Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Refondation, la présomptueuse

de : Rina Gagliardi
jeudi 9 mars 2006 - 02h53 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 45.7 ko

de Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

Si quelqu’un qui n’en sait rien - mettons, le journaliste américain classique qui ne connaît de l’Italie que la mafia et la pizza - nous demandait de lui expliquer en quelques mots ce que c’est l’Unione, comment répondrions-nous ? Pour aller à l’essentiel : nous lui dirions qu’il s’agit d’une coalition entre l’Olivier et Refondation communiste, plus d’autres partis plus petits, dont le but est de battre le gouvernement de centre-droite aux prochaines élections législatives.

Et nous lui expliquerions aussi : si cette coalition gagne les élections du 9 avril, dans le nouveau gouvernement Prodi et dans le nouvel aménagement politico - institutionnel il y aura des communistes. Une évidence ? Pas du tout. Le visage ahuri de l’envoyé éventuel du *Washington Post* suffirait, à lui seul, à nous faire mesurer la "nouvelle" qui semble ici, chez nous, si escomptée et en réalité ne l’est pas : le rôle déterminant d’un parti communiste, de la force la plus représentative de la gauche d’alternative, à l’intérieur d’un rassemblement qui comprend l’opposition démocratique toute entière, jusqu’à ses composantes clairement modérées.

Presque une première fois, après quinze ans au moins. Cela ne fut pas le cas, naturellement, en 92, aux dernières élections proportionnelles. Cela ne fut pas le cas en 94 non plus, quand les "progressistes" (dont le PRC faisait partie) se présentèrent séparés du centre (post)chrétien-démocrate, ni en 96, quand le PRC signa avec l’Olivier un pacte de simple désistement, c’est-à-dire un accord électoral, ni, comme on s’en souvient mieux, lors de la (désastreuse) année 2001.

Cela arrive aujourd’hui, comme un aboutissement de processus complexes et d’années extraordinaires, denses de crises, de nouveaux mouvements, de différentes maturations : d’un côté les réformistes et les centristes ont dû renoncer à leurs conditions préjudicielles anticommunistes, idéologique comme politique, et reconnaître leur condition de non - autosuffisance ; du côté opposé, les communistes du Prc ont assumé en première personne le défi du gouvernement aussi, non seulement à cause de l’unité nécessaire (ou des contraintes du système électoral), mais aussi de l’occasion - formidable - qui s’est présentée.

Oui, c’est justement ainsi que nous pourrions l’expliquer à notre reporter imaginaire, venu du cœur de l’Empire : l’occasion était de celles qui ne pouvaient pas être gaspillées, du point de vue d’une force qui ne renonce pas à faire de la politique et à se confronter avec une dimension de masse. Et voila, justement, le Prc et son "enjeu" spécifique - non seulement la vérification de son poids électoral, de sa capacité à obtenir du consensus. Mais où se jouent les chances électorales et politiques de Refondation ? Le principal slogan de la campagne électorale dit, pour une fois, la vérité : "Veux-tu voir que l’Italie change pour de vrai ? Un souhait. Un espoir.

Mais surtout un pari : qu’il soit possible de battre la droite, de chasser Berlusconi et avec lui une classe politique peu présentable, mais aussi d’amorcer une nouvelle époque de la politique italienne. Et l’amorcer dans son contexte, à savoir en interrompant la malheureuse "loi du pendule" : celle selon laquelle la droite gouverne très mal, dévaste l’économie, appauvrit les travailleurs et les classes moyennes, est ensuite défaite et remplacée par des gouvernements démocratiques ou de centre-gauche, ou même de gauche, qui ensuite, avec quelques réglages, font en substance les mêmes choix, les mêmes politiques - dictés par les pouvoirs forts - de ceux qui les ont précédés.

Cette fois, donc, le Prc mise tout - voulons-nous le dire ainsi ? - sur ce profond besoin de changement qui parcourt depuis des années le "peuple de gauche" et qui depuis trop d’années reste insatisfait : c’est pourquoi il fait appel à la rationalité répandue dans le peuple, dans l’intellectualité de masse, chez les protagonistes des mille mouvements qui ont animé l’aube du 21ème siècle. Il demande à une large partie de la société - appauvrie dans ses poches, dans la matérialité de sa condition sociale, en somme, qu’elle soit "garantie" ou précaire, mais riche d’espoirs intelligents - de "se représenter" avec la plus grande détermination politique possible, ici et maintenant. De donner de la force, en somme, à une Chose de Gauche, qui pourra se servir du levier du gouvernement - sa présence dans les institutions - pour faire croître une gauche plus grande.

Y a-t-il de la présomption, dans cette approche ? On fait souvent cette remarque au Prc, même sous des formes moins gentilles, aussi bien dehors que dedans, aussi bien dans la discussion interne que dans les jugements de sympathisants et de non sympathisants . De gauche, ou par là, la critique revient toujours à l’argument traditionnel : on ne peut pas s’allier avec les réformistes, ou avec des partis qui n’ont pas renoncé à leur subalternité aux diktat néolibéraux, atlantiques, interclassistes et ainsi de suite. Cela veut dire non seulement que le Prc ne peut pas y arriver, à imposer vraiment un virage réformateur, mais que les rapports de force restent de toute façon défavorables.

Et que, de quelque façon que les choses puissent tourner, le destin d’une alliance, ou d’un pacte politique et programmatique, est escompté : "notre" fléchissement. De droite, ou par là, l’objection est, elle aussi, classique : le manque de fiabilité d’une force communiste, pour capable qu’elle ait été de produire de l’innovation idéologique et idéale. Que cela ne semble pas paradoxal, mais la conclusion est la même : pour devenir crédible, Refondation ne peut que céder - renoncer à ses propositions, idées, patrimoine et ainsi de suite, prendre acte que, en 2006, non pas le communisme, mais l’idée même de changement du monde n’ont plus de cours.

Au fond, dans cette campagne électorale Refondation communiste aura à se mesurer avec cette double dimension critique, nourrie de soupçons et de méfiances qui serpentent : Refondation devra lui faire face sérieusement, en faisant vivre son identité complexe, irréductible à des certitudes schématiques et en privilégiant son nécessaire rôle de frontière. Il n’est pas vrai, encore moins aujourd’hui, que les seules alternatives données soient celles du repli et de la fuite : au milieu il y a la politique, capable, parmi mille fatigues et contradictions, de déplacer en avant le terrain, de gagner des résultats, de réaliser les ruptures et les recompositions triomphantes. Il n’est pas vrai que le réformisme soit en bonne santé : il est plus que jamais une nébuleuse qui contient tout et le contraire de tout.

Il n’est pas vrai que des politiques de redistribution du revenu - c’est-à-dire du pouvoir réel - en faveur des classes subalternes, tellement pénalisées ces dernières années, soient impossibles : c’est la seule recette qui puisse commencer à inverser le fameux "déclin de l’Italie" dont on parle tant. Il n’est pas vrai que les mouvements soient destinés à être mis en crise définitive par un gouvernement soi-disant "ami" : l’autonomie des mouvements, aussi bien que de la société civile, est aussi la vraie garantie d’une refondation de la politique.

Somme toute, on découvre que le Prc "présume", oui, mais pas de lui-même : de ses militants, de ses amis, de ses électeurs, auxquels il demande beaucoup (un vote, une délégation institutionnelle), mais desquels, aussi, il attend beaucoup. Il ne les trompe pas, avec quatre slogans tonitruants. Il ne les rassure pas par des promesses retentissantes. Il les invite, aussi et surtout, à être et à rester la défense d’eux-mêmes. Il y a ici le sens de la difficulté du pari. Mais aussi tout son charme.

http://www.liberazione.it


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite