Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Chirac illégitime ! par Gérard Filoche

de : ollivier
mardi 30 mars 2004 - 00h49 - Signaler aux modérateurs

La France est désormais ingouvernable sous Chirac !

Élections législatives anticipées

Le rejet qui vient de frapper le gouvernement de Chirac-Raffarin est sans précédent dans l’histoire de notre pays. La vague qui fait gagner toute la gauche est encore beaucoup plus forte qu’en juin 1997.

Ce n’est pas seulement un 21 avril à l’envers, c’est surtout un 1er juin 1997 en mieux !

Il faut le reconnaître tel quel.

Alors que l’abstention recule spectaculairement de 7 % , donc avec une mobilisation démocratique tout à fait exceptionnelle, la gauche atteint à elle seule, les 50 % des voix et gagne presque 100 % des régions. Tous les ministres de droite (19) sont battus. Ce ne sont pas les triangulaires qui font perdre la droite Ump-Udf, ce n’est pas un vote "régional" ou "cantonal" qui a eu lieu, malgré les tentatives répétées pour le dépolitiser, c’est un raz-de-marée très politique, national, lumineux qui met en cause consciemment, profondément, directement, les régressions réactionnaires et le pouvoir chiraquien imposés depuis le 21 avril 2002.

Et c’est la troisième fois que Chirac reçoit ce genre de démenti complet... en 1988, en 1997, en 2004

Chapeau le peuple de gauche français !

Face à une tentative délibérée et brutale d’imposer en France, par la force, une politique réactionnaire à la Margaret Thatcher, détruisant tous les acquis sociaux, retraite, Sécu, droit du travail, non seulement il y a eu une extraordinaire mobilisation sociale en 2003 (11 journées nationales enseignantes, 9 journées interprofessionnelles, 140 jours de mobilisation pour défendre les retraites, 30 millions de jours de gréve, 4 journées de défilés avec plus de 2 millions de manifestants dans la rue...) mais les salariés français ont aussi trouvé "leur" débouché politique, s’emparant de toutes les élections depuis (Corse, Antilles, régionales cantonales, et demain les européennes !...) pour défaire l’entreprise chiraquienne.

Chapeau le peuple de gauche !

Il vient de mobiliser le ban et presque l’arrière-ban (presque, parce qu’il y a encore des réserves d’abstention et elles sont encore à gauche...). Il est majoritaire. La France est de gauche ! Elle a su aller chercher en moins de vingt mois, dans ses ressources pour rejeter le thatchérisme !

Ceux qui disaient que les grèves de 2003 avaient "perdu", ont finalement eu tort :

 après tout mai 68 avait perdu... il a fallu attendre un an pour que De Gaulle parte...

 après tout nov-déc 95 n’avait pas gagné, il a fallu attendre plus d’un an pour que Chirac dissolve et que Juppé parte...

 après tout, un an après les grèves de 2003, on est "dans les temps" pour Raffarin-Chirac...

Le message est clair : nous ne voulons pas des régressions réactionnaires du Medef, nous ne voulons pas de retour en arrière vers le XIXe° siècle, nous ne voulons pas de la destruction de nos retraites par répartition ni de la loi Fillon (rappelons que fin juin 2003, 66 % des Français étaient opposés à la loi Fillon), nous ne voulons pas de vos menaces sur la Sécurité sociale, sur le droit du travail !

Nous voulons bouger, aller de l’avant, pour davantage de droits sociaux, pas pour leur suppression !

Le gouvernement Chirac-Raffarin, en deux ans, a fait reculer la France, économiquement, socialement, il a creusé le chômage, enrichi les riches, appauvri les pauvres.

La France a besoin de davantage d’égalité, pas de moins de solidarité. Elle veut plus de sécurité sociale pas moins. Elle veut des salaires plus hauts pas davantage de profits pour les actionnaires. La France ne veut pas creuser les inégalités, elle veut les résorber. Elle veut redistribuer les richesses, pas serrer la ceinture aux salariés ni remplir les bourses des capitalistes. Nous voulons reprendre au capital ce qu’il a pris au travail depuis près de vingt ans ! Augmentez tous les salaires et prestations sociales, c’est le capital qui doit payer sur ses profits pas les salariés !

Comment Chirac pourrait-il prendre acte publiquement du vote du 28 mars ?

Ce serait pour lui, reconnaître que c’est la même défaite qu’en juin 1997, car il lui faudrait "présider" comme entre 1997 et 2002, et il ne pourrait plus satisfaire le Medef ni servir ses amis de l’Ump-Udf.

Donc Chirac fait parler Juppé, Raffarin, Perben, Aillagon, Copé, ses ministres, et que disent-il, dés ce soir du 29 mars ? Juppé, Raffarin, Sarkosy, Perben, tous continuent éhontément de prétendre sur tous les écrans de télévision qu’ils vont continuer d’imposer leurs prétendues "réformes" réactionnaires, "notamment sur la Sécurité sociale", et qu’il n’y a pas d’autre choix !

Ils narguent le peuple.

Ils nous annoncent un "remaniement gouvernemental" pour continuer en "expliquant mieux", en faisant de la "pédagogie".

C’est un déni de démocratie !

Face à cela, on ne peut pas seulement dire : "- Servons -nous de notre victoire et des régions et des cantons pour résister" ou "- Préparons notre projet pour 2007"

Certes, ce sont deux réactions justes, évidentes, nécessaires, mais elles ne suffisent pas à la situation créée ce 28 mars.

Il faut aussi, forcément, mettre en cause la légitimité du pouvoir chiraquien.

Car comment accepter que la France soit gouvernée par un président évidemment minoritaire qui veut, pour le compte du Medef, continuer à casser les éléments essentiels de notre protection sociale, à augmenter le chômage et à exclure les chômeurs de leurs droits acquis, qui veut baisser les salaires déjà trop bas, et détruire le droit du travail déjà trop peu respecté ?

Il s’impose à tous de reconsidérer la source de la "légitimité" démocratique initiale de Chirac : elle était faible, elle vient d’être battue.

Déjà, le 21 avril 2002, Chirac perdait 4 millions de voix sur 1995, et ne faisait que 19 % des voix : s’il est passé, c’est dans une conjoncture tout à fait exceptionnelle où la gauche, malgré qu’elle ait obtenu 42,96 % des voix contre 40,96 % des voix à la droite, n’a pas eu de candidat au deuxième tour !

Chirac a cru et a dit "qu’il n’y avait plus de raisons de s’emmerder" et a fait directement la politique réclamée par les forcenés ultra-libéraux du Medef. Sa majorité parlementaire "Ump-Udf" obtenue mécaniquement en juin 2002, (vu l’ordre inversé, hélas, des scrutins) ne découlait que de Chirac, elle n’a donc fait que s’aplatir devant Raffarin, Premier ministre lui-même réduit à un rôle de chef de cabinet, d’exécutant des basses oeuvres.

Cette construction politique institutionnelle sur les deux dernières années est impitoyablement mise à nu. On y voit les méfaits de la V° République où le pouvoir vient d’en haut, de la présidence et s’impose au peuple - y compris quand le deuxième tour et ses suites ont été faussés.

Oui, mais voilà, le peuple se rebiffe, et fait savoir dés qu’il le peut, que l’interprétation chiraquienne du vote exceptionnel de 2002 ne lui convient pas. La V° République est grippée, la source du pouvoir mise en cause.

Rien, dans un pays démocratique, après un tel raz-de-marée, si clair et si facile à analyser dans sa signification et son ampleur, ne permet de considérer comme acquis que les chiraquiens continuent à gouverner : le respect de la règle démocratique voudrait qu’il démissionne ou qu’il reconsulte le peuple sur les orientations fondamentales, qu’il ré ouvre le vote sur le fond.

Pour savoir si le peuple veut subir les régressions du Medef contre les retraites, la Sécu ou le Code du travail... s’il veut que ca continue jusqu’en 2007, ou que ca s’arrête maintenant, il faut entendre le message raz-de-marée des 21 et 28 mars et donc revoter, pour la source du pouvoir.

Nous n’avons pas fatalité, maintenant que nous savons où est la majorité le 29 mars, à laisser détruire nos droits sociaux pendant trois ans, en attendant de les reconstruire ensuite.

On ne peut pas laisser la France être gouvernée par diktats pendant les trois années à venir.

C’est pourquoi il est juste d’interpréter le vote populaire en réclamant à Chirac, soit sa démission, soit de nouvelles élections législatives ! C’est le pouvoir de Chirac, c’est sa politique, c’est son action qui sont en cause, et pas seulement Raffarin, ou ses ministres !

Et comme nous sommes pour la démocratie, pour la pré éminence du Parlement, contre le pouvoir personnel, pour une VI ° République, la solution qui serait la plus adéquate, et démocratique en lien avec le raz-de-marée du 29 mars, ce devrait être des élections législatives anticipées. Dissolution de l’assemblée Ump-udf qui a mis en oeuvre toutes les mesures de régression sociale qui viennent d’être rejetées !

Et si Chirac n’entend pas cela, tous les mouvements sociaux, et toutes les mobilisations seront légitimes, syndicats, associations, salariés auront encore mieux qu’en 2003, à lui faire entendre raison démocratique.

La France est ingouvernable si Chirac s’incruste et veut continuer à agir dans le même sens : la gauche tout entière doit le dire, et c’est le début d’une nouvelle pugnacité, si elle le dit clairement ! C’est même le début et une condition à son futur "projet". Pour gagner en 2007, il ne faut pas "attendre" il faut se battre dés maintenant ! L’exigence est si grande qu’il faut dire aussi que nous abrogerons les lois passées depuis 2002.

Nous abrogerons la loi Fillon pas seulement "parce qu’elle n’est pas financée" mais parce qu’elle est injuste socialement et que nous voulons que ce soient les actionnaires qui paient et pas les salariés !

Les électeurs de gauche ont donné un mandat pour que la gauche s’oppose et fortement, ils seront aussi exigeants vis-à-vis de la gauche qu’ils l’ont été face à la droite.

D’ailleurs les électeurs francais votent toujours, dans ce pays, depuis 20 ans contre le libéralisme et les libéraux capitalistes ou contre ceux qui ne les combattent pas assez !

Le raz-de-marée du 29 mars n’est pas un "blanc seing" : la gauche a intérêt à être aussi antilibérale et fidèle aux salariés que la droite est libérale et fidèle au patronat.

Enfin, pour conclure sur l’illégitimité de Chirac, il faut cesser toute complaisance, même indirecte : tous les Français savent que ce n’est pas seulement Alain Juppé qui est compromis dans les affaires de la mairie de Paris, les emplois fictifs, les détournements de fonds, la mise en coupe réglée financière des ressources multiples, illégales, qui ont permis à Chirac d’accéder à l’Elysée.

Chirac n’a rien de sympathique, c’est un des plus médiocres présidents que nous ayions eu, et aujourd’hui un des plus illégitimes, et donc des plus dangereux pour la France.

Tous les Français expérimentent maintenant comment les politiques de Chirac échouent, chaque fois qu’il arrive au pouvoir : en 1986-88, avec les grèves et la mort de Malik Oussekine, avec les grandes grèves de nov-déc 95 et la dissolution de l’Assemblée qui en a résulté, et aujourd’hui avec les grèves géantes de 2003 qu’il a voulu mépriser, et ce raz-de-marée à gauche qui en résulte et le balaie.

En un mot Chirac n’est plus légitime, après ne l’avoir été que très faiblement, dans des circonstances exceptionnelles, et la France ne peut accepter que les régressions sociales qu’elle vient massivement de condamner, continuent !

GF

« Il faut continuer les réformes » ?

Ça suffit votre baratin et vos sondages bidon !

La gauche de 1997 à 2002 n’était pas "immobiliste" mais innovante en tentant de faire avancer le progrès social avec "les 35 h hebdomadaires sans perte de salaire", les emplois-jeunes, en faisant reculer le chômage de masse, en améliorant les droits des salariés, avec la Cmu, l’Apa, etc. La droite de 2002 à 2004 n’est pas "réformiste" en détruisant les retraites, le droit du travail, les droits du chômage et la Sécu, elle est réactionnaire, régressive, elle ne va pas de l’avant, elle nous ramène en arrière, au XIXe° siècle ! Ce n’est pas une "réforme" que de détruire notre protection sociale, c’est une contre-révolution blanche, Ce n’est pas une "réforme" que de faire du thatcherisme, c’est accélérer le retour à la misère et au creusement des inégalités !

Ça suffit, ce baratin rabâché sur " Nous devons forcément continuer les réformes", c’était déjà le langage de Margaret Thatcher, : "Tina !" criait-elle toujours, "There Is No Alternative, tina".

Mais bien sûr qu’il y a des alternatives aux régressions chiraquiennes voulues par le Medef !

Bien sûr on peut faire payer davantage les actionnaires, les financiers, les employeurs pour renflouer les caisses publiques, et améliorer la protection sociale et les salaires. Depuis 20 ans, 11 % de la part des salaires a été perdue pour les profits, il est temps de stopper cela et de faire un magnifique "réforme" :

"- Augmentez les salaires, redonner au travail ce que le capital lui a pris en trop !"

Ce n’est pas le coût du travail qui est trop élevé, c’est le coût du capital !

Bien sûr qu’il y a des "réformes" contraires à celles de la droite, il y a même un choix de société entre les deux orientations !

L’une nourrit les actionnaires, diminue les impôts des riches, appauvrit les pauvres et cherche à les faire travailler plus dur, plus longtemps en étant moins payé, ça c’est Chirac-Raffarin-Fillon-Seilliére, et le peuple français a sanctionné cela par un immense raz-de-marée à gauche ! Écoutez la démocratie, ne faites pas un débat de sourds en prétendant qu’il faut "poursuivre les réformes de Chirac et du Medef," on vous a massivement dit : "non !".

L’autre redistribue les richesses produites, rend aux salariés les fruits de leur travail, réduit les inégalités, reprend au capital les sur-profits qu’il effectue et qu’il n’oriente que vers la bulle financière !

Il y a place pour une autre France que celle du Medef et des actionnaires,

Pour une autre Europe que celle des banquiers et des ultra-libéraux, Il y a place pour un autre monde que celui de MM Bush et Blair !

Quant aux sondeurs malhonnêtes qui rabâchent depuis ce matin 29 mars, que 45 % des Français veulent "poursuivre les réformes" et que "42 % des Français ne le veulent pas", qu’ils reposent donc des questions précises :

Approuvez-vous la loi Chirac-Raffarin-Fillon sur les retraites qu’ils ont fait voter l’année dernière ?

Approuvez-vous l’orientation des ordonnances qu’annoncent MM Chirac-Raffarin et Mattéi ?

Approuvez-vous les lois Fillon, le rapport de Virville, les facilités de licenciements et les remises en cause du droit du travail annoncées par MM Chirac-Raffarin-Fillon ?

Et vous allez voir les réponses !

Rappelez que jusqu’au bout en juin et été 2003, dans tous les sondages, il y avait 66 % des Français contre les lois Raffarin-Fillon sur les retraites...

Et MM les sondeurs, si vous n’êtes pas sûrs, vous venez d’avoir un sondage grandeur nature, le 28 mars, sans précédent historique où la gauche obtient 50 % des voix à elle toute seule contre la politique dite "de réforme" de MM. Chirac-Raffarin-Fillon-Mattéi-Aillagon, etc.

Et François Hollande s’est engagé solennellement dés le congrès de Dijon, à abroger la réforme Fillon sur les retraites... Informez-en les Français et faites-les réagir...

La gauche a reçu mandat clair, très à gauche, le 28 mars, pour abroger les réformes de la droite et créer, non pas une simple alternance, mais une alternative !

Arrêtez l’intox sur , "il faut continuer de réformer" comme le minoritaire Chirac veut continuer de le faire accroire, ce serait un déni de démocratie !

*** *** ***

Gérard Filoche, le 29 mars 2004 membre du Bn du Ps, pour "Démocratie & socialisme" n°114 avril 2004

www.democratie-socialisme.org


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite