Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Dure la pente de la démocratie juive

de : Amira Hass
dimanche 24 juillet 2005 - 22h05 - Signaler aux modérateurs

Amira Hass
Haaretz, 21 juillet 05

Ariel Sharon ne partage pas Jérusalem. Haïm Ramon non plus. Ils ont simplement trouvé un moyen plus efficace et plus rapide que ceux éprouvés jusqu’ici pour se libérer de quelques dizaines de milliers de Palestiniens habitant Jérusalem. Et ceci après qu’on ait épuisé le pillage de leurs terres au profit des habitants juifs.

Au début de la semaine passée, le gouvernement a décidé de hâter la construction du mur de séparation dans la région de Jérusalem, qui cernera et emprisonnera les habitants de trois quartiers de Jérusalem-Est : le camp de réfugiés de Shoafat et les quartiers de A-Salaam et Dar Khamis, à Anata. Pendant plus d’un an et demi depuis que le tracé a été dessiné, l’Etat a tardé dans ses réponses aux recours introduits par le représentant des habitants de ces quartiers, l’avocat Dany Zeidman. Maintenant que tous les projecteurs sont tournés vers le désengagement, il s’empresse de construire un mur de béton et des tours de guet qui couperont les habitants de leur ville.

Au Ministère de la défense, on assure que le tracé a été fixé d’après des considérations sécuritaires uniquement et qu’il prend en compte l’ensemble des intérêts des habitants. Mais le ministre Ramon a déclaré sans fard, la semaine passée, sur Kol Israël : « (la décision) du gouvernement renforce la sécurité de Jérusalem... et elle l’a rend plus juive... » Autrement dit, derrière le tracé, les considérations démographiques sont évidentes : le plus possible de territoire pour Israël, le moins d’Arabes possible.

Les habitants de ces quartiers ne sont pas les seuls Palestiniens ni les premiers qu’Israël emprisonne derrière des clôtures, des points de passage et un réseau bureaucratique d’autorisations, afin de conserver les acquis territoriaux de la guerre de 1967. C’est devenu une solution répandue en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Sauf qu’ici, il s’agit de porteurs d’une carte d’identité israélienne. Ceux qui les ont précédés dans leur emprisonnement, ce sont les habitants de Kafr Akab et Samir Amis, deux villages au sud de Ramallah, qui ont été annexés à Jérusalem en 1967.

Le gouvernement a promis de faire avec diligence ce qu’il n’a pas fait en 37 ans à l’Est de la ville : ils construira en quelques mois tout un système perfectionné de services, qui rendra superflu pour les habitants le besoin de se rendre au centre ville. Cette promesse nous apprend ce que les ministres du gouvernement pensent des juges de la Cour suprême qui sont censés se prononcer sur une plainte contre le tracé actuel : on est maintenant d’avis, au gouvernement - un an après que le glaive de la Cour internationale de La Haye ait cessé de peser au-dessus de leurs têtes - qu’il y a moyen de vendre à la Cour suprême n’importe quelle explication, n’importe quelle promesse. Les juges de la Cour suprême sont tenus par le gouvernement comme faisant indissociablement partie de sa société juive-démocratique. Et cette société ne s’est jamais émue du régime de discrimination structurelle qui a transformé les quartiers Est de Jérusalem en quartiers pauvres, surpeuplés, délaissés.

La société juive-démocratique n’a pas été ébranlée lorsque les gouvernements israéliens et la municipalité de Jérusalem ont exproprié de vastes territoires palestiniens libres, au profit de la construction de spacieux quartiers réservés aux Juifs. Dans le même temps, des règlements administratifs étaient adoptés qui empêchaient les Palestiniens de bâtir à l’intérieur de Jérusalem, leur ville, les contraignant à construire sans permis ou à résider en dehors du territoire de la municipalité. La discrimination structurelle était un moyen non déclaré mais transparent de provoquer la fuite du plus grand nombre possible de Palestiniens hors de la ville « unifiée ».

En 1995-1996, le Ministère de l’Intérieur a lancé la politique du « transfert silencieux » : des habitants de Jérusalem qui étaient à l’étranger pendant des années ou qui avaient été contraints d’habiter en dehors du territoire municipal, se sont vu dénier en masse le statut de résident. Le Ministre de l’Intérieur était alors Ramon. Le gouvernement israélien a alors commencé à violer ouvertement la promesse qu’il avait donnée aux Palestiniens en les annexant à la capitale d’Israël. La promesse que - comme ce n’était pas eux qui avaient choisi de vivre à l’intérieur des frontières d’Israël mais Israël qui avait choisi de les annexer - ils jouiraient des droits de résidence et que serait respecté leur statut de jérusalémites.

La politique du transfert silencieux a partiellement échoué grâce à une lutte commune (palestino-israélienne et internationale), collective et juridique, et surtout grâce au fait que beaucoup ont décidé de revenir vivre dans de scandaleuses conditions de surpeuplement, à l’intérieur des limites de Jérusalem. Ils ont ainsi construit leurs maisons en marge du camp de réfugiés de Shoafat et dans les quartiers de « La Paix » à Anata. Sans planification, sans infrastructures, sans permis, sans services, parmi les monceaux d’ordures. A courte distance des parcs verdoyants et des larges routes de Pisgat Zeev la juive, construite sur des terres volées à Anata, Shoafat et Hizmeh.

Vient maintenant, sous prétexte de sécurité, une autre étape dans la marche sur la pente glissante de la discrimination nationale, et qui doit « corriger » ce que le transfert silencieux n’est pas parvenu à accomplir. Même si le gouvernement construit en deux mois des écoles et des cliniques à Anata, le mur créera une immense prison à deux pas de ce qui fait l’ornement de la culture juive : l’Université Hébraïque. Même en construisant dans le mur le point de passage le plus parfait, le plus avenant, l’expérience nous enseigne que des milliers de personnes seront coupées de leurs familles et de leurs amis vivant de l’autre côté du mur, coupées d’occasions de gagner leur vie, de possibilités d’étudier, d’institutions culturelles et religieuses, de camps de jeunesse. Sans être déplacés de leurs maisons, ils seront chassés de leur ville. Au profit de la capitale juive démocratique.

[Traduction de l’hébreu : Michel Ghys]

www.haaretz.co.il/hasite/pag...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite