Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Faire émerger la vérité Cesare Battisti

de : Alain Nicolas
samedi 26 juin 2004 - 18h24 - Signaler aux modérateurs

Dans une semaine, la justice dira si Cesare Battisti doit, sans avoir été entendu par un juge, finir sa vie en prison. Fred Vargas revient sur une vérité qu’on essaie d’étouffer.

Fred Vargas, dont le dernier roman, Sous le vent de Neptune, connaît un succès qui ne se dément pas, a pris fait et cause pour l’écrivain Cesare Battisti, menacé d’extradition par le gouvernement français. Devant la contre-offensive qui visait à disqualifier les dizaines de milliers de Français qui exigeaient le respect de la parole donnée et du droit, elle a décidé de permettre à chacun de disposer des faits et du contexte de l’affaire. Son livre, intitulé la Vérité sur l’affaire Battisti (1), démonte les rouages du processus inquisitorial dont les racines remontent au véritable complot dont l’Italie a été l’enjeu dans les " années de plomb ". Malgré la haine dont elle est l’objet de la part de ceux pour qui la persécution doit être éternelle, elle persiste et signe.

Pourquoi avez-vous décidé de publier ce livre ?

Fred Vargas. Précisément parce qu’après une phase de mobilisation très intense, une contre-offensive s’est développée pour bloquer la protestation et la solidarité. Une première campagne avait été le fait de la droite et du gouvernement, en particulier du ministre de la Justice Perben. Elle n’a pas eu beaucoup d’effet parce qu’elle reposait sur des mensonges tellement évidents, de pressions sur la justice tellement grossières, qu’elle était très largement contre-productive. Ainsi, il y avait eu des versions différentes de son arrestation, passant d’une simple histoire de voisinage à un danger terroriste. De la même manière, de fausses informations avaient été diffusées par le ministre lui-même sur la possibilité d’un nouveau procès en Italie. Après la remise en liberté de Battisti, le 3 février, les choses se sont passées autrement.

Comment se caractérise cette deuxième phase ?

Fred Vargas. Par une autre forme de mensonge : la désinformation, l’amalgame. Ainsi, on va d’abord diaboliser Battisti. On va systématiquement employer le terme de " terroriste ", ce qui dans l’atmosphère de l’" après 11 septembre ", prend un sens tout à fait particulier. D’autre part, il faut occulter deux points : la caricature judiciaire que constitue sa condamnation, et le scandale, plus grand encore, de la procédure de contumace italienne, où aucun nouveau procès n’est possible. Aussi par ses objectifs. Ainsi, prenant le relais d’un véritable lynchage médiatique dans la presse italienne, une grande partie de la presse française va se livrer à un pilonnage en règle. Comme je l’indique dans mon livre, " après ses hauts débuts placés au plan moral et politique, le Monde s’effondra et opéra une brusque volte-face. À partir du 15 mars, semblant abandonner morale, droit et honneur, il entama une vraie campagne pour l’extradition " (2). Il s’agit de montrer à l’opinion publique française qu’elle a été induite en erreur. On donne la parole à Spataro, présenté comme simple " magistrat ", parlant de " témoins fiables " sans dire qu’il représentait l’accusation au procès Battisti et ne peut, c’est évident, que le juger " équitable ", sans rappeler qu’il fut un des principaux protagonistes de l’application des lois d’exception. On publie partout la photo du jeune Alberto Torregiani, hémiplégique en fauteuil, en le présentant comme la victime de Battisti. Or il a été atteint d’une balle tirée par son père au cours de la fusillade où celui-ci a été tué, et à laquelle, selon le ministère public lui-même, Battisti ne participait pas. Bref, il s’agit de faire de Battisti un monstre et de la justice italienne une justice comme les autres.

Sur quoi s’appuie cette campagne ?

Fred Vargas. Son principal ressort est la crainte de l’opinion publique française, surtout de gauche, de se faire manipuler. L’essentiel de l’argumentation tient en ceci : " Chers amis français, nous admirons votre générosité, mais vous vous trompez de cause. Battisti est vraiment un tueur, un terroriste condamné à raison et à la suite d’une procédure régulière. Il doit payer pour ses crimes. " Elle est d’autant plus pernicieuse qu’elle émane de milieux du " centre-gauche ", de la DS, qui par ailleurs s’opposent à Berlusconi. C’est elle qui est martelée partout, et qui a entravé gravement la mobilisation. C’est une intimidation qui s’apparente aux méthodes de l’Inquisition.

Quel est le propos du livre, dans ces conditions ?

Fred Vargas. Si je peux me prévaloir de mon expérience d’archéologue, c’est surtout pour la méthode : dégager la pollution pour faire émerger la vérité, et mettre en évidence, pour chaque élément, le contexte. Ainsi je me suis attachée à montrer ce qu’on a appelé " la stratégie de la tension ", la série d’attentats et d’assassinats perpétrés de 1969 à 1982 par l’extrême droite avec la complicité du gouvernement italien et de la CIA, voire de la Maffia, pour endiguer l’avancée électorale de la gauche. On passe cela systématiquement sous silence, ainsi que la passivité de la police et des services spéciaux et le traitement de faveur contre ceux qui ont quand même été pris.

Quels sont les principaux faits que vous aimeriez voir établis ?

Fred Vargas. D’abord le fait que les charges qui pèsent contre Battisti ne sont pas prouvées, établies par un jugement contradictoire et régulier. Les accusations d’assassinat, qui lui ont valu la perpétuité, ne sont étayées que par le témoignage d’un unique " repenti ", Pietro Mutti, qui de procès en procès le charge en échange de la liberté. On sait qu’Amnesty International a condamné toutes les lois d’exception de la période, et d’ailleurs les accusés de l’attentat d’extrême droite de la Piazza Fontana en 1969, qui fit 16 morts, ont été tout récemment acquittés au motif que l’accusation ne reposait que sur des témoignages de " repentis ". Il y a donc des repentis à géométrie variable selon l’appartenance politique de l’accusé !

D’autre part, Battisti n’a jamais été un des dirigeants des PAC : il était un des plus jeunes membres, simple militant, et à son arrestation n’a été condamné que pour " appartenance " aux PAC. C’est après son évasion, en son absence, qu’on commence à tout lui faire endosser. En fait, on voit bien le processus qui en fait le bouc émissaire idéal.

Enfin, on sait (3) que les conditions juridiques de l’extradition ne sont pas réunies.

Que peut-on faire, maintenant ? Quel est votre rôle dans le soutien ?

Fred Vargas. Il faut montrer que la manoeuvre a échoué. Que l’opinion française n’est pas dupe. On sait que, depuis ce livre, l’argumentation des " pro-extradition " recule. La solidarité connaîtra un moment fort avec la soirée que nous organisons, avec l’aide de Lio, samedi soir. Moi, dans cette affaire, je suis un petit hobbitt, parti en guerre contre le pouvoir et les grands médias, et, à leur grande fureur, les gens sont plutôt du côté des petits hobbitts.

Propos recueillis par Alain Nicolas

(1) La Vérité sur Cesare Battisti, textes et documents rassemblés par Fred Vargas. Éditions Viviane Hamy, 240 pages, 7 euros.

(2) Op. cit. p. 140.

(3) Voir la tribune de Me Terrel et de Me Felice dans l’Humanité du 17 juin 2004.

http://www.humanite.presse.fr/journ...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite