Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Pourquoi il ne faut pas extrader Cesare Battisti

de : Bernard-Henri Lévy
vendredi 25 juin 2004 - 17h25 - Signaler aux modérateurs

Entendons-nous bien. Si je suis hostile à cette extradition, ce n’est évidemment pas que je nourrisse la moindre indulgence à l’endroit d’un terrorisme que je n’ai cessé depuis trente ans, quel qu’en soit le visage, en Italie comme à Karachi, de dénoncer pour ce qu’il est : une inexcusable barbarie, un fascisme.

Ce n’est pas au nom de cette fameuse « doctrine Mitterrand » brandie comme un fétiche par nombre de ceux qui partagent mon point de vue et qui se réuniront, ce samedi 26, au théâtre de l’OEuvre, à Paris : Mitterrand, après tout, pourrait s’être trompé ; la parole mitterrandienne, sur ce point comme sur d’autres, n’a jamais été parole d’Evangile ; je ne serais nullement gêné, autrement dit, de m’inscrire en faux, s’il le fallait, contre une « doctrine » dont on a assez vu, ailleurs, de Papon à Bousquet ou à la Bosnie, les limites, les égarements.

Ce n’est même pas au nom de cette « parole donnée », de cet « engagement pris par la France », de cette « continuité de l’Etat » qui ne saurait être « brisée » sans « honte » ni « déshonneur », invoqués par certains des amis de l’ancien apôtre de la lutte armée : là n’est pas non plus mon langage ; ce n’est pas sur ce type de critères que je me détermine et forge mes maximes ; mon amour, mon respect, de « l’Etat » ne sont, pour tout dire, ni si vifs ni si catégoriques qu’ils doivent faire passer au second plan, lorsqu’ils sont avérés, la condamnation de principe des actes terroristes.

Non. Si je reviens sur cette affaire, si je choisis, quoi qu’il en coûte (et la romancière Fred Vargas a récemment dit ce que lui a coûté de réprobation, d’incompréhension chez ses lecteurs, d’insultes, de solitude, le fait de s’être portée à la pointe de ce combat en lui consacrant un petit livre de colère, « La vérité sur Cesare Battisti », Viviane Hamy), si je choisis, coûte que coûte, à la veille de la décision qui sera prise, ce 30 juin, par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, de redire pourquoi un jugement d’extradition me semblerait inique, contraire aux règles et usages de la justice de mon pays, catastrophique, c’est parce que j’ai pris le temps, moi aussi, de regarder de près le dossier et que j’y ai trouvé trois raisons au moins d’être extraordinairement prudent.

La bizarrerie, d’abord, d’un procès bâclé qui fit, en 1993, endosser par un seul homme 100 % des actes délictueux - quatre crimes de sang, plus une soixantaine de braquages - commis par une organisation dont il n’était, que l’on sache, ni le seul activiste ni, tant s’en faut, le chef.

L’anomalie juridique, ensuite, qui permettait, dans l’Italie des années de plomb, de condamner un présumé terroriste sur la seule foi d’un « repenti » négociant, en échange d’aveux possiblement fantaisistes, la réduction, voire la suppression, de sa propre peine - l’anomalie, oui, pour ne pas dire le scandale au regard de la morale et du droit, qui fit, en l’espèce, que les seules preuves « irréfutables » permettant de confondre Battisti et de lui attribuer les meurtres du gardien de prison Santoro puis du policier Campagna furent l’accusation de son ancien camarade Pietro Mutti, obtenant, lui, en retour, blanchiment et libération.

Et puis cette autre particularité, enfin, de la situation italienne qui veut qu’un condamné par contumace n’a plus droit, s’il finit par se livrer ou être livré, à un second procès lui permettant de plaider sa cause et de prouver son éventuelle innocence - cette spécificité, tout de même très problématique, qui fait que, le droit italien étant ce qu’il est et l’héritage des années noires pesant encore très lourd sur l’arsenal de ses jurisprudences et de ses lois « spéciales », Cesare Battisti, condamné à la prison à perpétuité alors qu’il avait fui son pays et qu’il n’était en mesure ni de se défendre ni de communiquer avec ses avocats, filerait, si nous l’extradions, directement et sans recours à la case prison à vie.

Je sais que les juges français savent cela. Je sais, pour le connaître un peu, que le garde des Sceaux ne peut être insensible à ces arguments de justice, d’humanité, de droit. La vérité c’est qu’aucun d’entre nous n’a de certitude quant à ce qu’a réellement fait, ou n’a pas fait, l’homme dont le destin se joue là et qui, soit dit en passant, vient encore de redire (Le Monde, 3 avril) son abjuration des « années d’errements » qui firent « tant de morts et de deuils » et dont il voudrait « éviter » la tentation chez « les jeunes gens » d’aujourd’hui. Mais la vérité c’est aussi que, dans le doute, face à cette Italie qui, encore une fois, peine à exorciser le spectre de ses années de plomb, face à ce pays ami auquel il n’est pas question de donner je ne sais quelles leçons de démocratie mais dont on ne peut ignorer non plus qu’il garde, au coeur de ses institutions, des lois dont la Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, Amnesty International, d’autres, ont eu plus d’une fois l’occasion de dire combien elles contrevenaient à « tous les accords européens et internationaux » sur les « procès équitables », la présomption d’innocence doit primer - et Battisti, par conséquent, bénéficier plus que jamais de l’hospitalité de la France.

http://www.lepoint.fr/edito/documen...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite