Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

De la difficulté de se débarrasser d’un grand patron en échec

vendredi 28 mai 2021 - 16h00 - Signaler aux modérateurs

Il y a quelque chose de pourri et d’éminemment cynique dans le monde ultra-libéral dans lequel nous vivons. Alors que les employés sont traités comme des vaches à lait, devant toujours être plus rentables (jusqu’à ce qu’ils soient délocalisés), les règles de la compétition et de la performance ne semblent pas s’appliquer aux grands patrons qui jouent aux marionnettistes avec nos existences. Gros plan sur ces grands patrons qui s’accrochent à leur poste alors que leurs mauvaises décisions ont coûté des fortunes à leurs entreprises.

« Selon que vous serez puissants ou misérables ». Les mots de La Fontaine n’ont pas perdu une once de leur impact quatre siècles plus tard. Les règles de la société, qui sont de nos jours celles de la globalisation et de la compétition à outrance, ne s’appliquent pas de la même manière à ceux qui triment et à ceux qui mènent le bal. Il est même assez cocasse de voir à quel point l’incompétence de certains patrons n’a aucune conséquence (pour eux, pas pour l’entreprise et ses employés évidemment).

Un grand patron en échec doit-il être reconduit à son poste par son conseil d’administration ? Doit-il continuer à toucher un salaire outrancier ? Des bonus annuels ? Ces questions devraient être rhétoriques… et pourtant, il est aujourd’hui la norme de voir certains PDG continuer de diriger des entreprises dont les résultats sont plombés par des stratégies hasardeuses ou des mauvais choix de management. Il n’y a pas à regarder bien loin pour voir des exemples de ces patrons qui conservent leur poste d’une manière ou d’une autre alors que leur entreprise est en difficulté.

Le mois dernier, il a fallu un conseil d’administration extraordinaire et l’implication de fonds activistes étrangers pour rendre possible le départ du PDG de Danone, Emmanuel Faber, dont les résultats étaient calamiteux depuis plusieurs années, mais qui n’en conservait pas moins le soutien total du conseil d’administration du géant mondial de l’agroalimentaire. Il a fallu un conseil d’administration extraordinaire et une pression médiatique intense pour faire tomber de son piédestal Emmanuel Faber.

C’est que l’oligarchie financière et industrielle a la tendance naturelle de se serrer les coudes, de ne pas faire de vagues, et de toujours préférer l’entre soi aux influences extérieures. A un autre niveau, le cas du PDG du réassureur Scor, Denis Kessler, grand thuriféraire du marché, est également marquant. Denis Kessler, qui est remis en cause par une partie des actionnaires du réassureur en raison de sa rémunération et des mauvais résultats du groupe, vient d’annoncer renoncer à son poste de directeur général… tout en conservant la place de président. Dans le même temps, les dividendes versés par Scor à ses actionnaires s’élevaient à 336 millions d’euros pour l’année 2021, tandis que les résultats du groupe n’étaient que de 234 millions d’euros. Même d’un point de vue capitalistique, le succès n’est pas au rendez-vous : alors que le cours de l’action Scor était de 43€ en novembre 2018, il gravite autour de 27€ de nos jours... ce qui n’empêche pas l’intéressé de vouloir se maintenir pour assurer la continuité de sa stratégie. Alors que la crise sanitaire menace tant d’emplois en France, certains ne se gênent pas pour « presser le citron ». « Enrichissez-vous » disait Guizot au XIXème siècle… on voit que certains ont retenu la leçon et l’appliquent toujours 180 ans plus tard.

Sorti par la porte, de retour par la fenêtre. Mis sous pression, les grands patrons font parfois mine de se soumettre à ce qui apparait à tous comme une décision de bon sens, mais ils ne renoncent jamais totalement aux multiples avantages que leur confère leur poste. Bien souvent, un PDG sur le départ fait en sorte d’être nommé président du conseil de surveillance, histoire de s’assurer de juteux jetons de présence pour de nombreuses années.

Quelqu’un a parlé de cynisme et d’hypocrisie ? C’est tout simplement le deux poids deux mesures de la société ultra-libérale. Les puissants sont toujours plus puissants, sont toujours plus protégés, tandis que les gueux perdent un à un les acquis sociaux gagnés de haute lutte aux XXe et XXIe siècles.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite