Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Petite histoire ignoble

de : gennaro carotenuto
dimanche 25 juin 2006 - 12h37 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 13.4 ko

de Gennaro Carotenuto Traduit de l’italien par karl&rosa

Mes chers amis, je vous remercie des nombreux messages reçus, auxquels j’ai des difficultés à répondre personnellement. Je vous sens proches.

Hier, je suis allé voir mon médecin de la caisse maladie. Il y avait quatre personnes devant moi et je me suis disposé à a pas mal d’attente. Peu après mon entrée, une jeune femme (noire) portant un kangourou avec un nouveau-né (noir) de pas plus de trois mois est arrivée au cabinet. La jeune fille avait des feuillets à la main, elle a regardé autour d’elle un peu découragée de l’attente prévue et puis, dans un italien assez bon et avec beaucoup de politesse elle a demandé à la dame la plus proche de la porte du cabinet : "Madame, je dois seulement montrer ces feuilles au docteur, pouvez vous me rendre le service... il ne me faut qu’une minute".

Si seulement elle ne l’avait pas fait ! Les yeux de la « dame » et des trois autres personnes qui nous précédaient n’ont pas mis plus d’une seconde à s’injecter de sang... « voilà, dès que tu es entrée je l’ai vu à ton visage... ». A la couleur de la peau, dirais-je. « Oui, oui, comme tous tes semblables - disait le type assis à côté de moi - vous voulez toujours quelque chose ». « Ils en profitent, ils en profitent, madame, ceux-là en profitent toujours ». L’autre, qui entre temps s’était mise debout pour faire bouclier devant la porte du cabinet, encore fermée, lançait presque des invectives : « Elle dit une minute mais après elle va y mettre sûrement une demi heure à nos frais ». Elle la regardait avec un air de défi et littéralement en grinçant les dents : « je ne te laisse pas passer, même morte ».

La jeune femme - qui avait vouvoyé les quatre, alors qu’ils la tutoyaient - les regardait les yeux grands ouverts sans avoir le courage de répondre. Moi, au début, j’étais plus étonné qu’indigné mais ensuite mon sang a commencé à bouillir et j’ai exercé le noble art, hérité de ma mère, de compter jusqu’à 10. Tandis que je comptais, les braves Italiens continuaient à s’acharner sur la jeune femme, le type à côté de moi était remonté contre « ceux-là, qui dans leurs pays ont plus d’argent que nous (sic !) et viennent prendre le nôtre aussi, ON VOUS CONNAÎT » crie-t-il presque au visage de la jeune femme qui, étonnée par la véritable explosion de rancœur xénophobe des quatre, fait trois pas en arrière jusqu’à presque disparaître par la porte d’entrée du cabinet et n’ose même pas insister. Les quatre, entre temps, s’épaulent l’un l’autre en renchérissant, « ils en profitent... nous les connaissons... on n’en peut plus... ». Probablement les quatre ne se connaissaient même pas, mais ils s’étaient abondamment reconnus ... et fait reconnaître.

Arrivé là, j’avais déjà compté jusqu’à 8 ou 9, cela pouvait suffire, j’ai dit quelques mots, que la seule supposition qu’une mère avec un enfant puisse en profiter (profiter de l’enfant, une des femmes répétait comme un disque cassé « elle en profite, elle en profite ») pour demander de passer devant était une pensée lâche et un préjugé inacceptable. Si la jeune femme, avec des manières toute à fait urbaines, était en train de demander un service, il était triste de penser qu’elle le faisait avec un idée derrière la tête. Evidemment dans leurs cerveaux, massacrés par les « alarmes immigration », ils pensaient à ceux qui font la manche avec leurs enfants. Il était tout aussi évident que, dans leur monde, une personne à la peau noire ne peut pas demander un service, mais seulement l’aumône. Si elle avait été blanche - ai-je conclu - ils auraient ôté leur chapeaux pour la faire passer, elle et son enfant, et qu’ils étaient donc racistes et devraient avoir honte. Point.

La bonne femme du « elle en profite, elle en profite » à ce moment-là secouait la tête et se mettait deux doigts sur la tempe pour dire que j’étais fou, le type à côté de moi m’a grogné qu’on comprenait tout de suite de quel côté politique je venais (sic !) et que ceux comme moi feraient mieux de se taire. Je n’ai plus répondu, je me suis excusé pour eux auprès de la jeune femme - la bonne femme refaisait le geste du fou - et je lui ai dit que la seule chose que je pouvais faire était de la laisser passer avant moi. J’ai aussi fait un compliment au très bel enfant, le premier qu’on lui faisait dans ce lieu. Après je me suis immergé pendant tout le temps des quatre visites, une petite heure, dans la lecture du Corriere della Sera qui, dans son édition d’hier, essayait de convaincre ses lecteurs que le Mexique est en Amérique du Sud (sic !). Quand ce fut mon tour, j’ai dû insister auprès de la jeune femme qui était tellement mal à l’aise qu’elle ne s’était même pas assise et restait devant la porte, pour qu’elle passe avant moi. Elle y a mis juste 30 secondes.

http://www.bellaciao.org/it/article...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 14h56

Ni une ni deux , il ne faut pas compter jusqu’à dix, il faut répondre de suite aux racistes....

Dans les hopitaux français il existe des fois ce genre de comportements et il est toujours cocasse de dire que le docteur qui s’occupera d’eux s’appelle "Mohamed ....." (il existe beaucoup d’exellents médecins hospitaliers d’Afrique du Nord ou proches-orientaux dans les hopitaux français) et après ils verront se diriger vers eux une infirmière ou une aide-soignante antillaise (il y a beaucoup d’antillais dans les hopitaux), ah là là.....

Les racistes ne devraient être soignés qu’avec une botte de foin, ce qui est injure aux ânes, mais....

Dans tout celà il y a les consequences des propagandes lourdes et insinuantes, les manipulations médiatiques des élites médiatiques, politiques et nomenclaturistes, qui ne cessent de faire appel aux reflexes des gens pas aux raisonnements, même quand les résultats peuvent déraper jusqu’à l’épouvantable....



> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 15h38 - Posté par

Quel régal !

Voilà précisemment ce que redoutent les communautaristes de tous poils. Que le bon sens, que le degré n° 1 de l’humanisme prévale sur toutes les instrumentalisations de la peur de l’"autre".

Depuis l’aube de l’humanité, il y a toujours eu des Sarkozy. De ces êtres malades de leurs complexes, de ces grenouilles voulant se faire aussi grosses que les boeufs. Ceux là sont incurables et leur destin est toujours tragique. N’empèche qu’avant de disparaître, ils ont généralement le temps de faire du dégât en persuadant leurs contemporains que leurs malheurs vient de ceux qui ne leur ressemblent pas. Diviser...gnagnagna.

On a aujourd’hui le recul nécessaire pour comprendre comment tout ça s’est agencé, comment ça s’est infiltré, comment les cervaux des générations successives ont été lavés, empêchés de fonctionner naturellement, humainement.

Voilà on sait comment ça marche.

Donc,

on a plus aucune excuse pour ne pas réagir instantanément, comme dans un réflexe, (sans calcul).

Merde !

Flash


> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 18h28 - Posté par

il fallait les frapper.


> Petite histoire ignoble
25 juin 2006 - 23h17

Tu as gagné sans les frapper, ce qui est encore plus fort.



> Petite histoire ignoble
26 juin 2006 - 07h30

La solution la plus efficace devant ce comportement imbécile, aurait été de conseiller à cette jeune femme d’aller téléphoner au médecin (ou d’aller parler à sa secrétaire) avant de revenir 5 mn plus tard.
Il est probable alors que le médecin l’aurait fait entrer avant ses autres "patients" qui n’auraient pas osé s’en offusquer !
Le mien, en tous cas, fait cela couramment.
Tis



> Petite histoire ignoble
26 juin 2006 - 20h24 - Posté par

Non , ça c’est faire appel au pouvoir du medecin, et ce n’est pas ce qui grandit....

Par contre, le medecin aurait pu, en ce cas, raccompagné la jeune femme dans la salle d’attente et annoncer que c’est sa nouvelle remplaçante. Celà eut été plus gouteux .....

Copas


> Petite histoire ignoble
27 juin 2006 - 11h14

quelle Plume !!!







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite