Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Vier minuten (Quatre minutes)

de : Enrico Campofreda
jeudi 17 mai 2007 - 13h55 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 19.7 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa

Quatre minutes pour racheter par les notes la douleur, la solitude, les violences subies, vues et pratiquées. C’est le message direct et essentiel par lequel le jeune Chris Kraus offre une contribution personnelle pour relancer le cinéma allemand. On dit que Kraus est un perfectionniste et qu’il travaille beaucoup et longtemps, comme en témoigne la préparation de ce film, qui a duré plus de deux ans.

Mais quelques qualités manifestes – essentialité du récit, sondage dans les vies souffrantes des protagonistes, réalisme au sujet de la crue réalité carcérale, contradictoriété entre un talent inné et les fantasmes intérieurs qui en conditionnent l’existence – ne sauvent pas certaines solutions à effet à la saveur hollywoodienne desquelles nous nous serions passés volontiers.

Il n’y a pas en lui la bonté à tout prix du très loué (pas par nous) “Les vies des autres” et pourtant l’air respiré n’est pas exactement celui de l’authenticité. Le metteur en scène-scénariste affirme s’être inspiré des faits divers et pourtant la trame semble truffée de trop d’ingrédients et de quelques stéréotypes. Pas celui de l’enseignante de piano Trude, 80 ans, qui pouvait très bien être une ancienne infirmière nazie de la Croix-Rouge, ni ses préférences sexuelle lesbiennes ; bien sûr, la maîtresse de sa jeunesse pendue par les SS parce que communiste semble un coup de pinceau forcé dans les flashback de l’histoire. Une histoire de souffrance atténuée par l’art à laquelle Trude s’est consacrée pendant des décennies dans un lieu de douleur par excellence tel que la prison Lickau, où elle enseigne la musique aux détenues. Elle peut le faire grâce au consentement d’un directeur opportuniste et en graissant la patte du surveillant de la prison Mutze, un homme à la personalité controversée qui aime les harmonies mais ne renonce pas à son rôle coercitif.

Justement cette figure, présentée d’une façon très drôle, laisse perplexe dans un travail aux prémisses et aux objectifs ambitieux. Le finale à effet, où la détenue Jenny vit l’apothéose de son mix musical fait de Schumann et de hip hop, d’abord incompris et ensuite oviationné par le public, va bien mais le crissement des freins des voitures de police et des menottes des agents arrivés en nombre pour l’arrêter évoquent des scénarios de films commerciaux plutôt que d’auteur.

Il y a dans ce travail beaucoup de bonnes choses, en commençant par l’intention retrospective concernant l’individu et le système, le rappel de la grande faute de l’Allemagne du 20ème siècle, ce régime hitlerien qui a imprégné et marqué une infinité de vies comme celle de l’ancienne infirmière de la Croix-Rouge, Trude. Mais le fil rouge autour duquel l’histoire se déroule est centré sur les relations : la relation hiérarchique entre l’enseignante et l’élève, la relation sexuelle dans l’attirance interne à son propre genre, celle entre ceux qui possèdent de la volonté et ceux qui possèdent du talent. Et les relations perverses d’un père ambitieux qui arrive à violer sa gamine prodige et qui ensuite, repenti, cherche à se racheter. Et elle, Jenny, qui est l’auteure de ce prodige musical, finit en prison accusée d’un meurtre qu’elle n’a peut-être même pas commis.

Dans le dialogue difficile, mais qui est le seul possible, avec soi-même par la musique, Jenny, la rebelle violée, peut essayer de redonner un sens à une vie qui a été jusque là sûrement égarée, si non gaspillée. Tandis que Trude ressent à nouveau après soixante ans le frisson de la passion – où l’art joue, bien sûr, un rôle de médiation – mais qui est adressée à nouveau à une jeune fille réelle, marquée par la transgression et avec le feu intérieur d’une génialité inée.

Mise en scène : Chris Kraus
Scénario : Chris Kraus
Directeur de la photo : Judith Kaufmann
Montage : Uta Schmidt
Avec : Monica Bleibtreu, Hanna Herzprung, Sven Pipping, Richy Muller, Jasmin Tatatabai
Musique originale : Annette Focks
Production : Kordes & Kordes
Origine : Allemagne, 2006
Durée : 112’

Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite