Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

"Courrier international" donne la parole à un flic indien assassin

de : himalove
mardi 29 avril 2008 - 09h52 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 25.2 ko

de HIMALOVE

À Madame la directrice de publication de "Courrier International"

À propos de l’article "Flambées de violence contre les travailleurs extérieurs", extrait de la revue indienne "Outlook" ; traduit et publié, dans vos pages intérieures.

Madame,

Votre journal offre ses colonnes, cette semaine, à un policier indien, très controversé dans son pays d’origine, Kanwar Pal Singh GILL.

L’auteur est présenté par votre rédaction comme « un préfet de police », ayant débuté sa carrière dans l’Assam et connu pour avoir dirigé la police de l’État du Pendjab (1).

Pour souligner la respectabilité du personnage, vous notez, en bas de page, que le préfet à la retraite est à la tête de The Institute for Conflit Management.

Or, ce policier est connu des paysans de l’Assam, du Pendjab, et, aujourd’hui, du Chhattisgarh, pour autre chose que ces qualités de "consultant"…

VOUS DONNEZ LA PAROLE À UN ASSASSIN !

Les états de service du policier GILL publiés en France feraient passer notre préfet de police, Maurice PAPON, pour un enfant de chœur.

Nommé Director Inspector General, en 1988, lors de l’opération « Black Thunder », KPS GILL introduisit de nouvelles méthodes, dans la lutte anti-terroriste, au Pendjab.

Des groupes de policiers, mélangés à des criminels et des renégats notoires, y semaient la terreur, dans les villages.

Le « supercop », au milieu de ses « Black Cats », mettait souvent la main à la pâte.

Les habitants de Jallandar le surnomment toujours « le boucher du Pendjab ».

Beaucoup de personnes, à Chandigarh, se souviennent de son regard halluciné lorsqu’il soumettait lui-même à la question ou exécutait, par dizaine, les militants qu’on nommait ici les « Kadktoos »(2).

 « Avec ce ‘sheduled cast’, monté en grade, la distinction entre policier et terroriste s’estompait… » se rappelle un militant du Shiromani Alkâlî Dal (3).

La mémoire du Pendjab est hantée par ses innombrables crimes…

Le journal « The Panthic Weekly » du 16 avril 2006 montre la photo du martyr Godev SINGH « DEBU », commandant des Kalistan Forces, « bouilli vivant » par KPS GILL et sa fine équipe.

« L’homme qui ne cligne jamais des yeux » – effet de l’opium dont il est adepte – est responsable d’horribles massacres, de viols* et de disparitions.

*De nombreuses femmes penjâbis l’accusent de viols et d’attouchement sexuel mais n’osent porter plainte contre lui à l’exception de Rupan Deol BAJAJ, IAS officer…

COMMENT AVEZ-VOUS PU LAISSER UN TEL HOMME S’EXPRIMER DANS VOTRE JOURNAL ?

La victime la plus emblématique de KPS GILL fut le sadarji Jaswant Singh KHALRA, un correspondant d’Amnesty International.

Son histoire est édifiante.

Le disciple des droits de l’homme avait en tête d’enquêter sur les montagnes de morts non réclamées, par les familles, que la police, chaque jour, brûlait dans les villages.

Mal lui en prit, il fut arrêté, torturé, liquidé en septembre 1995.

Selon un témoin, l’ex-Special Police Officer, Kuldeep SINGH, « le patron fit lui-même le boulot à la prison de Manawala à Taran Tarn ».(4)

Le « KHALRA Murder Case » est toujours à l’instruction ; KPS GILL n’est jamais inculpé…

Il fallut l’assassinat spectaculaire du chief minister, Beant SINGH, le 31 août 1995, par un policier révoqué, ceinturé d’explosif, pour que le gouvernement décide de mettre à l’écart le flic assassin.

Aujourd’hui, le spécialiste de l’antiterrorisme supervise au Chhattisgarh le massacre des naxalites (5).

Sous prétexte de lutter contre un mouvement aborigène maoïste, le gouvernement indien a donné carte blanche, au printemps 2005, à un renégat, Mahendra KARMA, pour former une armée de supplétive indigène, la Salwa Judum.

Le ministère de l’Intérieur, Shivraj PATIL, a nommé KPS GILL, superviseur de l’expérience.

Cette guerre, parrainée par New Delhi, contre les citoyens originels de l’Union indienne, intéresse beaucoup les experts américains et israéliens dont certains font des stages à l’école indienne de contre-guérilla de Kanker, dirigé par l’inspecteur général de police, BK PONWAR.

LIRE : LA GUERRE CIVILE SPONSARISÉE PAR L’ÉTAT AU CHHATTISGARH

Il ne s’agit pas, ici, de « migration volontaire d’autochtones » mais de « transfert de population » vers des « hameaux stratégiques » et de nouvelles partitions du territoire.

Il est curieux de lire comment KPS GILL appréhende le phénomène « des migrations internes » et leur utilisation par les partis politiques régionalistes qu’ils rebaptisent - avec prudence - « isolationnistes ».

Le courage dans le crime comme dans l’analyse n’est pas la vertu première du flic KPS GILL.

Par exemple, le tortionnaire n’évoque jamais Bal TACKERAY, « le tigre de Mumbay », responsable des pogroms antimusulmans de 1992-1993 et organisateur avec son neveu, Udhav, des récents pogroms contre les Bihâris et les travailleurs du nord.

Le conseiller de la Salva Judum ne cite jamais les multinationales pour lesquelles la police indienne vide les campagnes afin que les entreprises transcontinentales se rendent propriétaires de terres, riches en minerais, or ou diamant.

Publier l’article de ce terroriste n’apporte rien à la compréhension des phénomènes migratoires, mais jette l’opprobre et la honte sur votre magazine.

Ouvrir vos colonnes à KPS GILL, c’est comme donner une tribune au général AUSSARESSE ou au lieutenant LE PEN.

C’est approuvé la torture qui est légale et pratiquée en Inde.

C’est légitimer le vol, le viol et l’expropriation des paysans ; et faire de la Force brute la valeur suprême.

Madame la directrice de publication, vos lecteurs attendent une explication.

1.L’assaut du temple d’or, à Amristar, le 6 juin 1984 inaugure un cycle de dix ans de guerre civile et de terrorisme au Pendjab ; les opérations Bluestar, Black Thunder, Rakshak, et les pogroms anti-sikhs, à New Delhi, à la suite de l’assassinat d’Indira GANDHI, ont fait 25 000 morts, des milliers de disparus et des centaines de prisonniers qui croupissent encore en prison !

2. Kaktoos signifie en langue penjâbi : « ceux qui frappent à la porte » ; c’est ainsi qu’on appelait les militants séparatistes sikhs de Babar Khalsa pendant l’état d’urgence (1984-1995).

3. Shiromani Akâlî Dal est le parti politique de l’assemblée sikhe penjâbi ; leur chef se nomme Prakash Singh BADAL ; il est actuellement Chief Minister du Pendjab.

4. « Tribune of India », 17 février 2005.

5. On appelle, aujourd’hui, « naxalites » les aborigènes révoltés du cœur de l’Inde qui ont opté pour la lutte armée…


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
"Courrier international" donne la parole à un flic indien assassin
29 avril 2008 - 22h43

Merci, Himalove

"Courrier International" est autant à prendre avec des pincettes, une loupe, un décodeur, et un mouchoir sur le nez, que Le "Nouvel Obs". Ils ne l’on sûrement pas fait exprès, là, cependant ! Dans ce cas, ils doivent s’excuser et... au moins publier la biographie de ce "prefet" pas honorable du tout.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite