Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le Bon, La Brute et le Truand : Sur la couverture médiatique de la visite d’Uribe

de : Romain Migus
lundi 28 janvier 2008 - 23h03 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le Bon, La Brute et le Truand A propos de la couverture médiatique de la visite d’Alvaro Uribe en France *

La récente visite du président colombien en France a donné lieu à une couverture médiatique qui s’inscrit dans la droite ligne de ce que l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano nomme "le monde à l’envers".

Le scénario de base, la libération des Otages retenus par la Force Armée Révolutionnaire de Colombie (FARC), tel qu’il est présenté par les entreprises de communication françaises font ressurgir chez le lecteur français, tous les schémas et stéréotypes simplistes du wild, wild West des westerns hollywoodiens : des bandits ont pris en otage des fermiers innocents et leurs familles, heureusement le shérif du coin s’apprête à les libérer. Les bandits dans ce type de film, dont l’orientation politique est à peine voilée, c’est généralement les indiens ou les mexicains, bref ce sont des brutes. Le shérif, quant à lui, est l’archétype du citoyen étasunien dominant : blanc, libéral et désintéressé, entièrement dévoué à la défense du Bien, c’est le Bon. Généralement, le scénario, se complique lorsque apparaît une figure hétéroclite qui vient rappeler au spectateur que tout n’est pas si simple. Ce truand pactise avec tout le monde pour en retirer un bénéfice personnel. De fait, il va gêner le Bon dans son combat pour le Bien, l’Ordre et la Morale.

Le spectateur ne saura jamais pourquoi les indiens prennent des otages (généralement une femme) : ce sont des brutes qui agissent impulsivement. De même, à travers ce moyen de propagande que furent les westerns hollywoodiens, il n’apprendra rien sur la colonisation et l’extermination des Peuples Premiers aux Etats-Unis. Quant au truand, même s’il génère quelque sympathie au début du film, les spectateurs le détesteront rapidement pour son côté roublard et manipulateur. Restent le Bon et la vision réductrice de la société, imposée par le scénariste. Le Bon, à la fin du film, triomphe toujours !

La couverture médiatique de la visite d’Uribe en France rappelle ces schèmes simplistes de la propagande cinématographique. Le Bon, c’est le président colombien Alvaro Uribe aimé par son Peuple qui l’a réélu, comme le souligne Paris-Match (1) , avec 62% des voix. Qu’il ne fut réélu qu’avec 28% des citoyens qui ont la chance d’être inscrits sur les listes électorales colombiennes, personne n’en saura rien. Le Bon est le Bon parce qu’il est bon. Point.

Les brutes ne sont désormais plus ces bandits d’indiens et de mexicains. Ils sont toujours des bandits mais depuis le 11 septembre 2001, ce sont aussi des terroristes. Même si la thèse de l’enlèvement comme arme de guerre est fortement condamnable, nous n’apprendrons rien sur la genèse des armées de guérilla en Colombie. Ni sur le massacre des 3000 membres de l’Union Patriotique dont le souvenir force la FARC et l’Armée de Libération Nationale (ELN, par ses sigles en espagnol) à la méfiance pour rendre les armes. Rappeler les conditions sordides de l’emprisonnement des otages sans mentionner les actes de tortures, les massacres et les déportations massives de populations opérés par l’armée colombienne et ses alliés paramilitaires renforce l’évidence : les brutes sont des brutes parce qu’elles sont des brutes. Point.

Quant au Truand, il sera soumis à la force du syllogisme aristotélicien. Puisque le truand se refuse à appeler les brutes par leur nom, et puisque les brutes sont des brutes…pardon, des terroristes, alors le truand est lui-même un terroriste. Point.

Et un terroriste sans scrupule, car, selon Le Monde, la demande d’Hugo Chavez de considérer la FARC et l’ELN comme des groupes belligérants permettrait en fait "aux guérillas colombiennes de trouver un soutien officiel au Venezuela"(2) . Le journal Libération, quant à lui, évoque la possibilité pour le gouvernement vénézuélien de vendre des armes à la FARC (3) , dès lors que celle-ci serait considérée comme ce qu’elle est : une armée.

Evidement, cette version moderne du manichéisme des westerns hollywoodiens divisant le conflit entre la bonne vision d’Uribe et la mauvaise gestion du président Chávez ne résiste pas une seconde à une observation objective de la situation politique et militaire en Colombie.

Imaginons un autre scénario où notre Clint Eastwood colombien soit accusé par l’hebdomadaire étatsunien Newsweek dans son édition du 09/08/2004 (publication que l’on ne peut qualifier de brûlot gauchiste) d’avoir maintenu des liens étroits avec le trafiquant de drogue Pablo Escobar et le Cartel de Medellin ; accusation qui s’appuie sur des documents déclassifiés du Pentagone. Imaginons qu’au lieu de défendre la veuve et l’orphelin enlevés par les brutes, celui-ci organise des opérations militaires et bombarde la zone où les otages doivent être libérés, comme l’a révélé Consuelo Gonzalez.

On pourrait même rajouter à ce scénario que le Bon, qui refuse de reconnaître que les brutes disposent d’une véritable armée, a consacré 6.5% de son produit intérieur brut (PIB) en dépenses militaires, en plus de l’aide étasunienne liée au Plan Colombie. C’est une forte somme pour un pays où il n’y a ni guerre ni armée rebelle. A titre de comparaison, le royaume d’Espagne, pourtant engagé dans les guerres d’Iraq et d’Afghanistan en 2003, consacrait pour cette année-là, 1.3% de son PIB aux dépenses militaires.

Imaginons un scénario comme celui-ci, et dans le meilleur des cas, le public aura décroché depuis belle lurette au vue de la complexité du problème, dans le pire des cas, on peut penser que le Bon serait alors considéré comme un bandit de grand chemin.

Il est donc plus commode politiquement pour les entreprises de communication françaises de réduire le conflit colombien et les enjeux d’un accord humanitaire à une vision manichéenne aussi éloignée de la réalité que le président colombien ne l’est de la recherche d’une solution réelle au conflit qui ravage ce pays.

Pour avoir une idée plus claire, il faut déjà admettre que Chavez n’est pas un truand compromis avec la mafia malgré ce que laisse entendre la photo, et la légende qui lui correspond, qui introduit le reportage de Paris-Match consacré à Alvaro Uribe (4) . Il faut aussi reconnaître qu’à la différence de son homologue colombien, il fut confortablement élu lors des élections présidentielles de décembre 2006. A titre d’exemple, Chavez et Uribe ont été élus avec quasiment le même nombre de voix, autour de 7.200.000 voix. A la différence près qu’au Venezuela, il y a 26 millions d’habitants et en Colombie 45.000.000 ; sans compter quelques millions de déplacés qui ont dû fuir hors des frontières de ce pays.

Il faut avoir en mémoire qu’à la différence des manipulations politiciennes d’Uribe faisant modifier la loi approuvant la réélection du président par un Congrès acquis à sa cause, Chavez a proposé cette même modification constitutionnelle en referendum populaire. Referendum perdu et accepté comme tel. Il est aussi nécessaire d’avoir à l’esprit, qu’à la différence du Venezuela, où le spectre audiovisuel est acquis à l’opposition, la Colombie ne dispose d’aucune chaîne critique à l’égard de son président.

Admettons donc que le Bon ne soit pas bon, et que le Truand n’en est pas un. Qu’en est-il des Brutes ? Sont-ils des brutes, ou une armée de brutes ? C’est bien là le cœur du problème.

La FARC existe depuis 48 ans et de multiples rencontres entre cette guérilla et des personnalités internationales du monde politique et économique (notamment avec le président de Wall Street en 1999) avaient régulièrement lieu avant la présidence d’Uribe. Avec la classification de la FARC et de l’ELN comme groupes terroristes après les évènements du 11 septembre 2001, la volonté "d’exterminer" la guérilla s’est substituée à la possibilité de trouver une sortie négociée au conflit colombien. Or ni Alvaro Uribe ni ses prédécesseurs ne peuvent affirmer aucun succès militaire réel lorsqu’ils se sont engagés dans cette voie. Car pour mettre un terme à la guerre, il faut déjà reconnaître qu’il y ait une guerre. Pour négocier la paix, il faut déjà reconnaître des interlocuteurs aptes à la négociation.

Comble de l’absurde, un article de Paolo A. Paranagua dans le Monde datant du 13 août 2008. On y apprend qu’ "à Bogota, trois procureurs enquêteurs spécialisés, au Parquet, dans les droits de l’homme, ont bien voulu répondre à nos questions sous couvert de l’anonymat. Ils estiment que les FARC violent les Conventions de Genève et le droit international humanitaire." (5) Nous ne pouvons que féliciter Paranagua pour avoir respecté l’anonymat de ses sources, parce que dans le cas contraire, ces procureurs spécialisés auraient dû repasser leurs examens puisque les conventions de Genève s’appliquent aux conflits armés, ce qui officiellement n’est pas le cas de la Colombie. Soit il s’agit de Brutes, soit d’une armée participant à un conflit et devant se soumettre aux Conventions de Genève, et avec laquelle une sortie de la guerre est juridiquement possible.

La proposition du président Chávez de reconnaître la FARC et l’ELN comme force belligérante s’inscrit dans la volonté du gouvernement vénézuélien de contribuer à la recherche de la paix, tant espérée par le Peuple colombien. Cette proposition appuyée par Amnesty International, a pour but de jeter les bases d’un échange humanitaire et d’un accord de paix entre deux forces militaires qui combattent depuis près de cinquante ans. Réduire la perspective humanitaire de Caracas au scénario du Bon, de la Brute et du Truand tel que nous l’ont exposé les media français, est une tergiversation malsaine qui légitime le recours aux atrocités de la guerre que prônent Alvaro Uribe et son gouvernement.

Pour en finir avec la guerre qui ensanglante la Colombie depuis la mort de Jorge Eliécer Gaitán, la seule solution est une négociation, dont la reconnaissance des groupes guérilleros n’est que le premier pas. Privilégier cette option, lancée par le président Hugo Chávez, délivrerait le Peuple Colombien, prisonnier depuis trop longtemps des prétentions belliqueuses de ses gouvernements. Que cela plaise aux media français, ou non !

Romain Migus. 28/01/08

Notes :

(1) Michel Peyrard, "Le double visage d’Alvaro Uribe", Paris-Match.

(2) Paolo A. Paranagua, "La Colombie demande le soutien de l’Europe dans l’affaire des otages", Le Monde, 22/01/08.

(3) Michel Taille, "Uribe plaide sa cause anti-FARC", Libération, 22/01/08.

(4) Michel Peyrard, "Le double visage d’Alvaro Uribe", Paris-Match. Sur la photo, on peut voir le président colombien lire un reportage mensonger de Paris-Match présentant Hugo Chávez comme le chef d’une famille mafieuse. La légende qui accompagne cette photo est sans équivoque. Elle rapporte les propos d’Uribe parcourant l’article calomnieux : "Et dire que, quand je me rends à Caracas, on me traite d’assassin…"

(5) Paolo A. Paranagua, Les deux ex-otages colombiennes dénoncent les méthodes des FARC, Le Monde, 13/0108.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le Bon, La Brute et le Truand : Sur la couverture médiatique de la visite d’Uribe
29 janvier 2008 - 06h47

A voir la video de Jack Lang au VI sommet de l’Alternative Bolivarienne pour les peuples des Amériques (ALBA) où l’on voit Lang critiquer "au nom de tous les socialistes" la position d’Alvaro Uribe.

http://video.google.fr/videoplay?do...

R.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite