Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Réponse de la Ville de Frontignan à la manif anti-Battisti

de : Frontignan la Peyrade
mardi 25 mai 2004 - 17h51 - Signaler aux modérateurs

Ce samedi 15 mai 2004, à l’initiative de quelques militants UMP déguisés pour l’occasion en un pseudo "Comité pour la défense de l’honneur de Frontignan", une quarantaine de personnes s’est rassemblée devant l’Hôtel de Ville de Frontignan la Peyrade pour manifester leur désapprobation devant le soutien que la Ville a apporté à Cesare Battisti en février dernier suite à son arrestation.

Qu’une partie de l’UMP locale (soit une dizaine de personnes dont MM. Alquier et Ferrier, entourées de quelques élus venus de Sète et de Balaruc-les-Bains avec leurs gardes du corps respectifs) prenne prétexte de "l’affaire Battisti" pour tenter de se faire un nom dans le paysage électoral frontignanais, c’est après tout de bonne guerre et correspond à une façon, certes particulière mais malheureusement persistante, de concevoir la politique.

Mais que ce groupe informel continue par ces actes et ces prises de paroles à travestir la vérité et à s’ériger en juges révisionnistes d’une histoire qu’ils ne connaissent manifestement pas, cela est inadmissible et dangereux.

Non pas parce qu’ils s’opposent par principe à une décision, car cela est leur droit le plus absolu. Mais surtout parce qu’ils persistent à asséner des mensonges et des contre-vérités entendus de-ci de-là dans l’unique but de dresser un portrait apocalyptique de Battisti et de faire du Maire de Frontignan un apologiste du terrorisme international.

On en rirait presque si le sort d’un homme n’en dépendait pas. On en rirait presque s’il n’était question ni plus ni moins dans cette affaire que du respect d’une décision de justice française et de la parole donnée par la France voici près de 20 ans. On en rirait presque si ceux qui se targuent d’honneur dans cette histoire n’allait pas jusqu’en oublier celui de leur pays au point de se retrouver pour le coup dans le mÍme camp notamment qu’un groupuscule d’extrÍme-droite, responsable d’une intervention musclée en mars sur le marché de Frontignan et héritier d’un mouvement dont l’un des membres a essayé d’attenter à la vie du Président Jacques Chirac.

Non, n’en déplaise à MM. Alquier et Ferrier, Battisti n’a jamais fait partie des Brigades Rouges, comme ils le prétendent et l’écrivent, mais d’un groupe d’extrÍme-gauche comme il en existait des dizaines dans l’Italie des années de plomb. Non, Battisti n’est pas responsable de 5000 attentats, 400 morts et 200 blessés. Non, Battisti n’a pas eu droit en Italie à un procès équitable.

En février dernier, la Ville de Frontignan la Peyrade a apporté son soutien à Cesare Battisti parce qu’elle trouvait légitime de se positionner sur un dossier qui mettait en cause un auteur de roman policier déjà invité à trois reprises au Festival international du roman noir. Elle a décidé de le faire citoyen d’honneur pour mettre en lumière symboliquement le cas Battisti et répondre à la brutalité de son arrestation. Depuis, la Ville de Paris l’a placé sous sa protection et de nombreux élus de droite comme de gauche ont également manifesté leur soutien tout comme la majorité des partis politiques et des syndicats. Depuis, plusieurs dizaines de milliers de citoyens français ont signé une pétition en faveur de Battisti et du respect de la parole donnée par la France. Depuis, des républicains français de tout bord, des personnalités connues et respectées bien au-delà de nos frontières se sont positionnées dans le mÍme sens. Et je préfèrerais toujours défendre l’honneur de la France aux côtés d’Edgar Morin, Pierre Vidal-Naquet, Stéphane Hessel, Madeleine Reberioux, les époux Aubrac, Bernard Henri-Lévy, Daniel Pennac, Fred Vargas, voire mÍme Alain Juppé ñPremier ministre qui a accordé sa carte de résident à Battisti en 1995-, pour n’en citer que quelques-uns, plutôt que de défiler aux côtés de révisionnistes locaux qui se servent sans vergogne du cas Battisti pour aller "draguer" des voix d’extrÍme-droite dans la perspective de prochains rendez-vous électoraux.

Alors le maire de Frontignan, est-il "gauchiste, partisan et solitaire", comme ils le disent ? Non, tout simplement : fidèle à la parole donnée, partisan de la République et solidaire d’un large rassemblement citoyen.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite