Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Cesare Battisti, les dénis de la chancellerie

de : Libe
lundi 23 février 2004 - 06h53 - Signaler aux modérateurs

Polémiques sur les arguments du garde des Sceaux pour demander l’extradition.

Manipulation politique ou concours de circonstances ? L’arrestation de Cesare Battisti, ancien membre du groupuscule italien Prolétaires armés pour le communisme, exilé en France et auteur de polars reconnu, continue de susciter la polémique. Vendredi, le ministère de la Justice a réagi aux accusations de « mensonge » proférées par ses avocats, Me Irène Terrel et Jean-Jacques de Felice. Démarche rare et exaspérée.

Extradition. Les défenseurs de l’écrivain avaient mis en cause la chancellerie, qui semblait s’être réfugiée derrière une banale plainte de voisinage, le 10 février, dans un immeuble parisien où Battisti arrondit ses fins de mois comme gardien, pour justifier sa procédure d’extradition en Italie.

Les services du garde des Sceaux conviennent que « les autorités judiciaires italiennes ont présenté en janvier 2003 une nouvelle demande d’extradition ». Mais ils ne racontent qu’une partie de l’histoire. Le 11 septembre 2002, Dominique Perben rencontrait son homologue italien Roberto Castelli (membre de la Ligue du Nord d’Umberto Bossi).

Le cas des réfugiés italiens en France, anciens activistes d’extrême gauche, a constitué l’un des principaux points de leurs discussions. Selon nos informations, le 20 mai 2003, Perben écrivait au parquet général de Paris pour lui demander de « bien vouloir procéder à l’interpellation de Cesare Battisti en vue de sa présentation à l’autorité compétente pour décerner à son égard un écrou extraditionnel ». Les avocats de l’écrivain confirment l’existence de cette lettre, la chancellerie ne la dément pas. L’entourage de Perben indique simplement que l’incident de voisinage a pu « réveiller ou accélérer une procédure très longue », tout en admettant que Battisti, ayant une « activité littéraire connue », n’était pas bien difficile à retrouver par les services de police. Surtout depuis la publication de son dernier livre, le Cargo sentimental.

Il s’agit donc bien d’un deal politique de haut niveau entre la France et l’Italie, afin de remettre de l’huile sur le feu des actions armées des années 70 pour le plus grand plaisir de Silvio Berlusconi. En rupture totale avec la « doctrine » Mitterrand qui, en 1985, accordait la tranquillité à ceux qui ont « rompu avec la machine infernale ».

Vice de forme. Pour les avocats de Battisti, à la « trahison de la parole donnée » s’ajoute une « violation de la chose jugée ». En 1991, la chambre de l’instruction avait rejeté une première demande d’extradition.

Le communiqué de la chancellerie publié vendredi croit utile de préciser que ce refus avait été uniquement motivé par des « vices de forme », afin de justifier la relance de la procédure d’extradition, sur laquelle la chambre de l’instruction va statuer à nouveau le 3 mars.

L’argument fait bondir Me Terrel : « Dans une procédure d’extradition en soi, on ne peut statuer sur le fond de l’affaire ; il ne s’agit que d’examiner la régularité de la demande. » En l’occurrence, la cour estimait en 1991 que Battisti, condamné à Milan trois ans plus tôt en son absence à une réclusion à perpétuité pour quatre homicides (qu’il nie) et une soixantaine de braquages, ne serait pas rejugé cette fois en sa présence par la cour d’assises de Milan. Contrairement au droit français, il irait directement purger sa peine en prison. Le communiqué de la chancellerie tente de contourner l’obstacle en soulignant que Battisti était « représenté » par un avocat lors de son procès en 1988, comme si cela valait présence effective.

Changement. Les avocats de Battisti se plaignent de n’avoir pas obtenu copie de l’intégralité du dossier. Dans les documents fournis figure une précédente demande d’extradition de 1997, mais elle avait alors été refusée par le gouvernement Jospin. C’est bien à partir de 2002 que Perben a relancé la machine. « Il y a changement d’attitude de la France et je l’assume », disait-il alors. Avec son homologue italien, il semblait pourtant avoir décidé de passer l’éponge sur les faits commis avant 1982 c’est le cas de Battisti, les homicides reprochés datant de 1977 et 1979. Vendredi, la chancellerie précisait que le droit à l’oubli concerne les « condamnations » antérieures à 1982. Avec cette nuance, exit Battisti.

Par Renaud LECADRE et Armelle THORAVAL


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite