Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra

de : Alina Reyes
vendredi 9 septembre 2005 - 15h08 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 35.4 ko

de Alina Reyes

"Il n’y a qu’une seule possibilité pour aller au bout des épreuves : se préparer tous les jours et toutes les nuits à s’attendre au pire..."

Que signifie "aller au bout des épreuves" ? Le personnage du dernier roman de Yasmina Khadra, L’Attentat, était-il préparé ? Et pourquoi "se préparer... à s’attendre au pire", plutôt que simplement, et en "meilleur" français, "se préparer au pire" ?

Les mots d’un texte ne s’agencent jamais par hasard, spécialement dans ses "maladresses" - je mets beaucoup de guillemets, car il en faut - il en faudrait à chaque mot pour nous obliger à les lire vraiment, les entendre, issus de la voix qui, ouvrez les guillemets, dit. Les voir et les entendre sur la scène où ils s’avancent, face à la salle plongée dans le noir.

Si l’on croit lire, trompé par l’apparence, un roman réaliste, on trouvera qu’il a parfois un drôle de style, ce Y.K. Son livre est aussi haletant qu’un roman policier. L’histoire parfaitement maîtrisée, la structure en boucle bien tenue. La lecture en est aisée, palpitante, vous ne pouvez pas le lâcher. Et cependant s’immiscent dans la trame du texte de petites irrégularités qui vous empêchent de vous laisser emporter tout à fait par le conteur, de minuscules trous noirs qui chahutent le vol du tapis, des défauts de diction plus ou moins discrets, ou bien des bizarreries dans sa voix, comme s’il était en train de muer, ou se mettait à chanter tout autre chose, enfin des étrangetés qui vous obligent, au lieu de vous laisser aller, les yeux clos, à la magie du récit, à vous retourner vers le visage du conteur avec une inquiétude plus vague mais aussi plus sérieuse encore que celle qu’il fait naître par son histoire.

Celle du docteur Amine, Arabe devenu Israëlien, enfant pauvre et du mauvais camp, élevé au rang de l’une des personnalités les plus en vue de Tel-Aviv. « Il est mort sur un lit d’hôpital en caressant, comme s’il s’agissait d’une relique sacrée, le stéthoscope que je portais exprès pour lui faire plaisir », dit-il drôlement à propos de son père. Sauver des vies, tel est son métier, sa vocation.

Cette nuit-là, la première nuit de l’histoire, après avoir opéré dans l’urgence, des heures et des heures durant, les victimes d’un attentat suicide, il apprend que le kamikaze n’était autre que sa femme, avec laquelle il était pourtant persuadé de vivre un bonheur complet. Mais peut-on vivre au paradis lorsqu’on est cerné par l’enfer ?

Dès lors sa vie bascule dans un engrenage qui rappelle celui du Procès, quand il est emmené de chez lui et doit subir de longues nuits et journées d’interrogatoires pour une faute qu’il ne pense pas avoir commise, et pour la faute de sa femme, à laquelle il ne croit pas encore.

Une fois libéré, c’est à refaire le chemin d’Œdipe Roi qu’il se trouve alors condamné. Chez Kim, une amie qui le recueille et l’épaule les premiers temps, « un grand tableau surréaliste occupe la moitié du mur ; on dirait un gribouillage d’enfants instables fascinés par le rouge sang et le noir charbon. » Un violent gribouillage, voici ce qu’est devenu soudain pour lui ce monde au sein duquel il vivait les joies de la réussite sociale, de l’amour partagé et de la conscience d’œuvrer pour le bien de ses semblables. La peste était sur le pays depuis longtemps mais par son seul mérite il s’en était vacciné. Or voilà qu’elle vient de lui être inoculée en un shoot mortel.

S’était-il préparé à attendre ? À s’attendre lui-même ? Lui-même en son pire ? C’est en tout cas à cette recontre-là qu’il lui faut maintenant aller. Son amie Kim, lui-même et un vieux Juif hanté par la Shoah regardent tous les trois la mer, « certains que le jour qui se lève, pas plus que ceux qui l’ont précédé, ne saurait apporter suffisamment de lumière dans le cœur des hommes ».

Le désespoir est déjà accompli, mais il ne suffit pas à apporter la paix illusoire d’une résignation. Amine doit enquêter, Amine veut savoir. Il est médecin, il ne se laissera pas pour mort. Tentant le tout pour le tout, il s’enfonce dans une longue chute en spirale, qui est pourtant sa seule chance de salut.

Comment sa femme bien-aimée et gâtée en est-elle venue, sans qu’il soupçonne rien, à se faire exploser dans un restaurant, déguisée en femme enceinte ? « Elle était ma toile à moi, ma consécration majeure. Je ne voyais que les joies qu’elle me prodiguait (...) comment aurais-je pu la vivre puisque je n’arrêtais pas de la rêver ? »

Que se passe-t-il dans la tête des kamikazes pour qu’ils se vouent à la mort ? « Même les terroristes les plus chevronnés ignorent vraiment ce qui leur arrive. Et ça peut arriver à n’importe qui (...) Tu n’as qu’une idée fixe : soulever cette chose qui t’habite corps et âme pour voir ce qu’il y a en dessous. À partir de là, tu ne peux plus faire marche arrière (...) Pour toi, la vie, la mort, c’est du pareil au même. Quelque part, tu auras définitivement renoncé à tout ce qui pourrait donner une chance à ton retour sur terre. Tu planes. Tu es un extraterrestre. Tu vis dans les limbes, à traquer les houris et les licornes. »

Chaque réponse ne fait que soulever d’autres questions, sans fin. Amine a conscience qu’il lui faut passer « de l’autre côté du miroir », « de l’autre côté du Mur ». Il se risque, littéralement, à Bethléem, « immense centre de regroupement où tous les damnés de la terre se sont donné rendez-vous pour forcer la main à une absolution qui ne veut pas révéler ses codes. » S’enfonce encore au cœur du chaos, à Janin, ultime étape de sa descente aux enfers, où il éprouve « la quasi-certitude que les vieux démons sont devenus tellement attachants qu’aucun possédé ne voudrait s’en défaire. » Se retrouve en joue, plusieurs aubes de suite, devant « une grosse pierre maculée de grumeaux de sang et criblée de traces de balles ».

De l’autre côté de ce miroir en forme de mur, le lecteur y est projeté dès les premières lignes du roman. L’horreur s’y rencontre aussi bien dans les tentatives de justification exprimées par les terroristes, qui glacent le sang par ce qu’elles pourraient avoir de convaincant malgré leur irrecevabilité absolue ; par la fugacité d’un moment de retour sur un temps de paix, paradis définitivement perdu ; et par ces éclats diaboliques tout le long du texte, ces défauts dans la langue ou le tableau, telle cette simple apparition digne d’un Kafka, d’un Gogol et d’un Boulgakhov réunis : « L’officier est une dame blonde, vaste de poitrine, avec un nez grotesque et des yeux ardents. »

Alina Reyes

http://amainsnues.hautetfort.com


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
9 septembre 2005 - 23h12

Alina Reyes sur Bella Ciao !
Je me souviens du Boucher, de loin le livre d’elle que je préfère, un court texte joyeux et libertaire. Je suis heureux de la retrouver sur Bella Ciao. Et elle me donne vraiment envie de lire L’Attentat, roman grave de Yasmina Khadra.
Pierrick Tillet



> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
12 septembre 2005 - 14h40 - Posté par

Il faut lire tous les livres de Monsieur Yasmina KHADRA : c’est à mon sens un des grands écrivains de l’époque, et un très grand écrivain arabe...
Jean-Jacques POIGNANT.


> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
25 septembre 2005 - 18h54

Je me suis inscrit au club lecture de mon lycée et cet ouvrage était proposé. Avant je ne connaissait pas Yasmina Khadra. Je trouve ce livre est excellent et merveilleusement bien écrit !

manon,16 ans



> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
27 septembre 2005 - 16h01

Bonjour !

C’est avec grande satisfaction que je d’apprendre par le biais de Jeune Afrique l’Intelligent la parution du romman "L’Attentat" de l’auteur YASMINA KHADRA qui est un grand écrivain africain, malheuresement dans mon pays aucune librerie ne vend pas ce roman qui est si important pour les lecteurs avisés qui aspirent voir des changement à travers le monde artistes voir même les leçons pour les autres.je suis au rwanda(c’est en afrique), au B.P 2753 et au mail "charlesbb2002@yahoo.fr", si vous avez la possibilité de me l’envoyer vous serez très genti où si vous pouvez mettre à la disposition nos librairie pour vente ça sera l’une de façon pour atancher notre soif de lire cet auteur qui frappe avec entousiasme les coeurs des hommes littéraires.
Merci et courage à YASMINA KHADRA Moulessehoul.



> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
1er octobre 2005 - 03h01

Enfin un tabou brisé ! par une plume arabe.
Le livre de Yasmina Khadra(l’attentat)ouvre une pérspéctive de rapprochement entre les peuples
d’israel et arabe, le premier pérsécuté à travers l’histoire(éxode, holocauste,antisémitisme..)ne doit en aucun cas rougir d’offrir la clémence et le grand pardon en contre partie de sa reconnaissance .
Bouchiouane.



> La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
8 octobre 2005 - 22h10

Avant je ne connaissait pas Yasmina Khadra. Je trouve ce livre est excellent et merveilleusement bien écrit !

Mi chiamo Gianfranco, sono italiano e vivo a ROMA. Poche settimane fa, durante la mia permanenza a Marsiglia per motivi di lavoro, ho avuto modo di sentire parlare molto bene di Yasmina KHADRA grazie ad un magistrato appassionata della lettura e in particolare dei libri che scrive Yasmina. Ho ricevuto questo libro che per me è uno splendido regalo e quindi da quel che ho già letto posso confermare che è molto interessante. Complimenti vivissimi.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite