Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Cesare Battisti : lettre de C. Mesplède à l’éditorialiste du Figaro Magazine

de : Claude Mesplède
dimanche 20 juin 2004 - 21h19 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

A Monsieur Joseph Macé-Scaron,

Je viens de lire votre article "Les dictateurs à penser". Il me choque dans la mesure où vous faites allusion à "l’affaire Battisti", exemple de la dérive, écrivez-vous, "de nos rien pensants". Il est assez drôle, ce faisant, de relever dans votre texte, au demeurant assez péremptoire, tous les défauts et les manques de nuances que vous reprochez à un pouvoir intellectuel non identifié mais que vous auriez tendance à situer à Saint-Germain des Prés.

Pour ma part, même si j’écris des livres, j’ignore si j’appartiens à cette race décriée par vous ou non. Je me considère avant tout comme un simple citoyen engagé par la parole donnée en 1985 par le président de la République de l’époque, François Mitterrand. En accueillant sur notre sol, plusieurs dizaines d’activistes italiens, (ceux que votre journal appelle des terroristes alors que, vous le savez aussi bien que moi, ces gens-là n’ont rien de comparable avec les véritables terroristes dont les méfaits endeuillent la planète quotidiennement), il engageait la parole de la France et cet engagement a été respecté par la dizaine de gouvernements de droite comme de gauche qui se sont succédé depuis. Vous ne pouvez nier cette réalité. Ce "monde concret" comme vous l’écrivez. Vous n’ignorez pas non plus que le gouvernement de M. Juppé accorda en son temps un permis de séjour à Monsieur Battisti jusqu’en 2007. Tout cela donne à réfléchir tout de même.

C’est pourquoi votre article me choque. Vous faites comme si cet homme Battisti, qui vivait depuis 1991 en France, au vu et au su du gouvernement et de la police, était soudain devenu une personne dont on découvrait l’existence et le passé. Vous qui vous renseignez toujours avant d’écrire pour rester dans le "monde concret", vous savez très certainement qu’un courrier du ministère des affaires étrangères informait en date du 11 février 2004 monsieur Battisti de la prochaine parution au Journal officiel du décret portant sa naturalisation. (après deux ans d’enquête et un avis favorable du ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité). Je ne pense pas que les personnes qui ont enquêté et décidé de cette naturalisation aient fait preuve de cet esprit partisan que vous semblez reprocher à ceux qui soutiennent la cause de M. Battisti. Pour ma part, je soutiens le respect de la parole donnée car je suis scandalisé par les promesses non tenues par les hommes politiques, leurs engagements rarement respectés et le mépris dans lequel ils tiennent généralement leurs électeurs.

C’est cela mon monde concret. Lorsque j’engage ma parole je la respecte. C’est ma conception de l’honneur et de la droiture, en espérant que ces mots de moins en moins usités dans une société qui va à vau-l’eau ne vous arracheront pas un sourire. Soyez attentif monsieur Joseph Macé-Scaron. Je n’ai pas l’honneur de vous connaître et je ne mets pas en doute votre bonne foi. Mais dans cette affaire qui n’est en rien comparable à l’affaire Dreyfus (même si de piètres historiens ont osé la comparaison), les choses sont d’une grande simplicité. À ce propos, je vous conseille de lire l’ouvrage publié par Fred Vargas "La Vérité sur Cesare Battisti" dont je suis co-signataire. Il contient des faits irréfutables que d’ailleurs personne n’a réfuté depuis la sortie de ce livre. Monsieur Battisti était sous la protection de l’état français. Il doit y rester. C’est le sens d’une pétition nationale qui a recueilli 24.000 signatures d’hommes et de femmes de toutes obédiences. On y compte même quelques élus du parti de l’UMP ce qui tendrait à prouver que notre démarche ne relève pas de la droite ni de la gauche, mais tout simplement de la défense des idéaux républicains.

Claude Mesplède


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Cesare Battisti : lettre de C. Mesplède à l’éditorialiste du Figaro Magazine
22 juin 2004 - 19h32

Bonjour !
Bravo pour cette réponse.
Pouvez-vous nous envoyer par mail cet article du Fig Mag que nous n’avons pu trouver ?
Merci et à bientôt
I Terrel et JJ de félice







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite