Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Sortir de la grotte. Revitaliser le mythe d’une victoire non par le nombre et la force mais par la ruse

de : Barbara Bouley
mardi 9 janvier 2007 - 02h52 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 14.5 ko

de Barbara Bouley, metteurE en scène et dramaturge UN EXCURSUS

On est fort quand on a le nombre ; invincible, quand on a la ruse. (1) Euripide

Plus le système est tortueux, plus il nous faut être rusé.

Comparons le système ultra-libéral contemporain à un monstre fourbe, un Léviathan roublard, un géant cynique, hurleur et vorace…

Franchement, nul besoin de déployer des myriades d’imaginaires : Il paraît enfantin pour des esprits "anti-libéraux" d’obtenir un consensus sur ces images métaphoriques. Non ?

Dans la grotte du monstre-Cyclope libéral, nous y sommes.

Pouvons-nous un jour collectivement en sortir ?

Avant de répondre à cette question, il semble nécessaire de répondre individuellement et sincèrement à celle-ci :

Sommes-nous individuellement disposés à nous détacher de ce qui constitue la perspective tranquille qu’offre le libéralisme à la majorité des humains qui vivent en cette partie occidentale du monde ?

Une perspective certes bien sombre pour la survie de la planète mais "confortable" dans l’immédiat pour nous consommateurs occidentaux.

Habitués à nous repaître d’abondance dans cette cavité aménagée pour quelques-uns par le monstre, sommes-nous disposés à y abandonner tous les bienfaits de son arme de séduction massive : la consommation ?

Sommes-nous prêts à nous alléger ? A sortir de l’antre presque nus ?

Peu semblent disposés à ouvrir pour lui-même et les siens le chemin de la décroissance. Ce chemin quoique nécessaire paraît abrupt.

Toutes les luttes de ce début de siècle nous le montrent : Nous ne sommes pas encore prêts à sortir collectivement de la grotte.

Certes nous repoussons les attaques du monstre dévoreur d’êtres et d’âmes, en affûtant machinalement l’arme du vote. Et nous avons appris à placer quelques barricades en papier entre le monstre et les cavités de la grotte où nous tentons de vivre non en harmonie mais en relative « sécurité ». Des barricades de papier que nous nommons « constitutions » et qui peuvent, temporairement, limiter le pouvoir du monstre (2).

Le 29 mai 2005, nous avons dit NON, collectivement, à l’édification d’une nouvelle barricade de papier élaborée par une caste de spécialistes et de privilégiés, alliés connus du libéralisme. Nous avons refusé le texte de la constitution européenne.

Peut-être avions-nous alors le désir secret de terrasser définitivement le monstre…

Bercés par cette belle victoire et ensuite par les chants des nouvelles croyances politiques à gauche, nous avons recommencé à nous rassembler et à réfléchir aux solutions afin de sortir de l’emprise du libéralisme. Nous avions les yeux tournés vers l’avenir d’avril 2007…L’échéance électorale était proche et qui sait…Nous nous sommes remis à croire à l’ultime sursaut citoyen et au terrassement du cyclope par la voie démocratique du vote.

Face au monstre machiavélique, de brillants héros (aux ambitions de chefs d’état) nous ont incités, ces derniers mois, à construire, au sein de comités locaux, un pieu capable de l’aveugler.

Sans réelle stratégie mais avec les tous les stigmates connus de l’ambition, tapis dans une des cavités nommée « comité national » où ils se retrouvaient pour parler de l’arrière petite fille d’Athéna (la toute jeune démocratie participative !), les chefs des anti-libéraux nous conviaient à les rejoindre…pour les écouter.

Et en coulisse, ces chefs ne tentaient pas de retrouver pour nous, bel équipage bercé d’utopies, une terre plus sereine : Ils se chamaillaient à coup de consensus (3). Occupés à ces querelles bien réelles, ils n’ont jamais pensé à nous réciter, au coin d’un feu convivial, le grand mythe de la victoire de l’intelligence sur la force brutale : Celui d’Ulysse terrassant le cyclope.

Les chefs de la coalition anti-libérale préféraient les jeux de lumières, l’écho de leurs voix dans les enceintes, l’espace de la tribune, les beaux discours, les costumes d’or, imprimé cerises pour les dames…Ils se gargarisaient d’espace scénique. Adolescents, ils auraient peut-être aimé être comédiens ! Les chefs novices des anti-libéraux savouraient les délices de faire spectacle et avaient oublié que nous devions sortir rapidement et collectivement de la grotte ;

Que le monstre vorace réclamait de plus en plus de sacrifices humains.

Aujourd’hui attristée par l’absence du sens du sacré chez mes contemporains qui prétendent faire œuvre de politique, je tente de revitaliser publiquement certains mythes.

Aussi, en ces premiers jours de janvier, déçue mais toujours proche des utopies de gauche, c’est la revitalisation du mythe symbole de la force de Métis(4) qui me vient. Revitaliser certains mythes, pour sortir d’une déploration constante de l’état du monde…Cela fait du bien simplement…

Revitaliser certains mythes, comme pour poser un acte « résistant », j’y crois toujours…

Voici donc, pour moi, pour toi, pour vous lecteurs-lectrices, un résumé d’un des épisodes du chant IX de l’Odyssée d’Homère :

Après un long temps passé chez les « lotophages » qui grâce à un fruit miraculeux et pervers leur imposait « Confort-Bien-être et Oubli », Ulysse et ses guerriers vainqueurs de Troie débarquent sur l’île des cyclopes.

Séquestrés dans une caverne par l’un d’eux, Polyphème, qui les dévore un par un, les derniers allaient pouvoir s’échapper grâce à deux ruses d’Ulysse.

 Une ruse d’action : profitant du va-et-vient des moutons que le cyclope abritait dans son antre la nuit et libérait le matin vers les prairies, Ulysse et ses compagnons se cachent sous l’épais pelage des bêtes. Ils parviennent à s’échapper, après avoir pris soin d’enivrer le monstre et crever son unique œil.

 Une ruse de prudence :Ulysse, afin de se prémunir d’une vengeance des autres cyclopes, avait eu la sagesse d’esprit de se présenter sous le nom de « Personne ». Aussi, lorsque le cyclope appela à l’aide ses pairs, leur annonçant que « Personne » lui avait crevé l’oeil, les cyclopes ne le comprirent pas et ne purent lui porter assistance.

Ulysse et les siens reprirent la mer et la quête du retour vers Ithaque.

Je ne prétends rien résoudre :

Passionnée des histoires mythologiques qui bercèrent mon enfance, je reste convaincue qu’aucun héros de cette gauche anti-libérale ne sera capable de nous faire sortir de la grotte du Cyclope s’il fait passer son patronyme avant son art de la ruse.

Toujours stupéfaite par la force des accessoires au théâtre, je sais que pour vaincre définitivement le monstre du libéralisme, pas besoin de beaux discours à la tribune, de comité nationaux ou même de miracles : Il faut nécessairement changer les formes, se transformer et avancer masqué.

Curieuse d’étymologie, j’ai appris que l’origine étrusque du mot « personne » désigne les masques que portaient les comédiens au théâtre.

User de la ruse, se masquer un temps pour passer à une autre fiction, ce ne fut pas possible en 2006.

Alors, pour moi qui reste du côté gauche de l’échiquier politique (par tradition probablement car je ne sais plus bien ce que ces orientations spatiales signifient !), la question fondamentale reste :

Pour qui irais-je voter un matin d’avril ?

Un bulletin pour le parti de « personne » serait le seul acte d’héroïsme, mais pas de l’heur, ce vote reste dans le contexte actuel, bien inutile, puisqu’en Démocratie, il n’existe toujours pas de reconnaissance du vote blanc

En avril, c’est certain : Par mon vote à gauche, je n’exprimerais pas un NON à cette politique-ego-spectaculaire-bipolaire que le monstre cloné USA veut nous faire avaler. En avril « fais quoi, fais quoi » nous ne pourrons pas terrasser le monstre. Larges soupirs…

En attendant une nouvelle constitution plus proche des aspirations d’un peuple de plus en plus dégoûté (contestataire certes mais franchement impuissant), la question primordiale du vote prend des allures de peau de chagrin :

Qui des héros sans ruse en présence aujourd’hui sera le mieux disposé à la construction de nouvelles barricades en papiers ?

En ces premiers jours de l’an 2007, un seul constat valide fait consensus : Le monstre est toujours là, plus vaillant que jamais, dedans la grotte et…hors de la grotte attendent ses frères.

Alors en ce début 2007, pour garder l’espoir actif de sortir un jour de la sombre caverne et voir enfin les verts pâturages de la poésie, de la liberté et de l’équité, je garde en mémoire l’essence de la ruse d’Ulysse…

Notes

1. Extrait d’Hécube
2. Référence à Cornélius Castoriadis
3. Cette arme inefficace d’entente cordiale, mise au point lors des derniers forums sociaux par certains d’entres nous, croyants de gauche qui avaient pris le nom « altermondialistes ».
4. Métis : Déesse grecque et principe d’intelligence pratique qui consiste à sauver sa peau.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Sortir de la grotte. Revitaliser le mythe d’une victoire non par le nombre et la force mais par la ruse
9 janvier 2007 - 09h33

Superbe texte ! Merci
A lire la légende d’Isis et d’Osiris !
Pour comprendre comment nous nous détournons de ce que nous sommes véritablement.
( Un livre utile .... Guy Corneau "Victimes des autres, bourreau de soi même")
Didier Déverines



Sortir de la grotte. Revitaliser le mythe d’une victoire non par le nombre et la force mais par la ruse
9 janvier 2007 - 11h29

Exactement ce que je pense, mais je ne savais pas le dire.
Merci madame en mon nom et au nom de tous ceux qui pensent de même.
Avec votre permission je vais diffuser ce message à mes connaissances en espérant que cela fasse boule de neige.
Pour l’instant, dans ce désert politique, ce me paraît être le seul acte de résistance possible, Mais ce peut ne pas être anodin.



Sortir de la grotte. Revitaliser le mythe d’une victoire non par le nombre et la force mais par la ruse
10 janvier 2007 - 15h26

Je suis très heureux à la lecture de votre article. mais comment mettre en pratique une ruse qui se rapprocherait de l’acte d’Ulysse ! il n’avait qu’un cyclope en face, alors que nombreux yeux nous regardent, cela en fait trop à crever.
Lucien PINOTEAU



Sortir de la grotte. Revitaliser le mythe d’une victoire non par le nombre et la force mais par la ruse
10 octobre 2007 - 11h30 - Posté par

Qui vous fait croire qu’ils nous regardent ?
Tous ces yeux sont les nôtres, et je ne veux point les crever, souhaitons simplement les fermer un instant, pour qu’ils ne regardent pas ce qui ne doit pas être vu.

Cette grotte, nous n’y sommes pas entrés, elle nous semble trop sombre, trop silencieuse,
et nous renvoie notre manque de courage.
Nous avons élaborer une structure (bien sombre) d’apparence sécurisante, une structure de plaisirs éphémères, et les seuls yeux qui prétendent regarder, ne sont créés que par des mots inutiles, des raisonnements englués dans une doctrine et une éducation de mensonge, et tout ceci est nettement trop visible.
En fait nous n’y voyons rien et n’y entendons rien, c’est ainsi que l’on se croit dans une grotte.
Nous donnons de l’importance à des personnes, à des choses, à des situations de moindre importance. Que de leurres dans cette grotte…. Dominique PINOTEAU






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite