Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un mur comme arme de guerre

de : Noam Chomsky
samedi 28 février 2004 - 06h28 - Signaler aux modérateurs

Noam Chomsky *

C’est devenu quasiment un réflexe, de la part des gouvernements, d’invoquer des questions de sécurité lorsqu’ils désirent entreprendre toute action susceptible d’être critiquée et cette sécurité sert bien souvent de prétexte à autre chose. Il convient toujours d’être très attentif, à ce propos. La prétendue clôture de sécurité d’Israël, qui fait dès aujourd’hui l’objet d’auditions à la Cour Internationale de Justice de La Haye, illustre parfaitement nos propos.Peu de gens remettraient en question le droit d’Israël à se protéger des attaques terroristes comme celle qui a eu lieu hier, même le droit à construire un mur de sécurité, en admettant qu’il s’agirait là d’une précaution appropriée. Il n’y aurait pas de controverse non plus sur le lieu de construction d’un tel mur si la sécurité constituait la préoccupation majeure : à l’intérieur même d’Israël, en deçà des frontières internationalement reconnues, c’est-à-dire la Ligne Verte fixée au lendemain de la guerre de 1948-49. Le mur pourrait dans ce cas aussi protecteur que les autorités l’ont envisagé : surveillé par l’armée des deux côtés, lourdement miné, impénétrable. Un tel mur optimaliserait la sécurité et il n’y aurait pas de protestations internationales ni de violation des lois internationales non plus.

Cette remarque a été bien comprise. Alors que la Grande-Bretagne soutient l’opposition de l’Amérique aux auditions de La Haye, son ministre des Affaires étrangères, Jack Straw, a écrit que le mur est « illégal ». Un autre fonctionnaire ministériel, qui a inspecté la « clôture de sécurité », a déclaré qu’elle devait se trouver sur la Ligne Verte ou, « en effet, du côté israélien de cette ligne ». Une commission d’enquête du Parlement britannique préconisait également que le mur fût construit en territoire israélien et condamnait la barrière comme faisant part d’une « stratégie délibérée » de la part d’Israël « visant à soumettre la population ».

Ce que fait réellement ce mur, c’est accaparer des terres palestiniennes. C’est également de cette façon que le sociologue israélien Baruch Kimmerling a décrit la guerre d’Israël, la qualifiant d’« assassinat politique » perpétré contre les Palestiniens contribuant à transformer les communautés palestiniennes en prisons près desquelles les bantoustans sud-africains ressemblaient à des symboles de liberté, de souveraineté et d’autodétermination.

Même avant que la construction de la clôture ait été entamée, les Nations unies estimaient déjà que les clôtures, projets d’infrastructures et colonies d’Israël avaient créé 50 poches palestiniennes séparées les unes des autres sur le territoire même de la Cisjordanie. Au moment où l’on envisagea la construction du mur, la Cisjordanie estima qu’il allait isoler entre 250.000 et 300.000 Palestiniens, soit plus de 10% de la population, et qu’il allait annexer effectivement jusqu’à 10% du territoire cisjordanien. Et lorsque le gouvernement d’Ariel Sharon publia enfin la carte qu’il projetait, il apparut clairement que le mur allait morceler la Cisjordanie en 16 enclaves isolées et réduire à 42% à peine les terres cisjordaniennes que Monsieur Sharon avait dit précédemment pouvoir céder à un Etat palestinien.

Le mur a déjà fait main basse sur les terres les plus fertiles de la Cisjordanie. Et, cruellement, il accroît le contrôle israélien sur d’importantes réserves d’eau qu’Israël et ses colons peuvent accaparer quand ils le désirent, alors que la population indigène est très souvent privée d’eau potable.

Les Palestiniens vivant dans la bande entre le mur et la Ligne Verte auront l’autorisation de demander le droit de vivre dans leurs propres maisons ; de leur côté, les Israéliens, automatiquement, ont le droit d’utiliser ces terres. « Se retrancher derrière des raisons sécuritaires et le langage bureaucratique faussement neutre des ordres militaires constitue la porte ouverte à l’expulsion », écrivait la journaliste israélienne Amira Hass dans le quotidien Haaretz. « Goutte à goutte, sans se faire remarquer, en quantités infirmes de façon à ce que cela ne se remarque pas à l’étranger et que cela ne choque pas l’opinion publique ». La même chose est vraie pour les tueries régulières et autres actes quotidiens de terreur, de brutalité et d’humiliation perpétrés durant 35 années d’occupation très dure, dans le même temps que les terres et les ressources ont été accaparées au profit des colons séduits par de plantureux subsides.

Il est également probable qu’Israël va transférer en Cisjordanie occupée les 7.500 colons qu’il a déclaré vouloir retirer, ce mois-ci, de la bande de Gaza. Ces Israéliens, aujourd’hui, disposent de vastes terres et d’eau fraîche, alors qu’un million de Palestiniens survivent à peine, leurs rares réserves d’eau étant pratiquement inutilisables. Gaza est une prison et la ville de Rafah, dans le Sud, est systématiquement démolie, tandis que ses résidents sont privés de tout contact avec l’Egypte et sont également coupés de la mer.

C’est une erreur de qualifier tout cela de politique israélienne. Il s’agit d’une politique américano-israélienne rendue possible par le soutien incessant des Etats-Unis à Israël sur les plans militaire, économique et diplomatique. Cette politique est bien réelle depuis 1971 lorsque, avec le soutien américain, Israël a rejeté toute une offre de paix de la part de l’Egypte, préférant l’expansion à la sécurité. En 1976, les Etats-Unis votaient une résolution du Conseil de sécurité réclamant une partition en deux Etats, conformément à un très vaste consensus international. La proposition de partition en deux Etats bénéficie du soutien de la majorité des Américains, de nos jours, et elle pourrait être appliquée immédiatement si Washington le souhaitait réellement.

Tout au plus, les auditions de La Haye se termineront-elles par une décision consultative disant que le mur est illégal. Cela ne changera strictement rien à l’affaire. Toute chance réelle de règlement politique et toute possibilité de vie décente pour le peuple de la région dépendent avant tout des Etats-Unis. 24 février 2003

* Noam Chomsky, professeur de linguistique au MIT (Massachusetts Institute of Technology), est l’auteur de nombreux ouvrages. Nous citerons : Responsabilités des intellectuels, Agone, Marseille, 1998, Le nouvel humanisme militaire, Page Deux, Lausanne, 2000, Élections 2000, Sulliver, Paris, 2001, La conférence d’Albuquerque, Allia, Paris, 2001 ; De la guerre comme politique étrangère des Etats-Unis, Agone, Marseille, 2001 ;11/9, Le Serpent à plumes, 2001.

(Traduit de l’anglais par J.M.Flemal).


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite