trouverait la France sur sa route.

Toutefois, au-delà de la coopération entre les deux rives, le but sous-jacent de certains pays européens aurait été de faire accepter, aux pays de la rive sud de la Méditerranée, la reconnaissance tacite d’Israël sans que celui-ci soit amené à faire la moindre concession sur ses visions expansionnistes. La caution de cette démarche, s’il y en avait une, serait de permettre à Israël de mener sa politique, bâtie uniquement sur la répression, sans qu’il soit isolé diplomatiquement. Car, il faut le noter, l’Etat hébreu n’est pas prêt à faire des concessions, au moins sur trois points, citées par Mourad Benachenhou dans l’édition du Quotidien d’Oran du 5 mars 2009. Il les a résumées comme suit :

 Refus de reconnaître l’existence du peuple palestinien,

 Refus de renoncer à sa politique d’annihilation physique du peuple palestinien,

 Refus de toute paix négociée, quel qu’en soit le contenu ou la forme, avec les pays qui, jusqu’à présent, se sont abstenus de reconnaître un Etat sans Constitution, sans nationalité ni frontières définies.

Cependant, la déclaration du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, après sa prise de fonction ne tendait pas à résoudre la crise devenant de plus en plus alambiquée. Récemment porté à la tête de l’Etat hébreu, il a d’emblée affiché sa haine incommensurable à l’égard du peuple palestinien. Il a préconisé, pour résoudre le problème palestinien, une solution à la sud-africaine au temps de l’apartheid. Cette solution consiste à créer un bantoustan sous l’égide israélienne. Ce qui s’inscrit peu ou prou dans la continuité de la politique israélienne, nonobstant les simulacres de votes en Israël qui assurent l’alternance au pouvoir. La constante, dans la tête des dirigeants du régime hébreu, était et est de réduire la résistance palestinienne dans une situation d’indigence permanente, avec des moyens spartiates et infinitésimaux. Ainsi, au mépris de toutes les lois internationales, ces prédécesseurs ont pilonné la bande de Ghaza pendant trois semaines. En effet, depuis le 27 décembre, et pour une durée de 22 jours, Israël a commis des crimes contre l’humanité. L’innocente population de Ghaza a payé un lourd tribut. Résultat de cette furie : après trois semaines de pilonnage, le bilan était de 1.300 morts dont 410 enfants et 108 femmes. Les blessés, quant à eux, ont représenté une proportion hallucinante. Près de 5.300 Palestiniens étaient touchés.

Par ailleurs, après la tragédie, le ton utilisé pour condamner la boucherie israélienne à Ghaza était différent selon que l’on appartient à telle ou à telle rive. Toutefois, force est de constater que les exécutifs européens n’étaient pas sur la même longueur d’onde que les expressions émises dans leurs différentes capitales. La présidence de l’Union européenne (UE) a défendu le régime sioniste sans tenir compte du droit des Palestiniens à vivre en sécurité dans leur pays. Ainsi, lors de la succession de la Tchéquie à la France, pour présider l’UE, son président a qualifié, sans fard ni acrimonie, les opérations israéliennes d’acte de défense. Toutefois, le bémol est venu du Parlement européen. Bien qu’il ne soit pas ferme dans la condamnation d’Israël, le Parlement a estimé qu’il fallait différer « le rehaussement des relations avec un Etat qui ne respecte pas le droit international et qui ne donne pas les signes sérieux de bonne volonté ». Il va sans dire que cette position n’est pas partagée par les gouvernements européens.

En guise de conclusion, il va de soi, qu’au sein de l’union, il ne pourrait y avoir une tentative d’extermination d’un peuple par un autre sans que cette tentative ne soit dénoncée et combattue. L’épée de Damoclès qui est suspendue sur les Palestiniens doit cesser de les menacer grâce justement à la mobilisation des opposants à ce massacre. Pour ce faire, il faudrait exiger d’Israël d’agir en conformité avec la charte des Nations unies. Hélas, huit mois plus tard, le constat dans la région est le même : Ghaza suffoque encore. En dépit du dernier appel des 56 prix Nobel, dont 10 Nobel de la paix, 202 députés européens et des personnalités connues, pour la levée du siège de Ghaza, Israël continue de faire de la bande une prison à ciel ouvert. D’où, la nécessité du retrait des membres soutenant la Palestine, si une solution n’est pas envisagée.

http://www.lequotidien-oran.com/ind...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
16 juillet 2009 - 10h55

citez vos sources svp !

mettez le lien vers l’article original, sinon il devra être retiré du site...



Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
16 juillet 2009 - 13h26 - Posté par Fathi B’CHIR

L’auteur a raison de souligner l’importance de la question palestinienne mais elle n’explique pas tout. D’autant plus qu’en ce domaine, les faux-semblants dont on peut soupçonner l’Europe ne sont rien à côté de ceux des Arabes, impuissants et incapables de peser y compris sur leur propre destin. Nous sommes toujours dans l’attente du "sauveur suprême", l’Europe ou Obama... Nous, nos gouvernants ont tant d’autres soucis en tête pour se préoccuper sérieusement de la Palestine comme du développement de nos pays, de lutter contre le chômage des jeunes, des jeunes diplômés.

Où est passé l’argent du pétrole ? Où est notre agriculture ? Pourquoi nos frontières demeurent fermées alors que nous pleurons pour que l’Europe ouvre les siennes ? Pourquoi nos entreprises ne peuvent se déployer sur tout l’espace maghrébin arabe ? Pourquoi les pays riches du Golfe traitent les migrants arabes comme des esclaves. Avant de s’en prendre aux autres, balayons devant nos propres portes.

Le problème majeur à mon avis, aussi bien sur le dossier palestinien que sur l’avenir de la coopération entre le deux rives, est l’évanescence des partenaires de l’UE. Ils n’ont fait, depuis toujours, que réagir aux projets venus d’ailleurs. Aucune initiative n’est venu de nos pays.

Quand Sarkozy disait, à Dakar, que les Africains ne sont plus des acteurs de l’Histoire, il devrait plutôt s’adresser aux Arabes. Un écrivain, bahreini, je crois, l’écrivait il y a deux ou trois décennies : "nous sommes sortis de l’Histoire pour n’être plus qu’une notion géographique. Notre réalité, nous la constaterons en lisant nos journaux, en tournant les boutons de la radio pour passer d’une station arabe à une autre. Et si cela n’est pas convaincant, alors prends un miroir et regarde toi". Telle serait notre réalité. Nous ne sommes plus que de simples "consommateurs" de projets politiques venus d’ailleurs, sans vie ni dynamisme. Nous réagissons, nous n’agissons plus.

Il est temps de nous livrer à une profonde introspection et ce n’est ni par l’incantation ni par la prière que nous arriverons à recouvrer notre destin.

Si je peux me permettre de citer mon propre écrit pour marquer le besoin de repenser l’EuroMed. Et je demeure convaincu que l’EuroMed ne sera que lorsque le Med-Med, ou, plus proche de nous, le Mag-Mag seront réalités.

http://www.medafrique.info/news/sho...



Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
26 juillet 2009 - 11h21 - Posté par boubekeur

Je vous remercie pour les remarques que vous avez faites sur mon texte. Vous savez, mieux que moi, que dans un texte de presse, il est difficile de soulever tous les points ou tous les contours de la problèmatique. Pour ma part, j’ai essayé de comprendre ce qui a conduit l’UPM à cette agonie. En n’étant pas specialiste du sujet, je suis arrivé à la conclusion que le bombardement de la bande de Ghaza a été la véritable raison. Je suis sur que d’autres textes pourront completer mon analyse.
Cordialement Boubekeur


Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
6 novembre 2009 - 08h23 - Posté par

"Quand Sarkozy disait, à Dakar, que les Africains ne sont plus des acteurs de l’Histoire, il devrait plutôt s’adresser aux Arabes." je cite le commentaire

vous étiez où en 2006 ???
à moins quel es libanais ne soient pas dans le monde arabe ????






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite