Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

L’homme qui ne s’aimait pas

de : Nathanael Uhl
lundi 6 novembre 2006 - 02h53 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 14.1 ko

de Nathanael Uhl

C’est l’histoire d’un homme qui ne s’aimait pas. Toute allusion au titre d’un livre consacré par Eric Zeimour à Jacques Chirac est volontaire.

C’est l’histoire donc d’un enfant du peuple qui n’a de cesse que de se rapprocher de l’élite, ce lieu mythique dont on lui a fait comprendre, tant de fois, que l’entrée ne lui était pas autorisée. C’est l’histoire d’un homme qui a appris à parler avec des chamallows dans la bouche à tel point que ceux qui ne le connaissent pas ajoutent une particule à son très roturier nom de famille. C’est l’histoire d’un homme qui, pour se rapprocher de la lumière, va se marrier avec une femme qui, elle, est vraiment issue des milieux les plus aisés.

C’est l’histoire d’un avocat, hableur et parlant beau, qui végète dans la section socialiste du 19e arrondissement et se désespère d’être un jour député. Quand il croise, miracle des miracles, un homme politique, un vrai, de ceux qui siègent dans les ministères. Ce dernier s’appelle Claude Bartolone. Emu par les capacités largement inexploitées de notre Rastignac des temps modernes, il va lui demander s’il a de la famille en province. Notre jeune impétrant en a ! En Saône-et-Loire. Claude B. se souvient que la circonscription de son ami Joxe est à pourvoir. Il consulte son ami Laurent F. et, le jeudi, appelle l’homme qui ne s’aimait pas pour lui proposer la place. Le samedi, l’affaire est faite. Par la grâce des fabiusiens, l’homme qui ne s’aimait pas est parachuté, version doré sur tranche. En 1997, il est élu. Ses amis le protègent.

Le gouvernement Jospin est une période moyenne pour le Rastignac de la Saône-et-Loire. Il s’ennuie un peu. Puis, se découvre deux passions : il va tenter - en chevalier qui lave plus blanc que blanc - de traduire Jacques Chirac en justice et va faire campagne pour une 6e République. On s’occupe comme on peut. Et puis, cela fait toujours bien sur le CV. Pendant ce temps-là, son ami Vincent Peillon est porte-parole du Parti socialiste, premier secrétaire de la fédération de la Somme. L’un s’agite, l’autre construit. L’homme qui ne s’aimait pas ne sait pas construire. En cela, il ressemble beaucoup à celui qui porte aussi ce nom.

La catastrophe arrive : 21 avril 2002. Le hobereau de la Saône-et-Loire se dit qu’il faut répondre. Il s’allie avec Vincent Peillon et fonde la NPS. L’idée est bonne, l’attelage aussi. La faconde du secrétaire de la conférence du barreau et le sens tactique de l’élu de la Somme, c’est du costaud. Bon, d’accord, le trublion Julien Dray quitte le nouvel esquif très vite pour aller rejoindre Hollande. Du coup, son ami Mennucci part aussi, vers Nouveau Monde. Qu’importe, l’homme qui ne s’aimait pas théorise la rénovation. Tout le monde le comprend : à l’heure de la parité, ça devient de plus en plus dur de faire carrière, il faut donc rénover, virer les vieux et prendre leur place. Ca marche. Les gens accourrent.

Les choses continuent ainsi jusqu’au congrès du Mans. Là, patatrac, son meilleur copain le laisse tomber et file à son tour chez Hollande. L’homme qui ne s’aimait pas en reste sur le flanc. Après un très bel argumentaire déclamé à chaud, il s’enferme dans son chez lui, dans le 2e arrondissement de Paris. Il reste là une semaine, en pyjama, à tourner et retourner sur lui même. Comment Vincent a-t-il pu lui faire ça à lui ?

En plus, le voilà minoritaire, avec ces militants, qui veulent former un nouveau courant. Bon, il faut bien exister. Ce sera "Rénover maintenant" mais on ne l’y prendra plus : il vérouille sa nouvelle créature. Hop, le nom RM est déposé comme propriété intellectuelle de l’homme qui ne s’aimait pas. Il va façonner une direction à sa main. Non, mais !!! Faut prévoir, y a les présidentielles qui arrivent.

Du coup, février 2006, il renoue avec ses vieux amis : Bartolone et Fabius. Ils se voient toutes les semaines, travaillent ensemble, préparent des textes en commun et des stratégies. Mais voilà, à l’autre bout du parti, un phénomène est entrain de naître : la dame aux caméras monte résistiblement dans les sondages.

L’homme qui ne s’aimait pas n’est pas du genre à fuir ses responsabilités : "je suis le seul qui puisse la dézinguer". Il donne une interview verte à Libération, disant tout le mal qu’il pense de la madonne des sondeurs. "En 2007, la gauche devra vraiment être de gauche et novatrice. Prendre le risque de ressembler à la droite serait la même erreur qu’en 2002", dit sans fard l’homme qui ne s’aimait pas. Las, la résistible ascension de la madonne du Nouvel Obs se poursuit.

Le petit lord de la Saône-et-Loire en conçoit quelqu’amertume. Il se dit que si lui n’a pas pu enrayer la machine, alors elle va gagner. Dans le secret, seuls les fans de la candidate de l’appareil au sein de RM sont au courant, il va nouer des rencontres régulières avec elle et son équipe. Tout en continuant de maintenir des liens très étroits avec ses amis Fabiusiens. On n’est jamais trop prudent. Ne parlez pas de duplicité, il s’agit juste de préserver ses intérêts. Pour le coup, en juin, l’homme qui ne s’aimait pas déclare au Nouvel Obs : "Il nous faut trois, cent, mille Laurent Fabius pour rénover le PS". Une saillie qui fait suite à une confidence de bureau, évoquant la madonne des sondeurs : "Travail, famille, patrie, ce n’est pas ma tasse de thé".

Bon an mal an, le double jeu se poursuit jusqu’en juillet. Là, la situation n’est plus tenable. Alors, il fait son coming out. Et, comme Vincent, Benoît et Henri l’ont fait au Mans, sans consulter qui que ce soit, il décide de se rallier à la dame aux caméras. "C’est une page blanche que je vais remplir", explique-t-il à ses proches. Oubliant que Julien Dray a déjà copieusement rempli la dite page, notamment avec l’encadrement militaire des primo-délinquants. Le hobereau bourguignon poursuit son rêve de gloire : "Je serais à la présidente de Poitou-Charentes, ce que Chevènement a été à Jospin". C’est assez drôle quand on sait comment l’histoire Chevènement-Jospin a fini. L’homme qui ne s’aimait pas serait-il extra-lucide ? Cela dit, en plus, il est loin d’avoir la puissance intellectuelle du fondateur du Ceres...

Le temps passe. A Frangy, chez lui, il comprend et mange son chapeau. "Merci de ne pas avoir prononcé le mot (de 6e République)", lui dit en public la dame aux caméras. L’humiliation est dure. Le piège se referme. En l’acceptant, l’homme qui ne s’aimait pas va devenir porte-parole de la favorite des apparatchicks.

Mais porter la parole d’un autre n’est pas un exercice qui convient au dépité de la Saône-et-Loire. Il perd de sa faconde. Son verbe se fait terne. L’apôtre de la rénovation devient le Saint-Paul de l’Ordre juste.

D’une carrière jusqu’alors sans tâche, il verse dans un carriérisme de zélateur où chacune de ses positions fait tâche. Au cimetière des idées neuves, une nouvelle stèle a vu le jour : "Ci git la rénovation, morte par manque de savoir vivre".

L’homme qui ne s’aimait pas cherchait la lumière, il a trouvé le côté obscur de la farce.

http://renoverdanslafidelite.over-b...


Débat le 6 novembre à Paris

Les comités de soutien à Laurent Fabius du Nord et de l’Est parisien vous invitent à un débat

Le 6 novembre 2006 à 19h

Gymnase de la Bidassoa 25 rue de la Bidassoa 75020 Paris (métro Gambetta, sortie place Martin-Nadaud)

sous la présidence de Michel Charzat, député maire du 20e arrondissement

Avec Jacques Généreux (membre de la direction nationale de NPS),

Bariza Khiari (sénatrice socialiste)

Nathanaël Uhl (Rénover Maintenant)

Et Jean-Luc Mélenchon

"Comment gagner à gauche ?"


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> L’homme qui ne s’aimait pas
7 novembre 2006 - 20h14

Pas mal, c’est le plus vachard article marrant que j’ai pu lire sur le narcisse concerné.



> L’homme qui ne s’aimait pas
7 novembre 2006 - 21h06

Juste je ne comprends pas pourquoi vous commencez par une pub du livre de l’autre enf... de Zeimour, le sarkoziste. Reprendre le titre, déjà repris et qui n’a rien de glorieux, aurait suffit.
Il y a déjà une scission à Rénover maintenant ?
Sam.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite