Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Banque Mondiale : manipulations pour privatisations

de : Ollivier
jeudi 15 mai 2003 - 17h17 - Signaler aux modérateurs

Les extraits suivants sont tirés d’une "boite à outils" préparée par le Département de Communication pour le développement de la vice-Présidence des affaires extérieures de la Banque Mondiale et destinée aux décideurs politiques et économiques voulant préparer la privatisation de leurs services publics en contournant les résistances.

Il s’agit d’un véritable outil de propagande supposé persuader la majorité que les privatisations se font dans leur intérêt. (diffusion 6/03/2002)


- Banque mondiale : après les retraites les autres secteurs.

Par Gérard Surdez

"La privatisation et la réforme du secteur public constituent une large part des programmes d’assistance technique et des prêts de la BM. Ces réformes sont au cour des normes sociales autour desquelles la société est organisée. Elles affectent les relations entre institutions gouvernementales et citoyens, exigeant de la part de tous un changement radical d’opinions et de perception sur la nature des biens publics et sur l’équilibre entre responsabilité gouvernementale et opportunités pour le secteur privé. Elles exigent une évolution concernant les droits et obligations de l’ensemble des acteurs et appellent à une mobilisation nationale pour que tous ensemble ils fassent avancer les réformes.

"Au cours de ces 5 dernières années, la demande d’une plus grande participation émanant de la société civile a modifié sérieusement la méthode d’action de la Banque".

"Les projets financés par la BM se trouvent sous le contrôle renforcé du public. Les résultats, traduits en production, ne sont plus suffisants. Les gens veulent en connaître l’impact sur la réduction de pauvreté.

"De nouvelles mesures des performances doivent de plus en plus s’appliquer pour évaluer le degré de satisfaction du service rendu et de consensus socio-politique sur les réformes".

"Les programmes de communication publique ne doivent pas seulement servir à constituer des soutiens aux privatisations mais aussi à promouvoir des changements dans les comportements sociaux et politiques sur le long terme"

"Ces programmes sont basés sur des stratégies mettant en jeu un processus incluant une analyse socio-politique des groupes visés, des messages clés pré-testés et l’emploi des canaux de communication les plus appropriés. Il implique l’analyse des segments affectés par la privatisation du secteur et des mesures à mettre en place pour obtenir leur soutien. Il doit utiliser tous les canaux de communication formels et informels du pays pour informer et consolider le consensus, porter la vision du projet et donner confiance dans le processus de réforme".

"Un grand nombre de programmes de privatisations font face à l’hostilité des partis de l’opposition, des syndicats et du public dans son ensemble quand les gouvernements ne prennent pas les mesures nécessaires pour assurer le soutien social et politique indispensable à leur succès".

 En matière d’échecs constatés :

"La privatisation des entrepôts portuaires au Bengladesh ; les manutentionnaires que le gouvernement a négligé d’impliquer dans le processus, avaient manifestement peur de perdre leur emploi et ont été particulièrement influencé par l’opposition de leurs leaders syndicaux à la privatisation. Quand un investisseur potentiel s’est présenté pour visiter l’entreprise, un garde portuaire a menacé de le tuer et l’investisseur s’est enfui dans son pays en laissant ce projet sans suite pendant des années".

"En Turquie, la mise en place de filets sociaux de sécurité, incluant les programmes d’ajustement de la main d’ouvre, a été mal programmée dans le temps et a conduit à une résistance acharnée des syndicats".

"Au Mozambique, un sondage réalisé pendant l’application du programme de privatisation a démontré que le public le percevait généralement comme la vente des entreprises publiques aux étranger".

"En 1994, au Sénégal, une privatisation entreprise à un moment où il n’y avait aucun consensus à son sujet, dut s’arrêter. La résistance au processus fut considérable de la part des politiques, des employés des services publics et de la société dans son ensemble".

"En janvier 1995, 41 parlementaires de l’opposition au Kenya rendirent public un communiqué de presse appelant à la démission immédiate du directeur de l’agence pour la privatisation et demandant une enquête sur les activités de l’agence et l’abandon de la transaction".

D’une façon générale, il est surtout reproché le manque d’efforts pour amener le maximum d’acteurs à faire consensus, et en particulier de n’avoir pas suffisamment insisté sur le fait que les privatisations seraient une des causes de la réduction de la pauvreté !!

"Il peut ne pas toujours être possible d’arriver à un large consensus mais informer et éduquer le public et d’autres parties prenantes importantes sur les privatisations et ses effets sera presque toujours la condition préalable à son succès".

"Au Guatemala, un institut de conseil britannique identifia un syndicat important, opposant implacable à la privatisation, comme l’une des parties prenantes. L’objectif de le faire basculer du côté du gouvernement ne semblant pas réalisable, l’institut conseilla au gouvernement de faire au moins le geste de rechercher le soutien du syndicat afin qu’on ne l’accuse pas d’avoir négligé une partie importante au processus. Pour finir, une lettre fut adressée à chaque foyer, à l’intention non pas des employés mais de leur femme soulignant les bénéfices escomptés de la privatisation. Et le personnel soutint la privatisation.

 La méthode :

"Une enquête d’opinion, répétée sur plusieurs mois et années, traque les évolutions dans le soutien, et les oppositions, afin de modifier constamment les dessins de la privatisation et d’en changer s’il y a lieu".

"Son analyse doit permettre aux décideurs de déterminer quand, à quelle vitesse et comment privatiser les différentes entreprises publiques".

"Par exemple, l’augmentation des tarifs est l’un des principaux sujets de préoccupation là où les services publics ont été fournis pendant des années à des prix au-dessous de ceux du marché. La recherche en communication doit indiquer par avance à quel niveau les relever pendant la période de transition. Au Nigeria, le résultat de l’enquête d’opinion alerta l’équipe dirigeante sur la réaction du public en cas d’augmentation trop brutale du service des eaux, tout spécialement si cette augmentation était utilisée prioritairement à l’amélioration des gains de productivité, essentiellement supportée par la population de Lagos disposant des plus faibles revenus".

 Parmi les objectifs politiques définis par la BM (Tab.2) :

"Réduction de la taille et du champ d’action du secteur public.

"Redéfinition de son champ d’activité afin de se concentrer sur les fonctions gouvernementales essentielles dont la création d’un environnement favorable à la croissance économique du secteur privé.

"Réduction ou élimination de la possibilité pour un futur gouvernement de revenir sur les mesures adoptées".

"Le débat soulevé par les programmes de privatisation en Grande-Bretagne illustre la tension entre des objectifs contradictoires. Un grand nombre d’entreprises ont été vendus sous leur forme monopolistique (British Telecom) ou bénéficiant d’une positon dominante sur leur marché (British Airways). La raison couramment donnée pour une approche de ce type est le souhait de procéder rapidement afin de s’assurer de la coopération des directions des entreprises publiques qui, sinon, auraient pu tenter de faire obstruction aux privatisations et de séduire un large éventail de petits porteurs".

"La privatisation est par dessus tout un processus politique qui peut provoquer une rupture radicale dans la situation des diverses parties prenantes "

La BM cite la démocratisation comme une des causes de l’incertitude politique entraînant des retards et des incertitudes dans les projets d’investissements (Tab.1 "les 5 freins à la privatisation en Afrique)

La BM paraît consciente des éléments suscitant l’opposition aux privatisations : Indépendance nationale, contrôle national sur certaines activités, sauvegarde de "l’intérêt public" crainte d’une concentration de la richesse entre quelques mains, manque de confiance dans le privé, démantèlement industriel, tensions sociales face à la perte d’emploi, augmentation des tarifs. (p.19)

"Une partie de l’effort de communication consiste à médiatiser les personnes qui se font les champions de la réforme".

La BM semble également beaucoup compter sur la crédibilité dont les dirigeants politiques jouiraient dans la population pour la convaincre de se soumettre aux privatisations (tab.4). Bizarrement elle prend comme exemple l’implication de l’ex Président argentin Carlos Menem et de son gouvernement dans la privatisation "réussie" d’Entel (Telecoms) (p.20) ce qui risque de ne pas susciter beaucoup de vocations chez des dirigeants qui seraient tentés de les suivre dans cette voie. D’autant qu’il est en totale contradiction avec deux des objectifs politiques affichés auxquels doivent conduire la privatisation des entreprises publiques (Tab.2) à savoir :

"Réduction des possibilités de corruption et détournement des fonds publics par le gouvernement

"Réduction de la main mise d’un parti politique ou d’un lobby sur l’économie".

Contact pour cet article omc.marseille@attac.org

Courriel d’information ATTAC N° 423- 13 mai 2003 http://attac.org/


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite