Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Cesare Battisti : Le premier cercle de la "subversion"

de : Mauro Bulgarelli
mardi 17 février 2004 - 03h09 - Signaler aux modérateurs

Par Mauro Bulgarelli, député italien des Verts

Dans de nombreux journaux italiens du 11 février 2004, deux nouvelles attiraient l’oeil, souvent placées l’une à côté de l’autre. La première concernait l’arrestation à Paris de Cesare Battisti, désormais plus connu en tant qu’écrivain de polar que comme ex-membre des Prolétaires armés pour le communisme en exil. La deuxième était le bilan semestriel du SISDE [les services de renseignement intérieur, ndlr] qui, fidèle à un formulaire un peu vieillot, insistait une nouvelle fois sur la théorie de "premier cercle de la subversion". Un cercle dans lequel ce bilan emprisonne, à divers titres, des brigadistes, des anarcho-insurrectionnalistes et des partisans de la désobéissance civile.

La mise en regard de ces deux nouvelles reflète efficacement la philosophie qui met en mouvement les institutions ainsi que les investigateurs de tout poils qui, quand il s’agit de compter avec le conflit social, se retrouvent sur la voie qu’ils connaissent le mieux : celle de l’urgence. Personne ne peut ignorer aujourd’hui que l’attention répressive réservée depuis quelque temps par nos autorités aux exilés des années soixante-dix trouve sa logique dans l’adhésion du gouvernement italien aux nouvelles politiques disciplinaires européennes. Des politiques qui, en matière de sécurité, exhument d’une part le spectre du terrorisme, et d’autre part celui du déviant (qu’il soit migrant, toxicomane ou situé dans la marginalité "excédentaire" des grandes villes). Présentés sous ce jour, les centaines d’exilés se transforment en de véritables otages à donner en pâture à l’opinion publique pour corroborer et rendre plus efficaces sur le plan symbolique les vertus musclées de l’Etat. Et en premier lieu dans les domaines où il traverse une crise d’autorité et de consensus social. C’est bien cette dernière considération qui nous fait découvrir l’autre versant du problème, celui qui vise le mouvement social, devenu la cible, ces derniers temps, d’un zèle inquisitorial renouvelé. Car c’est bien l’incapacité de juguler l’émergence de pratiques d’insubordination sociale qui menacent de se massifier et de s’auto-reproduire - (je pense aux luttes des agents des transports publics, aux mobilisations spontanées de la société civile à Scanzano Jonico, La Maddalena, Terni, ainsi qu’aux capacités des travailleurs atypiques et intermittents de faire émerger leur propre condition de "sans droits") - qui conduit l’Etat à frapper des mouvements qui ont montré leur capacité à dialoguer, de tisser du lien à partir de ces réalités.

L’Etat, en fait, semble d’une part vouloir réaffirmer la nécessité du droit pénal d’urgence forgé dans les "tribunaux de guerre" des années soixante-dix, et d’autre part, vouloir faire reculer brutalement le seuil actuel de la "légalité". Une frontière délimitée par ce grand mouvement né à Gênes et qui s’est confortéé au cours des extraordinaires mobilisations contre la guerre en affirmant un principe nouveau : il n’existe pas d’illégalité de masse qui puisse être sanctionnée si elle se propose de contester les crimes incommensurablement plus grands perpétrés par les puissants de la terre à travers la globalisation capitaliste et les massacres de la guerre préventive. Et justement, les "occasions" ne manquent pas de frapper la rue : coups et procès contre ceux qui luttent pour le droit au logement, contre ceux qui s’opposent à ces camps camouflés que sont les centres de transit pour immigrés, contre ceux qui contestent les choix bellicistes de ce gouvernement.

C’est sur la lecture pénale des années soixante-dix et sur la criminalisation des luttes d’aujourd’hui que se fonde la logique de la "reddition des comptes" amorcée par l’Etat. La gauche commettrait une tragique erreur si elle n’essayait pas de l’endiguer de quelque façon. Pour y parvenir, la route est rectiligne et n’offre pas de raccourcis : 1) relancer la campagne pour apporter une solution politique aux problèmes nés des années soixante-dix, axée autour d’un projet crédible d’amnistie généralisée,

2) empêcher qu’à partir du procès autour des événements de Gênes, une nouvelle génération de luttes soit donnée en pâture à la répression et aux bagnes de la patrie.

Combien étions-nous, et cela jusque sur les bancs du Parlement, à magnifier "l’esprit de Gênes" comme une sorte de souffle vital qui pouvait réanimer une politique agonisante ? Et bien, maintenant il s’agit de défendre cet esprit. A Gênes, des centaines de milliers d’hommes et de femmes ont défié, avec des formes et des langages différents, l’arrogance des zones interdites : cela a constitué, à mon avis, l’un des plus hauts moments de démocratie par le bas que ce pays ait jamais exprimé, un patrimoine de contestation qui doit être défendu et soustrait aux chambres des tribunaux. Des chambres de justice où personne n’est jamais entré, et peut-être n’entrera jamais, pour le meurtre d’un garçon qui s’appelait Carlo Giuliani.

http://www.amnistia.net/news/articl...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite