Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Face au coup de force de la BCE et les tergiversations de Tsipras, solidarité avec les travailleurs et le peuple de Grèce

de : Philippe Alcoy vendredi 6 février 2015 - 18h23 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Exigeons l’annulation de la part de la dette grecque détenue par la France !

Philippe Alcoy

Source : http://www.ccr4.org/Face-au-coup-de...

Mercredi 4 février la Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé de mettre la pression sur le gouvernement grec dirigé par Syriza : elle a décidé de ne plus accepter les obligations émises par la Grèce comme garantie pour offrir de la liquidité aux banques grecques tant que le pays ne serait pas arrivé à conclure un accord avec ses « partenaires » européens sur sa dette. Une action scandaleuse qui vise à obliger le gouvernement de Tsipras à continuer à appliquer des mesures d’austérité contre les classes populaires et les masses du pays.

En effet, le nouveau gouvernement grec à peine installé déclarait par la voix de son ministre des finances, Yanis Varoufakis, qu’il ne reconnaitrait pas la Troïka (BCE, Commission Européenne et FMI) comme interlocuteur concernant le problème de la dette du pays. Il a même refusé d’accepter la dernière tranche de 7 milliards d’euros du second plan de sauvetage de la Grèce lancé en 2012.

Pour financer les activités de l’Etat, Tsipras comptait en finir avec la tutelle de la Troïka et des plans d’austérité et avoir recours à la possibilité d’émettre des obligations de l’Etat grec à court terme. Cela aurait permis à la Grèce de se financer pendant quelques mois, le temps d’arriver à un accord avec ses créanciers de l’UE.

En effet, malgré le fait que les titres grecs soient considérés comme « spéculatifs », dans le cadre du plan de sauvetage mis en place par la Troïka, la BCE offrait la possibilité aux banques grecques de se procurer de l’argent frais auprès d’elle en présentant comme garantie les titres de l’Etat grec. Ainsi, la Grèce pouvait émettre des obligations à court terme, qui étaient rachetées par ces banques nationales, et trouver de cette façon des sources de financement.

La décision prise par la BCE de vient mettre fin à cette situation. Etant donné que le gouvernement grec refuse de mener jusqu’au bout les accords passés avec la Troïka, la BCE n’acceptera plus à partir du 11 février les titres émis par la Grèce comme garantie pour les banques grecques.

Cependant, cette décision ne veut pas dire que les banques grecques sont coupées de tout financement possible. Elles peuvent encore avoir recours au programme de crédit d’urgence (Emergency Liquidity Assistance – ELA) mis en place aussi dans le cadre des accords avec la Troïka et qui permet à la Banque Centrale de Grèce de prêter aux banques nationales. L’inconvénient pour le gouvernement grec c’est que ces prêts sont plus chers (des intérêts de 1,55% alors que ceux de la BCE sont de 0,05%) et qu’en même temps ce mécanisme est aussi contrôlé par la BCE.

Une décision politique de la BCE qui comporte des risques

Cette décision de la BCE est clairement un message politique. C’est un alignement direct sur le positionnement dur de Berlin face au nouveau gouvernement grec. En effet, on cherche à ce que celui-ci accepte le cadre du plan de sauvetage et la tutelle de la Troïka qui impose des mesures d’austérité contre les masses. Cette technique de pression a déjà été utilisée contre l’Irlande et Chypre dans le passé récent.

L’objectif principal de cette position dure de la part de l’Allemagne, c’est d’éviter que d’autres pays endettés ne soient encouragés à restructurer leur dette à l’image de ce qu’essaye de faire le nouveau gouvernement grec. Et cela vise principalement des formations politiques telles que Podemos dans l’Etat Espagnol. C’est pour cela que parmi les alliés de l’Allemagne on ne trouve pas seulement des pays dits « du Nord » mais aussi des gouvernements de pays très endettés comme celui de Mariano Rajoy qui sait très bien que le succès de Syriza pourrait marquer la fin de son gouvernement lors des élections de cette année.

Mais cette politique de la BCE comporte des risques. Comme l’affirme Les Echos : « La mise en quarantaine des banques grecques risque aussi d’interrompre le mouvement de recentrage qu’avaient commencé à opérer Alexis Tsipras et son ministre des Finances Varoufakis. "Il est clair que l’Europe fait pression sur le gouvernement grec pour qu’il négocie avec la troïka et reprenne le programme d’austérité là où le précédent gouvernement l’a laissé", notait, jeudi, le journal grec ?«  ?To Vima ? » ». La réalité c’est que la Grèce est bel est bien isolée, mais la manière forte employée risque de mener tout droit à la confrontation.

A moins que l’Allemagne ne réussisse à faire capituler sur toute la ligne le gouvernement de Syriza, les risques sont importants pour elle. D’après des analystes de Stratfor, « l’Allemagne se trouve face à deux mauvaises options : soit ouvrir la porte à ce que des pays quittent la zone euro, soit ouvrir la porte à ce que des pays renégocient leurs dettes ».

En effet, cette pression sur le gouvernement de Tsipras pourrait pousser la Grèce vers la porte de sortie de la zone euro car, même si l’on ne peut pas exclure un accord in extremis, pour Syriza accepter de continuer sous la tutelle de la Troïka pourrait se révéler politiquement très coûteux. Puis, même si l’on arrive à un accord, la position actuelle de la BCE pourrait avoir comme conséquence une accélération de la fuite de capitaux que la Grèce connait depuis décembre : on estime à 14 milliards d’euros les capitaux ayant été retirés des banques du pays.

Cette perspective pourrait avoir des conséquences pour l’ensemble de l’UE et rouvrir une crise de la zone euro, ce qui n’est pas du tout une bonne nouvelle pour l’Allemagne dont les exportations dépendent en grande partie de la bonne santé financière et économique de ses « partenaires » européens.

L’attitude conciliatrice du « gouvernement anti-austérité »

Si, comme on l’a dit plus haut, les premières déclarations de Tsipras ont été « incendiaires » contre la Troïka, allant jusqu’à prendre la décision de refuser la dernière tranche du plan d’aide internationale, ces derniers jours on a pu noter un changement d’attitude. En effet, en « tournée européenne » avec son ministre des finances Yanis Varoufakis pour trouver des partenaires et des soutiens pour sa politique, Alexis Tsipras s’est montré très conciliateur avec les créanciers du pays.

Très vite la revendication d’une annulation partielle de la dette grecque a été abandonnée pour ne pas heurter la sensibilité de l’Allemagne et substituée par une demande de restructuration de celle-ci. Autrement dit, la Grèce devra rembourser la totalité de sa dette de plus de 320 milliards d’euros (177% du PIB), ; il n’y aura, en principe, pas d’effacement même partiel de la dette.

Le gouvernement de Tsipras propose une restructuration de la dette à travers deux mécanismes : d’une part l‘indexation du taux d’intérêt à la croissance du PIB d’une partie de la dette ; et d’autre part la création d’obligations perpétuelles, ce qui signifie qu’Athènes ne remboursera plus le capital prêté, mais uniquement les taux d’intérêt sans aucune date d’échéance. Des mesures qui permettraient au gouvernement grec de gagner du temps mais aucunement de résoudre les problèmes de fond des travailleurs et des masses du pays. Ce n’est pas un hasard si les premiers signes des marchés financiers face à ces propositions ont été bons.

Même si dans les premières heures de cette « tournée » de Tsipras, certains articles de presse parlaient du « changement de rapport de force », d’autres du « chantage » de Syriza, la décision de la BCE a révélé la vraie puissance des impérialistes et le caractère utopique de la politique de Syriza. En effet, il est tout à fait illusoire de prôner la « rupture » avec la Troïka tout en continuant à payer la dette, même avec des nouvelles modalités.

D’ailleurs, alors qu’ils avaient déclaréne pas reconnaitre la Troïka dans leur « tournée européenne » Tsipras et Varoufakis ont rencontré, certes séparément, les responsables du FMI, de la BCE, François Hollande, le ministre des finances allemand, Wolfgang Schaeuble, le premier ministre italien Mateo Renzi, entre autres. Bref, la Troïka…

Solidarité internationaliste avec le peuple grec ! Pour l’annulation de la dette !

Face au chantage et aux pressions des impérialistes pour que le gouvernement grec continue à mener une politique criminelle à l’égard des classes populaires, nous exprimons toute notre solidarité internationaliste et affirmons que le peuple grec ne doit rien ! Ce sont les banquiers et les capitalistes qui se sont enrichis avec leurs affaires spéculatives sur le dos des travailleurs qui doivent maintenant payer la crise.

Les Etats européens, la France et l’Allemagne en tête, ont investi des milliards d’euros dans le fond de « sauvetage » de la Grèce pour permettre à ce pays de solder sa dette avec les banques privées européennes. Maintenant que la part de la dette détenue par des créanciers privés est de moins de 20% de la dette totale, ce sont les Etats de l’UE qui exigent l’application des mesures d’austérité en Grèce.

La France détient 40 milliards d’euros de la dette grecque (qui s’élève à 320 milliards). Il s’agit d’une tache fondamentale pour le mouvement ouvrier en France de se mobiliser pour exiger du gouvernement français l’annulation de la partie de la dette grecque détenue par la France ! Ce serait un pas important vers l’annulation de l’ensemble de la dette grecque. Les responsables des soi-disant problèmes financiers de l’Etat français ou d’autres pays impérialistes ne sont pas les travailleurs et les masses de Grèce, ou encore les dépenses sociales, mais bien les banquiers et les riches qui ont été sauvés avec l’argent public. C’est donc à eux d’assumer les frais de la crise de leur système.

6/2/2015.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Face au coup de force de la BCE et les tergiversations de Tsipras, solidarité avec les travailleurs et le peuple de Grèc
6 février 2015 - 20h13 - Posté par JO

On ne peut que souhaiter à Tsipras à ne pas oublier de solliciter chaque fois nécessaire l’appui du Peuple pour le respect de l’intégralité de son programme social pour le cas d’interventions hostiles venues de l’intérieur ou de l’extérieur !
La mobilisation du Peuple seule et son unité feront échec aux obstacles dressés pour la mise en oeuvre du programme sur lequel ce Gouvernement a été élu ! Il faut bien rappeler par exemple le coup d’Etat au Venezuela contre le Président CHAVEZ qui le fit mettre en prison ! Le Peuple descendit dans la rue pour exiger sa libération qui fut faite 48 heures après son arrestation ! Le pouvoir progressiste fut ainsi rétablit l’armée ayant pris fait et cause pour le Peuple ! L’appel au Peuple , condition majeure à ne pas capituler !






Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude
Conférence de presse sur la covid-19 de Christophe Alévêque.(video)
dimanche 4 - 12h15
de : jean1
Black Bloc : au cœur de l’extrême gauche américaine (video)
dimanche 4 - 11h59
de : jean1
OCCUPATION DE L’ODÉON : UN THÉÂTRE QUI NE SE TIENT PAS SAGE
samedi 3 - 21h19
de : joclaude
Scandaleux toubibs vaccineurs !
samedi 3 - 20h37
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque ne s’est pas adressé qu’aux Français : il s’est adressé en filigrane à ses sponsors.
samedi 3 - 20h05
de : joclaude
Querelles sur les vaccins:Le directeur général de l’AP-HP convoqué par Véran
samedi 3 - 19h41
de : joclaude
1 commentaire
De l’origine du vouvoiement.
vendredi 2 - 19h39
de : jy.D

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite