Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

La défense de Battisti met à mal l’accusation.

de : Alain Nicolas
mardi 18 mai 2004 - 13h38 - Signaler aux modérateurs

Les défenseurs de Battisti réduisent à néant les arguments de l’accusation : le cas a bien été tranché en 1991, et l’accusé ne bénéficiera pas d’un nouveau procès.

Quand Cesare Battisti se présente à l’audience de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, mercredi, il est déjà dix-huit heures et la lassitude se lit sur le visage des magistrats comme du public. Ce qui suivra va réveiller tout le monde. L’écrivain porte sur lui les marques de l’angoisse dans laquelle on le fait vivre depuis que le ministre de la Justice français l’a fait arrêter, en février, au mépris de la parole donnée, respectée par les neuf gouvernements, de droite ou de gauche, qui se sont succédé depuis. Depuis treize ans, quand un arrêt avait rejeté les demandes d’extradition présentées par la justice italienne. Il vivait en paix, ayant tourné le dos à la violence des " années de plomb ", occupant le modeste emploi de gardien d’immeuble, et se consacrant à l’écriture de romans policiers estimés. Au-delà de l’émotion liée au cas personnel de Battisti, l’audience promettait aussi d’assister, en direct, à une attaque frontale contre les principes les plus fondamentaux du droit, les pratiques les plus constantes de la justice en France et dans tous les pays démocratiques.

Dans ses réquisitions, l’avocat général propose tout simplement d’abord de ne tenir aucun cas des décisions de la même cour d’appel française qui, en mai 1991, avait rejeté les demandes d’extradition italiennes. Certes, la demande d’aujourd’hui est basée sur les mêmes faits, mais s’appuie, juridiquement, sur des documents différents, et l’" autorité de la chose jugée " ne peut s’y appliquer. Par ailleurs, Battisti aurait été défendu par un avocat choisi par lui, et bénéficierait d’une possibilité de révision, la loi sur la " contumacia " italienne ayant évolué sur quelques aspects.

La défense n’aura aucune peine à réfuter point par point ces arguments, ainsi que des points plus techniques liés à la confusion des peines soulevés par le ministère public.

Auparavant, un représentant de l’Ordre des avocats, au nom du bâtonnier, vient faire solennellement état d’une protestation contre les allégations mensongères et injurieuses à l’égard de la défense contenues dans la note remise le 5 avril, la veille de la première audience, par les autorités italiennes. Allégations fondées, au surplus, sur la violation du secret de la correspondance entre un avocat et son client, atteinte manifeste aux droits de la défense. Il rappelle qu’une plainte est déposée par ses confrères. Au passage on aura appris que l’ambassade d’Italie, sans vergogne, vient de récidiver et de déposer une nouvelle note le 11 mai !

Après avoir souligné la " désinvolture " méprisante de la partie italienne, la défense, en la personne de Me Pellazza, avocat de Battisti, rétablit certains faits. Me Fuga, son ancien avocat, de la présence de qui se prévaut le gouvernement italien, n’assure plus sa défense depuis 1985, et aucun avocat n’était présent aux procès qui ont rendu définitive les condamnations de Battisti. Puis c’est le tour de Me Irène Terrel. En une plaidoirie puissante et solidement étayée, elle pilonne les thèses de l’avocat général. S’appuyant sur deux consultations de juristes réputés, dont le professeur Decaux, de Paris-II, spécialiste incontesté de l’extradition, elle rappelle qu’aux termes des lois, c’est l’identité des faits incriminés et non des documents, des " titres ", qui doit être examinée pour savoir si on doit recourir au principe immémorial " non bis in idem " qui fonde et l’autorité de la chose jugée. Citations à l’appui, elle démontre l’irrévocabilité de la décision de rejet de mai 1991. Elle aura au passage démonté une manipulation des autorités italiennes, qui avaient en effet pris soin de ne pas appuyer leur demande sur un jugement de prison à perpétuité pris par contumace et sans recours, car ils étaient certains d’être déboutés. Le fait de l’inclure dans les " éléments nouveaux ", loin de constituer un argument de plus, pousse au contraire au rejet. Me Terrel rappelle en effet que la loi française, les conventions internationales comme la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, sont constantes dans le rejet de toute peine de réclusion perpétuelle irréversible en l’absence de l’accusé. La cour écoute, attentive, notant les arguments qui s’enchaînent, implacables.

Après un démontage en règle du rôle crucial du seul repenti, lui-même identifié dans un premier temps comme un des meurtriers, et dont les déclarations chargent Battisti en proportion inverse de la gravité de ses peines, il ne restera à Me De Felice qu’à enfoncer le clou en plaidant, avec l’humanisme qu’on lui connaît, pour un jugement de paix civile, et pour dire sa confiance en la capacité de la justice française à ne pas se déjuger sous la pression politique. L’air circule enfin. Rendez-vous pris pour le 30 juin, où le jugement sera rendu.

http://www.humanite.fr/journal/2004...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite