Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg

de : contretemps
samedi 6 mars 2021 - 21h08 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 19.9 ko

http://www.contretemps.eu/dossier-r...

JPEG - 85.8 ko

Le 5 mars 1871, naissait Rosa Luxemburg, dont la mémoire et la pensée, 150 ans après, restent présentes pour nos luttes. Nous saisissons cette occasion pour regrouper en un dossier unique l’ensemble des articles que nous avons publiés sur sa vie et sur son œuvre, ainsi que les quelques textes de sa plume que nous avons repris. Pour l’édition scientifique de ses œuvres complètes en français, nous renvoyons au travail au long cours entrepris par le collectif Smolny avec les éditions Agone.

Devenue à certains égards une icône, Rosa Luxemburg incarne, d’une manière grandiose et tragique, la lutte pour l’émancipation. Femme, juive et polonaise, elle est devenue en Allemagne l’une des voix les plus influentes de la gauche révolutionnaire du SPD et de l’Internationale, polémiquant avec Bernstein, Kautsky ou Lénine. Emprisonnée à plusieurs reprises, notamment à partir de 1915 en raison de son opposition inflexible au militarisme, elle est libérée par la révolution de novembre 1918, à laquelle elle prend immédiatement part.

Co-fondatrice du parti communiste allemand le 1er janvier 1919, elle meurt assassinée (avec son camarade Karl Liebknecht) le 15 janvier par les corps francs, avec l’aval de ses anciens camarades du SPD, suite à la répression de l’insurrection spartakiste. Son engagement inébranlable pour la révolution et son martyr en font une figure héroïque dont tout le mouvement ouvrier ne peut que se revendiquer et s’inspirer. En Allemagne tout particulièrement – et plus encore autrefois en RDA – elle est commémorée de différentes manières (films, plaques commémoratives, timbres, statues, etc.) qui « témoignent de la fascination qu’elle continue d’exercer, mais aussi de la concurrence des mémoires et des tentatives d’instrumentalisation » (Michael Löwy).

Mais Rosa Luxemburg est aussi une stratège de la révolution, et une théoricienne des contradictions du capitalisme : c’est d’abord cet héritage qu’il nous faut recueillir, et faire fructifier. Elle est peut-être, parmi les dirigeants et intellectuels de la IIe Internationale, la plus fidèle continuatrice de Marx. Non parce qu’elle serait la vigilante gardienne du temple de l’orthodoxie : son chef d’œuvre d’économie politique, L’accumulation du capital (1913), amende au contraire les schémas de reproduction du Capital (livre II), rendant possible une théorie du capitalisme comme impérialisme. C’est parce qu’elle s’efforce de saisir les contradictions fondamentales du système capitaliste dans leur pureté, qu’elle respecte la méthode et l’esprit de Marx. Elle se place, théoriquement, au niveau le plus abstrait, qui est aussi le niveau de la totalité : celui du capitalisme s’appropriant le monde.

Elle saisit ainsi la dynamique impérialiste du système capitaliste, qui différe et reconduit ses contradictions propres en s’étendant, le plus souvent par la force, à des sociétés ou secteurs non-capitalistes. Et l’impérialisme mène, d’une manière inéluctable, au militarisme et à la guerre, en Europe même : « la lutte décisive pour l’expansion rebondit des régions qui étaient l’objet de sa convoitise vers les métropoles (…), l’impérialisme ramène la catastrophe, comme mode d’existence, de la périphérie de son champ d’action à son point de départ » (Critique des critiques, 1915). À la logique destructrice du capital, seule peut s’opposer la lutte révolutionnaire des masses et du prolétariat ; seul le socialisme, vu comme un « bond qui fait passer l’humanité du règne animal au règne de la liberté », permettrait d’échapper à la fatalité historique et d’éviter la barbarie (La crise de la social-démocratie, 1916).

Le primat de l’activité autonome des masses est ainsi, avec l’internationalisme anti-impérialiste auquel il est étroitement lié, l’autre fil directeur de la pensée de Luxemburg. Elle reconnaît le rôle incontournable du parti pour donner un certain encadrement et permettre aux masses d’agir efficacement, mais le parti ne peut espérer guider les masses que s’il accepte d’abord de les suivre, même dans ce qu’il considère comme des actions erronées. Car c’est d’abord dans et par leurs luttes que les masses se constituent elles-mêmes (auto-activation, Selbstbetätitung) en acteur historique collectif : « Six mois de révolution feront davantage pour l’éducation de ces masses actuellement inorganisées que dix ans de réunions publiques et de distributions de tracts » (Grève de masse, parti et syndicat, 1906). Et Luxemburg voit le parti lui-même plutôt comme une expression organique de la classe, devant lui rester immanente, que comme une forme d’organisation spécifique et irréductible à la classe, contrairement à Lénine.

Mais elle s’oppose évidemment aussi aux théoriciens liés à l’appareil bureaucratique du SPD, et c’est finalement, ici encore, de Marx qu’elle s’avère la plus proche. L’exigence inconditionnelle d’autonomie des masses et du prolétariat est liée à une vision très claire de la consubstantialité du socialisme et de la démocratie, qui fonde sa critique de la politique des bolcheviks après la Révolution d’Octobre. La démocratie, dans ses aspects socialistes évidemment (soviets, conseils) mais même dans ses limites bourgeoises (formes démocratiques et libertés politiques), doit être défendue. La démocratie n’est pas le produit du capitalisme, mais le fruit des luttes des masses – comme Luxemburg l’expose depuis sa polémique contre Bernstein (1898).

L’effort de Luxemburg pour se porter au niveau des contradictions fondamentales du capitalisme semble être la raison pour laquelle elle s’attarde moins sur les médiations historiques et politiques concrètes que ne le font les représentants de la tradition léniniste. C’est vraisemblablement le cas pour la question nationale, que Luxemburg, en raison de son internationalisme intransigeant, met au second plan, certes sans la négliger autant qu’on a pu le dire. De même, l’impératif d’exprimer de la manière la plus pure les luttes autonomes des masses recoupe une attention moins poussée à la fonction de médiation du parti dans la constitution de la classe et le processus révolutionnaire que chez Lénine (qui en fait un opérateur stratégique), ou Gramsci (qui décrit le parti comme un « Prince moderne » œuvrant à organiser une volonté collective des subalternes).

Quoi qu’il en soit, les limites de certaines conceptions de Luxemburg n’ont pas d’autre source que la radicalité théorique et le tranchant de sa pensée, qui font toute sa force, et toute sa valeur pour nous. Comme l’écrivait son ami et camarade Paul Levi lors de son enterrement, le meilleur hommage qui puisse être rendu à l’existence et à la mort de Rosa Luxemburg serait de poursuivre ses combats jusqu’à la victoire. C’est dans cette perspective qu’il est indispensable de se confronter à son œuvre, et de la mettre en discussion avec la même exigence critique que celle dont elle a toujours fait preuve.

Yohann Douet

*** Quelques textes à propos de Rosa Luxemburg suite sur liens


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
7 mars 2021 - 10h50 - Posté par Pedro

Qu’elle soit commémorée en RDA laissait un peu rêveur. Elle aurait rejoint sinon Pannekoek, probablement Bordiga ou Trotsky mais je ne crois pas une seconde qu’elle aurait été stalinienne.



Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
7 mars 2021 - 15h38 - Posté par Raymond H

Certes non, mais léniniste oui.


Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
8 mars 2021 - 14h47 - Posté par nazairien

Le traitre du SPD, "le boucher de Berlin" Gustav Noske
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gusta...

Membre du SPD, il est ministre de la Défense de 1919 à 1920. Il est notamment connu pour son rôle central dans l’écrasement de la révolte spartakiste de Berlin.

Confronté aux mutineries de Kiel durant la révolution de 1918, il gagne d’abord la confiance des conseils ouvriers et préserve comme il le peut les institutions militaires ; puis, nommé gouverneur de Kiel par le nouveau gouvernement en 1919, il réprime durement l’insurrection et s’impose comme l’un des appuis les plus solides du nouveau régime.

Il est nommé ensuite ministre de la Guerre dans le gouvernement du chancelier Scheidemann et réprime l’insurrection spartakiste de Berlin (la « Semaine sanglante » de Berlin, du 6 au 15 janvier 1919), recrutant aussi des éléments des corps francs.

Au cours de cette semaine, les deux meneurs du parti communiste, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, anciens dirigeants de l’aile gauche du SPD, sont assassinés par les corps francs dépendants de Waldemar Pabst, sur ordre de Noske. Il déclare alors : « Il faut que quelqu’un fasse le chien sanguinaire : je n’ai pas peur des responsabilités ».

100 ans après l’assassinat de Rosa Luxemburg : la mémoire disputée d’une femme libre

https://information.tv5monde.com/te...

Il y a 100 ans était assassinée à Berlin Rosa Luxemburg, théoricienne majeure du socialisme et dirigeante du mouvement « spartakiste », au lendemain d’une tentative d’insurrection révolutionnaire allemande écrasée dans le sang. Sa légende devait lui survivre. Sa pensée, complexe et visionnaire, nourrit encore bien des réflexions.

Ce 25 janvier 1919, des dizaines de milliers de Berlinois se pressent dans le froid autour d’une fosse commune du cimetière de Friedrichfelde. 32 cercueils y sont disposés. La plupart renferment les dépouilles de communistes massacrés les jours précédents lors de leur vaine insurrection, dont Karl Liebknecht, dirigeant fondateur du mouvement « spartakiste ».

L’un est vide : celui de sa compagne de combat Rosa Luxemburg. La figure charismatique et théoricienne du socialisme a été assassinée le même 15 janvier par des sbires supposés la conduire en prison, mais ceux-ci ont, en outre, jeté son corps dans le canal. Il ne sera retrouvé que quatre mois plus tard.

Avec ces deux grandes ombres sont ensevelis, ce matin-là, les espoirs d’une révolution communiste allemande qui a échoué à suivre celle de Russie. Ceux qui l’ont réprimée disent avoir sauvé la démocratie. La suite ne le confirmera pas.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite