Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Cesare Battisti : l’État français aux ordres de Berlusconi

de : Politis
lundi 23 février 2004 - 07h13 - Signaler aux modérateurs

Christophe Kantcheff

À la suite d’une demande d’extradition, Dominique Perben a jeté Cesare Battisti en prison. Au mépris du droit.

L’écrivain Cesare Battisti est détenu dans les geôles de la République française, à la prison de la Santé à Paris, depuis le 10 février. « Il était recherché », a-t-on dit au ministère de l’Intérieur (Libération du 11 février). Cesare Battisti était donc un homme « recherché » facile à trouver : il vivait, au vu et au su de tous, dans le IXe arrondissement de Paris, avec sa compagne et ses deux enfants. C’est là également qu’il écrivait ses romans. Sans doute ne pouvait-il concevoir ce qui est arrivé : non seulement l’État de son pays, l’Italie, a formulé une demande d’extradition à la France, mais celle-ci s’est empressée de réagir positivement en le mettant immédiatement en prison.

Tous les lecteurs de Cesare Battisti, des Habits d’ombre, son premier roman dans la Série noire de Gallimard (1993), jusqu’au Cargo sentimental, son dernier opus en date, publié en 2003 par Joëlle Losfeld, savent que l’écrivain a fait de son passé d’activiste dans les « années de plomb » italiennes une matière littéraire. Mais c’est la réalité de cet engagement qui le rattrape indûment aujourd’hui. Membre de Prolétaire armé pour le communisme, une organisation qui prônait la lutte armée, il a été incarcéré en 1978, avant de s’évader deux ans et demi plus tard pour se réfugier au Mexique. Mais c’est seulement en 1987, au cours d’un de ces procès politiques où les repentis se défaussent en chargeant les absents, que Cesare Battisti a été condamné à la perpétuité par contumace pour soixante braquages et quatre meurtres, qu’il a toujours niés, dont deux ont été commis le même jour, à la même heure, à Venise et à Milan.

Pour ces accusations, Cesare Battisti, lors de son arrivée en France en 1990, avait déjà fait l’objet d’une demande d’extradition que la justice française avait alors repoussée. Mes Irène Terrel et Jean-Jacques de Felice, ses défenseurs, ne manquent pas de le rappeler : « Le 29 mai 1991, la chambre d’accusation de Paris a donné un avis défavorable total à son extradition. Par conséquent, il a la protection juridique de la France », en vertu du principe de droit selon lequel on ne peut être jugé deux fois pour les mêmes faits. En outre, à partir de 1985, François Mitterrand avait garanti de sa protection les réfugiés italiens, à condition que ceux-ci aient abandonné tout lien avec leurs activités politiques passées.

Mais cette « doctrine Mitterrand » a été enterrée par le ministre de la Justice, Dominique Perben, depuis le 25 août 2002, quand celui-ci a permis l’extradition de Paolo Persichetti, qui, en moins de vingt-quatre heures, s’est retrouvé derrière les barreaux d’une prison italienne. À propos de Cesare Battisti, Dominique Perben a déclaré que les services de police ont découvert que l’écrivain était sous le coup d’une demande d’extradition en enquêtant sur une menace de mort qu’il aurait proféré à l’encontre d’un de ses voisins (« le Grand Jury » RTL, 15 février). Le hasard ferait donc bien les choses. Voilà qui évite de dire à quel point le ministre est attentif aux exigences du gouvernement italien. Or, un axe Perben-Sarkozy-Berlusconi n’est absolument pas à exclure sur ce dossier. On peut aussi craindre qu’il s’agisse d’un ballon d’essai pour le mandat d’arrêt européen.

Une forte mobilisation des amis écrivains de Cesare Battisti et de nombreux citoyens s’organise pour empêcher que sa vie soit brisée (plusieurs milliers de signatures ont déjà été recueillies au bas d’une pétition exigeant sa « libération immédiate ») (1). Tous les partis de gauche ont formulé la même exigence. Mes Terrel et De Felice ont déposé une demande de mise en liberté qui sera examinée par la chambre d’appel de Paris le 3 mars.

(1) www.mauvaisgenres.com


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite