Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche (partie 2)

de : Romain Migus
samedi 1er décembre 2007 - 08h44 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Partie 1

L’usage calculé de la force par le "mouvement étudiant virtuel"

Les media commerciaux sont la pierre angulaire des techniques de révolutions colorées. Ils permettent de créer une réalité virtuelle à l’opposée des faits réels, pour ensuite justifier une intervention étrangère (pas forcément sous la forme militaire, mais aussi politique, de médiation, etc...) qui appuierait la minorité putchiste. La manipulation médiatique au Venezuela repose sur la création de violences de la part de l’opposition pour ensuite en faire reposer la faute sur le gouvernement. Et ainsi, pouvoir condamner la violence et se faire l’avocat d’une réconciliation nationale… Main dans la main avec les media commerciaux, et particulièrement la chaîne Globovision, le "mouvement étudiant virtuel" très bien conseillé par les serbes d’Otpor a réalisé plusieurs montages de ce type.

Le jeudi 1 novembre, le "mouvement étudiant virtuel", des membres des partis d’opposition, ainsi que le directeur de la chaîne Globovision, marchent sur le Centre National Electoral (CNE) pour remettre un document aux membres de sa direction. Arrivés devant le bâtiment, un barrage de police laisse passer une délégation des étudiants d’opposition. A peine remis le document, ces étudiants tentent de s’enchaîner à l’escalier du CNE en utilisant des chaînes qu’ils portaient comme ceinture. Dans la "dictature" vénézuélienne, ils n’avaient pas été fouillés avant de pénétrer dans l’enceinte du Pouvoir électoral. Au même moment, les étudiants qui attendaient dehors commencent à agresser le cordon policier pour faire une diversion. La violence des faits (15) contraste complètement avec leur soi disant "non-violence". Des étudiants essaient même de brûler vifs des policiers en déversant des litres d’essence dans la voiture sur laquelle ils étaient montés. (16) Finalement l’essence déversée ne sera pas allumée. Il est vrai qu’il aurait été difficile de défendre l’image d’une manifestation "non-violente" avec des images de cadavres de policiers carbonisés.

Les étudiants n’ayant pas réussi à s’enchaîner à l’intérieur du Centre National Electoral, le combat de rue change de lieu. Les groupes étudiants qui agressaient les policiers se replient sur l’avenue Bolivar toute proche et détruisent tout sur leur passage (bancs détruits, arbres brûlés à l’essence, jardinières de fleurs renversées, décoration arrachées,…). Les policiers dispersent les manifestants au moyen de gaz lacrymogène, d’un canon à eau et de cartouche de petits plombs, et non pas de balles en caoutchouc comme le stipulent les media internationaux. Il n’y aura aucune interpellation.

Qu’importe, pour CNN, c’est une "répression féroce du gouvernement contre une manifestation pacifique", la presse internationale suivra cette vérité sans mettre en doute les intentions "pacifiques" des étudiants.

Quelques jours plus tard, les étudiants d’opposition organisent une manifestation pour faire part de leurs doléances au Tribunal Suprême de Justice, où ils seront reçus par sa plus haute autorité, Luisa Estela Morales. La manifestation se déroule sans heurt. Les manifestants regagnent leurs universités. En revenant à l’Université Centrale du Venezuela, le cortège croise des étudiants chavistes collant des affiches en faveur de la Réforme. Insultes, jets, de pierre, etc. Les chavistes, bien inférieurs en nombre se réfugient dans le bâtiment des Etudes de Travail Social, où étaient en train d’étudier quelques 150 jeunes vénézuéliens. Un groupe d’étudiants d’opposition les y assiègent, bloquent l’entrée et mettent le feu au bâtiment. Face à l’immobilisme des autorités de l’Université (acquises à l’opposition) qui n’enverra que les pompiers gênés dans leur travail par les jets de pierre et les tirs à l’arme à feu entre les étudiants d’oppositions et les chavistes retranchés dans le bâtiment, les militants chavistes décident d’organiser leur propre sauvetage ainsi que celui des étudiants de Travail Social pris au piège. Ils préviendront des éléments extérieurs à l’Université, qui arriveront armés en moto pour les secourir. Les deux bandes (ceux en moto et le groupe d’opposition) font usage de leurs armes. Bilan : 6 blessés, et le sauvetage des 150 personnes assiégées dans le bâtiment.

Sur place, une équipe de Globovision préalablement équipée de gilet pare balle, et de masques à oxygène retransmet les images d’un groupe armé en moto tirant sur les étudiants d’opposition. Une équipe de la chaîne communautaire Catia TV et un groupe de documentalistes étrangers sont aussi sur place mais sans compter sur le matériel anti-émeute dont bénéficient les journalistes "prévoyants" de Globovision. Les seules images de la chaîne d’opposition feront le tour du monde. Dans un article dont le seul titre est déjà mensonger et partisan ("Tirs à Caracas contre les étudiants hostile à Hugo Chavez"), Paolo A. Paranagua du journal Le Monde expose, depuis Paris, sa version des faits : "Les étudiants qui rentraient de la manifestation ont trouvé un autobus incendié et des individus cagoulés et armés barricadés dans l’Ecole de travail social de l’UCV, bientôt relayés par des dizaines de commandos arrivés sur des motos et portant des armes de poing." (17). Qu’importe que le chauffeur du bus en question ait dénoncé après coup les étudiants d’opposition comme responsable de l’incendie de son véhicule (ceux-ci ayant sorti le chauffeur de son bus pistolet sur la tempe). (18). Les coupables pour Le Monde sont déjà identifiés : un commando chaviste. Sous la plume de Charles Dantzig, dans Libération, on apprend que "des milices actionnées par Hugo Chavez sont entrées dans l’Université centrale du Venezuela à Caracas, sept blessés." (19) Ces média-mensonges réacréditent au passage l’existence d’unités paramilitaires au service du gouvernement. On se rappelle qu’au début du processus bolivarien, les media qualifiaient déjà les partisans du gouvernement réunis en comités de quartiers (les Cercles Bolivariens) de "Cercles de la Terreur", de "horde armée chaviste", etc… Un communiqué du Parti Socialiste français reprendra à son compte le montage médiatique pour condamner les violences et l’intolérance des chavistes. (20)

Qui plus est, si tout le monde a pu voir les images du sauvetage opéré par le groupe en moto, qu’en est-il des témoignages des étudiants terrorisés qui étaient pris au piège dans les bâtiments d’Etudes de Travail Social ? (21)

Nous nous demandons ce qui se serait passé si les étudiants qui manifestent contre l’autonomie universitaire en France, au retour d’une manifestation, avaient bloqué un groupe d’étudiants de l’UNI (syndicat universitaire de droite) dans un bâtiment d’une fac, empêchant toute sortie et mettant le feu aux installations dans le but inconscient de brûler vifs les membres de l’UNI et les étudiants du bâtiment ? Qu’aurait alors raconté Le Monde sur ces étudiants pyromanes ? On peut imaginer fort aisément que ces étudiants seraient aujourd’hui en prison.

Au Venezuela, la "dictature communiste" d’Hugo Chavez les a laissés libre de recommencer. Et même plus, les étudiants d’opposition ont été reçus deux fois par l’Assemblée Nationale, par le Tribunal Suprême de Justice, par le Procureur Général de la République et par le Ministre de l’Intérieur. Drôle de dictature qui ouvrent les portes du Pouvoir à un groupe d’étudiants minoritaire et ultra-violent…

En revanche, lorsque ces étudiants révèlent leurs pratiques au grand jour, les media internationaux se taisent. Le 3 novembre, soit le jour suivant les incident du CNE, des élections à l’Université du Zulia ont dégénéré : 2 morts, dont une étudiante du Parti d’opposition Primero Justicia. Immédiatement, Globovision responsabilisent des groupes chavistes. Mais des vidéos amateurs ne tardent pas à révéler que les auteurs des tirs sont des étudiants liés au parti "Un Nuevo Tiempo", de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Manuel Rosales. Ils tentaient d’intimider des candidats à l’élection au Conseil Universitaire, pour garder l’emprise sur le pactole que représentent les contrats pour les transports et la cantine universitaire. Mafia, vous avez dit mafia ??? Aucun media français n’a offert au public cet autre visage des étudiants d’opposition. Il est vrai qu’aucun étudiant lié à la Révolution bolivarienne n’était présent lors de cet assassinat.

Comment se fait-il que les media internationaux continuent de parler "du mouvement étudiant pacifique" alors qu’il s’agit d’un groupe minoritaire d’étudiants pour la plupart issus des couches aisés de la population vénézuélienne, exprimant leur rejet du gouvernement par la violence et l’hypocrisie. La Réforme constitutionnelle n’est qu’un prétexte, comme le fut la non rénovation de la concession à RCTV, pour tenter de renverser le gouvernement bolivarien au mépris des règles du jeu démocratique. Les enseignements des Serbes d’Otpor font leurs preuves…


Notes

(15) Voir la vidéo :
http://www.radiomundial.com.ve/yvke...

(16) Voir la vidéo :
http://www.radiomundial.com.ve/yvke...

(17) Paolo A. Paranagua, "Tirs à Caracas contre les étudiants hostiles à Hugo Chavez", Le Monde, 09/11/07.

(18) Ceux qui parlent l’espagnol pourront voir son témoignage, ainsi que l’utilisation que fait l’opposition de leur propre méfait :
http://www.youtube.com/watch?v=JplM... .

(19) Charles Dantzig, "Ma vie en taxi", Libération, 17/11/07.

(20) Communiqué du Parti Socialiste Français sur le Venezuela, 12/11/07 :
http://international.parti-socialis...

(21) La vidéo suivante répare partiellement cette injustice, et montre une autre vision des évènements que celle décrite par les entreprises de communication internationales :
http://fr.youtube.com/watch?v=TUhjG...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche (partie 2)
1er décembre 2007 - 08h56




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite