Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Walter Veltroni, le prestidigitateur...

de : Enrico Campofreda
lundi 2 juillet 2007 - 09h15 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 14.9 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa

A la chasse de quoi va l’animal le plus politique, le chien qui flaire, le chien d’arrêt et le retriever, le grand lévrier du centre-gauche sinistré ? De succès et de consensus qui sont les architraves pour la création du pouvoir et pour sa conservation.

Pour ce faire il poursuit, plutôt que des rêves, une magie : conjuguer des oxymores politiques, une tache qui semblerait plus dure que les formules impossibles qui ont fait l’histoire de l’Italie chrétienne-démocrate.

Ça vous dit quelque chose "convergences parallèles" de l’époque de Moro. Eh bien, le nouveau leader du Parti Démocrate propose et promet un saut périlleux beaucoup plus hardi. Quadruple. Celui qu’aucun gymnaste ne pourra sortir aux Jeux de Pékin simplement parce qu’il est aux limites de l’humain.

Mais la politique, à la différence des tremplins, est faite d’illusions et alors on peut beaucoup dire et espérer. Justement le parcours entrepris par la gauche qui fut communiste et réformiste, pour se retrouver démocrate de gauche et atterrir au Parti démocrate peut être la table de lecture des perspectives illustrées par le Maire des maires et en a même préparé l’évolution pendant des années. Par la ligne des sacrifices à sens unique, seulement pour les salariés.

L’iniquité fiscale, la vie chère, la casse des garanties conquises après des décennies de revendications et de négociations, la régularisation législative de la précarité. Lesquelles, si elles n’ont pas toutes été décidées par des gouvernements « amis », ont reçu l’aval et le consentement de cette gauche et de ce syndicat qui ont mis de côté leurs rôles historiques. A Veltroni, à sa bonhomie et à ses sourires, la tâche de dorer les pilules futures un peu en brouillant les pistes et en parlant, comme il l’a fait dans son discours d’installation [à la tête du Parti démocrate, NdT], des bonnes manières qui ne gâchent sûrement rien, mais qui ne sont que de la forme, alors qu’ il faut de la substance au Pays.

La politique pourra sans doute bénéficier de la modération des tons, de la réduction des brutalités bestiales que surtout la composante de la droite post et néo-postfasciste reproduit et relance. Mais le bon ton n’est pas synonyme de transparence et de bon gouvernement. Les mœurs politiques des années 60 et 70 n’étaient pas grossières comme les mœurs actuelles et pourtant la saloperie criminelle des massacres d’Etat était poursuivie par des politiques qui parlaient tout bas et qui ne manifestaient aucun conflit d’intérêt évident.

En confirmant les masques, les deux dernières législatures ont très bien montré qu’on peut être bagarreurs et prêts à se mettre d’accord et qu’on est d’autant plus faussement explosifs qu’on cache des manigances pas légères du tout. Les affaires des petits malins entraînent les leaders de Parti autant que les trafics des ténors de la Première République.

C’est dans les propositions concrètes que Walter et ses frères devront épuiser toutes leurs qualités de prestidigitateurs. Et cela pas tellement dans leurs rappels au bon sens pour éviter – que sais-je – un écologisme masochiste qui lutte contre la grande vitesse ferroviaire et garde des trains escargots et une circulation sur des routes polluées, des rappels sur lesquels l’usure du temps peut faire converger même l’approbation de verts irréductibles.

Mais quand il dit : « La société est immobile, aujourd’hui l’enfant de deux diplômés a 7 fois la probabilité de se diplômer par rapport à l’enfant de deux parents sans diplôme. Nous voulons que cette divergence se réduise de 30% ». Il dit plus ou moins une belle chose comme moins de taxes pour tous, mais absolument vague. Parce que si les deux diplômés en question sont des avocats ou exercent des professions libérales ils pourront payer à leurs enfants des études à « La Sapienza » [la plus ancienne des universités de Rome, NdT] ou à Harvard, mais s’ils sont des salariés – publics ou privés, n’en déplaise au prof. Ichino – gagnant 1500 euros par mois, 3 000 à tous les deux et devront en payer 1 200 de location en payant les études d’un enfant, nous disons d’un et pas de trois, à l’Université, ils vivront cette boutade comme l’énième conte.

Or, on s’attendrait des ghostwriters du nouveau leader du Parti Démocrate et de lui-même, qui veut conquérir le Pays sur le terrain de la communication mais pas des blagues, quelque chose de plus intelligent que les petits discours de Rutelli écrits par Barbara [la journaliste Barbara Palombelli, sa femme, NdT]. Nous voilà, au contraire, à quelques lustres de la fatale « descente sur le terrain » [entrée en politique de Berlusconi, NdT] enn train d’assister à une autre descente comme s’il s’agissait de l’énième « match du cœur ». Les Italiens, et surtout les Italiens qui travaillent, les moins aisés parce que – hélas pour eux - ce sont des salariés, qui payent les taxes et entretiennent une armée en éternelle hausse de gens qui n’en payent pas, ces salariés broyés par les centaines d’accords syndicaux au rabais, voudraient du leader du rassemblement politique qui pose sa candidature pour soulever l’Italie des propositions n’ayant pas le goût amer des tours de prestidigitation.

Mais Veltroni veut gouverner et pour ce faire il choisit le chemin de l’enchantement. Œcuménique, bénissant, thaumaturgique. Pour ce faire il devra laisser, comme le Guépard, toute chose à sa place. Il deviendra le leader et le premier ministre en dispensant des sourires et en caressant les enfants. Il nous donnera des fêtes, du cinéma et des métros comme la droite ne sait pas les faire. Contentons-nous de la magie.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite