Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Grèce : Berlin veut pousser son avantage

de : Romaric GODIN
vendredi 20 février 2015 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Le gouvernement grec a cédé beaucoup de terrain dans sa demande de financement de six mois. Mais l’Allemagne veut pousser son avantage. sur le même sujet

Lorsque l’on a commencé à boire la coupe, il faut aller à la lie. Voici, en substance, la réaction de l’Allemagne à la demande de financement qu’a déposé, ce jeudi 19 février, le gouvernement hellénique auprès du président de l’Eurogroupe, le ministre des Finances néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Ce qu’Athènes a accepté

Dans cette demande, signée du ministre des Finances grec Yanis Varoufakis, la Grèce avait pourtant fait de larges concessions, allant plus loin que le document proposé lundi par Pierre Moscovici et remplacé par Jeroen Dijsselbloem. Athènes affirmait ainsi « reconnaître comme engageant le contenu financier et juridique de l’accord de financement (Master facility agreement) passé avec le Fonds européen de Stabilité financière (FESF). » Cette disposition reconnaissait de fait, conformément à l’article 10-1 de l’accord, le droit des créanciers « d’envoyer ses agents ou d’autres représentants pour mener les contrôles financiers ou techniques qu’ils jugeront bons de réaliser. » Bref, c’était admettre la poursuite d’un contrôle par « les institutions », puisque la lettre ne parle plus de la troïka. En réalité, c’était faire revivre une forme nouvelle de troïka.

Cette lettre affirme à nouveau la volonté de la Grèce de se soumettre aux contrôles des créanciers en renonçant « à toute action unilatérale qui pourrait remettre en cause les objectifs budgétaires, la reprise économique et la stabilité financière. » Cette phrase, qui avait été jusqu’ici refusée par la Grèce limite de facto la souveraineté budgétaire du pays qui devra donc mener sa politique budgétaire dans les cadres définis en accord avec ses créanciers. Du reste, Athènes s’engageait à dégager des « excédents appropriés. » En attendant, le pays s’en remet aux « flexibilités » comprise dans les accords, comme l’exigeait la déclaration de Jeroen Dijsselbloem lundi qu’Athènes avait refusé de signer. Les demandes de la Grèce

Moyennant quoi, la Grèce demandait la poursuite du financement, l’acceptation par la BCE de la dérogation concernant l’acceptation de la dette grecque à son guichet suspendue le 4 février dernier, mais aussi l’ouverture de discussions sur la dette et la croissance. Yanis Varoufakis demande donc que l’on utilise l’extension du financement pour « entamer le travail des équipes techniques sur un nouveau contrat pour la croissance et la reprise que les autorités grecques envisagent. » Il rappelle également que l’Eurogroupe se souvienne de sa décision de novembre 2012, où il envisageait « de possibles mesures sur la dette », donc que l’on entame des négociations sur la restructuration de la dette. Gagner du temps pour Athènes

Sans être une « capitulation » complète comme certains l’avancent, le gouvernement d’Alexis Tsipras a cédé sur des points importants : la reconnaissance des engagements passés et le refus de toute « action unilatérale. » Devant la dégradation de la situation économique, devant le manque de liquidité à venir de l’Etat (mercredi, le gouvernement a reconnu ne plus avoir de quoi se financer en mars), devant la faible augmentation de l’accès à la liquidité d’urgence de la BCE mercredi (seulement 3,3 milliards de plus), Athènes n’a pas voulu tenter le diable du Grexit. Le gouvernement s’est incliné devant les principales demandes européennes pour gagner du temps. Il s’est agi pour lui de laisser passer le mois d’août et donc les principales échéances de remboursement des dettes détenus par la BCE et le FMI. Ces échéances de près de 9 milliards d’euros en tout étaient impossibles à honorer sans aide externe. Une fois ces échéances passées, Athènes pense sans doute avoir plus de liberté d’agir. Portes ouvertes à la négociation

Par ailleurs, la lettre de Yanis Varoufakis laisse beaucoup de portes ouvertes à la négociation pour l’avenir : elle amène les créanciers du pays à négocier sur la dette et la croissance du pays. Athènes laisse aussi en suspens la question centrale des excédents primaires. Elle n’accepte pas explicitement les objectifs fixés en 2012. Autrement dit, elle les contraint à négocier. Par ailleurs, Athènes lie l’usage de la flexibilité « donnée par l’accord actuel (...) sur la base des propositions de la partie grecque et des institutions. » Autrement dit, Athènes tente de modifier le fonctionnement de la troïka en en faisant un lieu de discussion et de coopération, non d’injonctions. Ceci est cohérent avec le programme de Syriza. La signification du mouvement grec

Pourtant, en cédant sur ces points, la Grèce s’est placée nettement dans une position de faiblesse. Elle a été la première à céder dans la partie de bras de fer. La position édictée avant l’élection du 25 janvier par Yanis Varoufakis dans une interview à la Tribune selon laquelle « la Grèce n’avait plus rien à perdre » est désormais invalidée. Devant l’urgence, Athènes est prête à céder sur des points essentiels. Elle a donc beaucoup à perdre. Le message envoyé aux créanciers est celui-ci : nous craignons davantage le Grexit que vous. L’Allemagne, qui avait imposé lundi une position très ferme, a donc gagné une partie essentielle.

Elle a donc toutes les raisons du monde de pousser encore son avantage en rejetant cette lettre. Le gouvernement allemand a rapidement fait savoir que cette lettre ne pouvait pas « constituer une solution. » Ce que demande Berlin, c’est clairement la poursuite de l’accord de 2012 in extenso. Ne rien changer, donc. La flexibilité doit être laissée à l’appréciation de la troïka et la négociation sur la dette n’est pas acquise. Berlin veut aussi maintenir explicitement les objectifs d’excédents primaires. Ce que veut l’Allemagne

La position de l’Allemagne est logique : son coup de force de lundi a fonctionné, Athènes a cédé en premier. Elle veut que sa victoire soit complète. Alexis Tsipras a commencé à nouer autour de son cou la cravate que lui a offert Matteo Renzi le 3 février dernier et Berlin juge bon que l’on serre le nœud jusqu’au bout. L’enjeu pour le ministre allemand des Finances est central : il s’agit de prouver qu’aucune élection ne peut modifier les règles fixées auparavant et que la zone euro est prête pour cela à aller jusqu’au bout. Ainsi les électeurs espagnols tentés par Podemos ou irlandais tentés par le Sinn Fein devront y réfléchir à deux fois avant de placer leur bulletin dans l’urne. Le résultat sera que la démocratie en zone euro deviendra une démocratie encadrée par des règles destinées à appliquer certaines politiques économiques plutôt que d’autres. Wolfgang Schäuble est sur le point de réussir son pari.

Dans la réunion de l’Eurogroupe de ce vendredi 20 février, Athènes va devoir décider si elle refuse d’aller plus loin dans les concessions, ou si elle place l’urgence financière avant toute chose. Dans le second cas, elle devra céder à la logique allemande. Mais maintenant qu’elle a cédé la première, rétablir l’équilibre sera difficile. A moins que l’Eurogroupe décide de se dresser contre le maximalisme de Wolfgang Schäuble. Ce que les ministres des finances de la zone euro ont refusé de faire lundi... Ou bien - et ce serait un coup de théâtre, à moins que les Grecs ont cédé pour mieux montré l’intransigeance allemande et pouvoir refuser toute responsabilité en cas d’aggravation de la crise. C’est ce qu’a laissé entendre un responsable grec à Reuters en affirmant que la proposition hellénique était "à prendre ou à laisser."

http://www.latribune.fr/actualites/...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Grèce : Berlin veut pousser son avantage
20 février 2015 - 14h37 - Posté par PierreP

Une autre façon de faire la guerre aux peuples : les obus s’appellent austérité et les ruines sont celles de la misère.
Mort au capitaliste, ive le communisme.



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
21 février 2015 - 09h55 - Posté par JO

A doses homéopathiques c’est plus astucieux bien sûr pour chloroformer l’opînion publique et perdurer à faire croire en la supériorité du régime capitaliste pour l’humanité ! Ce faisant s’il y a un détournement des nouveaux dirigeants de la volonté du Peuple ils devront lui rendre des comptes, à moins que ce soit le Peuple qui l’exige !



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
22 février 2015 - 16h16 - Posté par nOCTURNE

Tout mouvement qui ne prônera pas clairement la rupture avec le K et ne posera pas`les perspectives d’un socialisme a inventer et mettre en oeuvre, sera porteur face au K D’UNE TRAHISONS DES MASSES.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite