Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’exposition "Our Body, à corps ouverts" devant la justice

de : Ensemble contre la peine de mort
dimanche 5 avril 2009 - 01h07 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Exhibés comme une marchandise spectacle, 17 cadavres de jeunes Chinois sont actuellement présentés, à l’occasion d’une bien étrange exposition dénommée "Our Body, à corps ouverts", organisée Boulevard de la Madeleine à Paris. Montrés comme des curiosités, les corps sont dépecés, disséqués, éviscérés, découpés, innervés. De nombreux visiteurs acquittent la somme de 15€ pour assister à cette contestable exposition de corps humains dont l’origine reste encore sujette à interrogation. Quelle aurait été la réaction du grand public (et des autorités) si les corps avaient été ceux de ressortissants français ? Peut-on imaginer qu’on n’aurait pas alors tenté d’en déterminer l’origine ? La nationalité chinoise des êtres humains ainsi traités serait-elle une circonstance atténuante de ces manipulations et de leur exhibition ?

Aux côtés de ces cadavres conservés selon une technique particulièrement sophistiquée, l’imprégnation polymérique, dont l’organisateur explique qu’elle nécessite des heures de travail, de nombreuses vitrines présentent des organes, eux-mêmes prélevés sur des corps humains : poumons, foies, cœurs, estomacs, reins…

Les visiteurs, qui semblent pour certains fascinés par cette exposition morbide, ont-ils, un instant, imaginé le sentiment qu’ils pourraient éprouver en constatant que le corps d’un de leur proche, en eut-il fait don à la science, a fait l’objet de manipulations pour être ensuite exhibé aux yeux du grand public dans une galerie située sur une grande artère parisienne ? Se sont-ils posé la question de l’origine de ces cadavres, qui ont été fournis par une fondation située en Chine, alors même que les pratiques judiciaires et carcérales de ce pays sont dénoncées par toutes les organisations de défense des droits de l’homme ? Se sont-ils demandé si les personnes dont les cadavres sont présentés ont consenti à cette macabre exposition ? Ne sait-on pas ici que, dans de nombreux cas, les parents des suppliciés chinois se plaignent de n’avoir pas pu voir ni recueillir la dépouille de leur proche ? Selon la tradition chinoise, la mise en terre d’une personne décédée correspond à l’acte le plus sacré de la vie familiale. On peut en déduire à quel point l’exposition de corps sans sépulture peut être traumatisant pour les familles concernées.

Harry Wu, ancien prisonnier politique chinois de 1960 à 1979 et actuellement réfugié aux États-Unis où il œuvre pour les droits des Chinois, explique que les prisonniers sont, en Chine, exploités par l’État de leur vivant, mais que cette exploitation ne cesse pas avec leur mort. Les corps et les organes des prisonniers ou des condamnés à mort font l’objet d’un commerce. Harry Wu reste convaincu que certains des corps présentés à l’occasion d’expositions comparables à celle qui est actuellement organisée à Paris sont ceux de condamnés à mort chinois, il est d’ailleurs parvenu à faire interdire cette exposition dans plusieurs états américains.

Avant qu’elle ne soit présentée en un lieu privé, à l’Espace Madeleine, la Cité des Sciences et le Musée de l’homme avaient été sollicités. Ces deux établissements ont refusé d’ouvrir leurs portes à cette manifestation en raison notamment de l’avis donné par le Comité Consultatif National d’Ethique à son propos. Selon le Comité, cette manifestation introduit un regard techniciste sur les corps, proposant une approche qui "n’est pas sans rappeler le traitement des cadavres dans les camps d’extermination lors de la dernière guerre". Il ajoute, dans son avis, que l’exhibition des corps constitue une atteinte à l’identité des individus qu’ils ont été, et donc à leur dignité. Le Comité d’éthique ajoute "il parait donc difficile de considérer qu’une telle exposition satisfait à une vision éthique de la personne humaine".

L’exposition semble d’ailleurs organisée au mépris des dispositions du Code Civil qui prévoient que le respect du au corps humain ne cesse pas avec la mort, que les restes de personnes décédées doivent être traitées avec dignité et décence, que l’atteinte portée à l’intégrité du corps ne peut se concevoir qu’en cas de nécessité médicale. (Articles 16 et suivants). Cette exhibition parait également contrevenir au principe, prévu par le Code de la Santé Publique, qui dispose que le prélèvement d’organes sur une personne dont la mort a été dument constatée ne peut être effectué qu’à des fins thérapeutiques ou scientifiques.

De nombreux intellectuels, dont le directeur de la Maison Auschwitz, le Président de Paris IV, et Marie Darrieussecq se sont élevés contre l’organisation de cette exposition, en signant une pétition restée à ce jour sans effet. L’exposition a accueilli 110 000 spectateurs à Lyon, 35 000 à Marseille et l’organisateur en espère 300 000 à Paris.

Reste enfin l’aspect mercantile de la manifestation. Le droit d’entrée est de 15 €, le catalogue coûte 15,50 €, et le producteur de l’évènement explique qu’il espère en tirer un bénéfice. Que penser dès lors d’une société qui accepte qu’on fasse profit de cadavres, d’organes et des restes de personnes décédées dans des conditions ignorées et qui se trouvent ainsi privées d’une sépulture décente ?

Les associations Ensemble Contre la Peine de Mort et Solidarité Chine, que je représente, ont décidé de saisir le Tribunal de Grande Instance de Paris tant leur semblent graves les atteintes portées à certains des droits fondamentaux de la personne humaine.

Richard SEDILLOT Avocat des associations Ensemble conte la peine de mort et Solidarité Chine

http://www.hns-info.net/spip.php?ar...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
L’exposition "Our Body, à corps ouverts" devant la justice
9 juillet 2009 - 05h06 - Posté par passant

Est-ce que la même exposition qui était élogiée par les médias au Québec ?







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite