Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’avenir du gouvernement en suspens au lendemain de la débâcle de la droite

de : Paris
lundi 29 mars 2004 - 23h31 - Signaler aux modérateurs

Jean-Pierre Raffarin a rencontré, lundi 29 mars, le président Jacques Chirac et reçu plusieurs "ministrables", multipliant ainsi les signaux sur son possible maintien à Matignon, malgré la déroute de la droite aux élections régionales.

L’Elysée a paru accréditer cette hypothèse en milieu de journée par une déclaration laconique mais dont chaque mot était de toute évidence soigneusement pesé : "Le président de la République travaille avec le premier ministre aux décisions qu’il sera amené à prendre dans les tout prochains jours. "

Après le cinglant désaveu des régionales, le chef de l’Etat doit choisir s’il change ou non de premier ministre, et quelle ampleur donner à un remaniement ministériel et à une inflexion de la ligne politique et économique suivie depuis deux ans. Son entourage reste cependant muet sur ses intentions.

En milieu de matinée, Jean-Pierre Raffarin a pris soin d’éviter journalistes et photographes postés devant les portes de Matignon et de l’Elysée pour se rendre à son rendez-vous avec le chef de l’Etat, avec qui il est resté plus d’une heure. C’est aussi par une entrée secondaire - vraisemblablement par les jardins de Matignon - qu’il est revenu à son bureau vers 11 h 30 sans qu’aucun journaliste ne le voie.

Parallèlement, dans les cabinets ministériels, personne n’ose prédire la décision de Jacques Chirac. Des conseillers croient au maintien de Jean-Pierre Raffarin à Matignon. "Hier soir, Jacques Chirac et l’Elysée avaient l’air déterminés à le garder à Matignon", dit l’un des conseillers du premier ministre. "Je pense qu’on reste", estime un autre.

D’autres sont plus dubitatifs. "Tout le monde est suspendu à la décision présidentielle", confie l’un, pour qui "on voit mal comment le président pourrait se contenter de changer quelques ministres". "Je suis habitué à la politique. Et pourtant c’est une situation inédite, renchérit un familier des cabinets ministériels. Personne ne sait ce qui va se passer." Dans certains ministères, les conseillers "rangent leur bureau", au cas où, mais n’en savent pas plus.

A 13 h 30, la déclaration de l’Elysée semble faire pencher la balance vers le maintien de Jean-Pierre Raffarin à Matignon.

"SEREIN, GRAVE ET DÉTERMINÉ"

De fait, le secrétaire d’Etat aux transports, Dominique Bussereau, deux "ministrables" dont les noms circulent depuis quelques jours, Xavier Bertrand et Renaud Donnedieu de Vabres, ainsi que le porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé, ont été reçus par le premier ministre à partir de 15 heures.

Dominique Bussereau est un proche de Jean-Pierre Raffarin. Xavier Bertrand est secrétaire général adjoint de l’UMP chargé des débats de société et député de l’Aisne. Il a mené le débat sur les retraites pour le parti chiraquien et il est pressenti pour mener celui sur la réforme de l’assurance-maladie. Quant à Renaud Donnedieu de Vabres, il est porte-parole de l’UMP et secrétaire général adjoint du parti chiraquien, chargé du débat interne et de l’animation. Il a fait partie quelques semaines du premier gouvernement Raffarin avec le portefeuille des affaires européennes, qu’il pourrait retrouver. Il a dû quitter le gouvernement en juin 2002 après sa mise en examen dans une affaire de financement politique, pour laquelle il a été condamné à une amende.

Dominique Bussereau, Xavier Bertrand et Renaud Donnedieu de Vabres sont repartis une heure plus tard l’air détendu mais muets. Pendant leur entretien avec Jean-Pierre Raffarin, les directeurs de cabinet du gouvernement ont tenu pour leur part leur réunion hebdomadaire, comme si de rien n’était. "Certains pensaient que la réunion serait annulée", confie un proche de Jean-Pierre Raffarin, pour qui le fait que cette réunion se soit tenue "est un signe".

Ils sont ressortis de cette réunion sans que leurs visages ou leur attitude trahissent la moindre tension. Un peu plus tard, à 17 heures, c’était au tour de l’ancien préfet de police de Paris, Philippe Massoni, conseiller de Jacques Chirac pour la sécurité et secrétaire général du Conseil de sécurité intérieure, d’être reçu à Matignon, tandis que des rumeurs non confirmées font également état de la présence du ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy.

Lors de son entretien, M. Bussereau a dit avoir trouvé le premier ministre "serein, grave et déterminé". "J’ai eu le sentiment qu’il travaillait pour préparer l’avenir mais seul le président de la République peut en décider", a-t-il déclaré lundi sur LCI. Le secrétaire d’Etat a affirmé que les "conséquences politiques" tirées des résultats des régionales aboutiraient notamment à la constitution d’une "équipe politique soudée". "Il y a eu un message politique dans les élections régionales et départementales, il y a maintenant trois ans pour la majorité pour poursuivre son travail", a-t-il conclu.

Personne ne se risque à prédire quand Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin lèveront le voile sur les conclusions qu’ils entendent tirer des résultats des régionales. "Il faut que l’attente soit la plus courte possible", se borne à espérer un proche du premier ministre. Jacques Chirac doit présider mercredi un conseil des ministres, avant de quitter jeudi Paris pour Moscou, où il restera jusqu’à vendredi.

Le chef de la diplomatie, Dominique de Villepin, dont le nom était cité parmi ceux des possibles premiers ministrables, doit quitter mercredi Paris pour Berlin, où se tient la conférence sur l’Afghanistan. Il est attendu ensuite jeudi à Haïti.

LEMONDE Avec Reuters


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite