Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Syriza, le système et les masses

de : Philippe Alcoy
mercredi 21 janvier 2015 - 09h29 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Philippe Alcoy

Source : http://www.ccr4.org/Syriza-le-syste...

Des élections générales se tiendront le 25 janvier prochain en Grèce et tous les sondages donnent la formation d’Alexis Tsipras, Syriza, en tête. L’hystérie a gagné les marchés. La presse se fait l’écho des déclarations catastrophistes de Samaras et de l’UE. Le FMI, comme on pouvait s’y attendre, a suspendu « l’aide » financière du pays jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

Cette attitude scandaleuse des impérialistes n’est qu’une démonstration supplémentaire du niveau de décomposition de la démocratie bourgeoise, notamment en temps de crise. Elle relève essentiellement d’une tactique qui vise à terroriser l’électorat populaire en présentant Syriza comme un parti « radical et antisystème » qui n’apportera que le chaos. Cyniquement, on prévient qu’un gouvernement Syriza gâchera tous les « efforts » faits par la population. Par « efforts » il faut entendre évidemment les souffrances, inouïes en temps de paix, imposées aux masses par des classes dominantes parasitaires !

Mais, Syriza est-il vraiment un parti « antisystème » comme l’affirme la presse et, pour d’autres raisons, une partie considérable de « la gauche de la gauche » ? Si par antisystème on entend un parti qui prétend renverser le système capitaliste, la réponse est claire : NON. Et cela est reconnu par les membres de la direction de Syriza eux-mêmes. Leur projet est nonseulement compatible avec le capitalisme mais s’inscrit complètement dans le cadre des institutions de l’UE. Syriza défend un programme de réformes timorées, de renégociation de la dette et l’instauration d’un modèle économique néo-keynésien.

Alors, pourquoi parle-t-on de « parti antisystème » ou de « gauche radicale » en évoquant Syriza ? En réalité il s’agit d’un amalgame intéressé, aussi bien de la part de la bourgeoisie que des courants opportunistes de l’extrême gauche ; amalgame entre l’opposition au modèle de capitalisme néolibéral, répandu à l’échelle mondiale depuis au moins 30 ans, au service duquel ont travaillé tant les gouvernements de droite comme « de gauche », d’une part, et la lutte pour le renversement du système capitaliste, quelle que soit la forme conjoncturelle qu’il adopte, d’autre part.

C’est précisément dans ce contexte que des partis défendant une orientation anti-néolibérale ou anti-austérité sont présentés comme « antisystème ». Comme affirme un analyste britannique : « les partis de la nouvelle gauche (…) veulent que l’Europe devienne une union fiscale keynésienne avec un Etat providence fort (…) Si vous réfléchissez bien, aussi bien Podemos que Syriza essayent d’apporter le modèle scandinave aux rives de la Mer Egée et à celles de la Méditerranée. Mais ici se trouve le problème : dans un monde néolibéral, même un Etat providence limité peut paraitre révolutionnaire ».

Le problème de cette définition sur le caractère « antisystémique » de certains courants politiques c’est que si cela est valable à gauche pour Syriza en Grèce ou Podemos dans l’Etat Espagnol, sur cette même base, à droite, on peut également considérer des partis profondément réactionnaires comme le FN ou Aube Dorée comme des « antisystème ». Tout cela ne fait qu’augmenter la confusion chez les classes populaires, et cela d’autant plus que, pour reprendre une récente analyse de Perry Anderson, en dernière instance, « Podemos et Syriza défendent des positions moins radicales que la droite antisystème ».

Une victoire de Syriza constituerait-elle une impulsion pour les luttes sociales ?

Beaucoup à « la gauche de la gauche » justifient leur soutien à Syriza en déclarant qu’une victoire de la formation d’Alexis Tsipras donnerait, sans aucun doute, une impulsion aux luttes sociales en Grèce et en Europe. Et certes, on ne peut exclure aucun scénario. Par exemple, une attitude très hostile de la part de la Troïka envers un gouvernement Syriza ou dont Syriza serait la force principale pourrait éventuellement déclencher une vague de mobilisation populaire contre les créanciers du pays et les classes dominantes locales.

Cependant, il nous semble que l’argument d’un regain des luttes face à un gouvernement Syriza est avancé souvent de façon unilatérale. En effet, les défenseurs de cette hypothèse en général négligent le fait que l’échec d’un gouvernement Syriza, sur lequel les classes populaires et les masses auraient déposé leurs espoirs, pourrait, à l’inverse, provoquer une vague de désenchantement et de démoralisation. Et cela d’autant plus probablement que, depuis des mois, essentiellement en raison de la politique des directions syndicales, le mouvement de masse a faibli et qu’une grande partie des classes populaires déposent leurs espoirs dans ce que pourrait faire un gouvernement Syriza pour résoudre leurs problèmes structurels et urgents.

Même parmi la base militante de Syriza, on est conscient qu’un échec d’un gouvernement dirigé par Tsipras pourrait avoir des conséquences néfastes telles que le renforcement de tendances bonapartistes de droite voire fascisantes. Le problème c’est que le programme de réformes modérées et de conciliation avec l’impérialisme et la bourgeoisie grecque défendu par Tsipras présage plutôt un échec du point de vue des intérêts de la classe ouvrière.

Cette question nous permet également d’aborder un déficit fondamental du « phénomène » Syriza (mais aussi de Podemos dans l’Etat Espagnol) : la faiblesse du lien organique qu’elle entretient avec le mouvement ouvrier et les masses en général. Autrement dit, le fait de ne pas avoir une influence directe sur des fédérations syndicales ou des syndicats importants et sur des organisations sociales ne lui permet pas d’aller très au-delà de la simple influence électorale.

Dans un article récent les camarades du PTS argentin Juan Dal Maso et Fernando Rosso considéraient que Syriza (et Podemos) partage tous les défauts des partis communistes « socio-démocratisés » ou des populismes latino-américains, qu’elle prétend imiter sans en avoir aucune de leurs « vertus » et notamment pas leur fort ancrage social.Dans leur texte les camarades estiment que c’est ce « vide » qui peut faire que ces partis deviennent un phénomène éphémère et accélérer leur institutionnalisation.

Cette question est importante car pour que Syriza soit en capacité de mobiliser sa base électorale dans la rue, les entreprises ou les lieux d’étude, au moins dans le but d’avoir une meilleure position pour négocier avec la Troïka, il lui faut avoir des liens organiques forts avec les organisations ouvrières, de la jeunesse et populaires. Ce qui n’est vraisemblablement pas le cas.

D’ailleurs, on devrait dire que pour le moment la mobilisation des masses ne semble nullement être la priorité des dirigeants de Syriza. Leur principale préoccupation, c’est plutôt d’offrir une image de modération et de responsabilité aux investisseurs et créanciers du pays. En ce sens, on ne peut pas exclure non plus des mobilisations populaires contre un gouvernement Syriza si celui-ci se révèle trop en décalage par rapport aux aspirations des masses.

16/1/2015.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Syriza, le système et les masses
21 janvier 2015 - 10h44

« Cependant, il nous semble que l’argument d’un regain des luttes face à un gouvernement Syriza est avancé souvent de façon unilatérale. En effet, les défenseurs de cette hypothèse en général négligent le fait que l’échec d’un gouvernement Syriza, sur lequel les classes populaires et les masses auraient déposé leurs espoirs, pourrait, à l’inverse, provoquer une vague de désenchantement et de démoralisation. »

Vous avez raison, pour ne pas être déçus, souhaitons que la droite et l’extrême-droite l’emporte en Grèce. Au moins, on restera en terrain connu, et on pourra attendre tranquillement que la Troïka et l’lUE s’effondrent toutes seules...



Syriza, le système et les masses
21 janvier 2015 - 11h50 - Posté par

c ’est assez illogique comme discours,en effet le regain des luttes en cas de victoire est une possibilité .
Alors que vient faire le cas d’un reflux en cas d’echec ?
ou on parle de regain ou de reflux en cas d’arriver d’un gvt Syriza ,OU en cas d ’echec APRES l’arrivée de Syriza au pouvoir,mais mélanger les deux hypothèses avec les deux possibilités quant aux luttes est totalement illogique et n’a aucun sens.


Syriza, le système et les masses
22 janvier 2015 - 12h11

Je suis persuadé que sans mouvement social fort, Syrisa ne fera pas ce qu’il a dit.

Mais je me méfie aussi des jugements théoriques (le classique : sur le fond tu as raison, mais le problème c’est que c’est en surface qu’on vit).

Voici le message envoyé par une amie athénienne (classée extrême-gauche au sens large, pas militante de Syrisa, juste une femme du peuple grec) :

Cher xxx trop d angoisse pour les elections .Ambiance revolutionaire et en meme temps un peu fou...SYRISA va gangner les elections !On sait pas que ce que va faire ...mais on a rien a perdre meme pas notre chains parce que on les a vendus...Situation tres interessante qui peu influencer tout l Europe ..commencer par l Espagne qui va suivre,,,Des moments historiques...Des discutions et d assemblemements et des concerts parttout...Moments historiques...



Syriza, le système et les masses
25 janvier 2015 - 00h05 - Posté par LeChatNoir

Je ne veux pas condamner syriza comme le font beaucoup certains ici car on sait ce qui va se passer si syriza echoue et ca sera pas le communsime qui l’emportera....

Esperons que tsipras sera à l hauteur des attentes de l ensemble du peuple grec, même si comme vous je ne me fais guere d illusion, mais qui sait...pousser par le peuple.....


Syriza, le système et les masses
25 janvier 2015 - 10h58 - Posté par Alain Chancogne

Moi qui n’ai comme formation que "Le Marxisme pour les nuls" -version Peuceufeu années 7-, un certain gôut pour l’Histoire (dont un Barbu aurait dit , parait il quece ce sont "les masses qui la font") , une modeste expérience de salarié qui avvérifié que "rien n’est jamais acquis à l’Homme",
........... ;ce matin je suis traversé de sentiments contradictoires..
Faut il que ma mélénchophobie assumée, le fait que ce brave Tsipras fasse l’objet à Athènes d’un engouement qui devient "irrationnel"( car on ne "raisonne plus" quand on oublie les fondamentaux de lutte des classes"tous terrains."
.. .mais qu’en même e temps il soit"bichonné "par leFMI saluant son "pragmatisme"..inconnu dans les quartiers populaires grecs, questio !
...................Faut il donc que ce dimanche je considère les élections grecques comme un non évènement, voire que je me réjouisse si ce soir, un "leurre Syrisa" prend le bouillon !
Certains le souhaitent..D’autres pensent aussi
("Les françaisn’ en ont pas asssez chié..pour réagir
, Attendsun peuqu’ils mesurent ce qu’est la vrai pauvreté"
Avec ce raisonnement c’est la Sierra Leone et la sSomalie qui seraient les premiers pays à "ouvrir la voie au communisme !
Donc , plutôt que de me triturer les méninges avec une boule de cristal pour savoir si Tsipras va baiser les trvailleurs..ou, si au contraire mardi vers 18h , Syrisa PODEMOS, et àParis le 6 février un cartel d"gôôche de gôêche" vont se réunir pour me planifier la Fin de l’austérité avec un carton "rouge" à Mme Merkel, je me dis ceci :
Quand les premiers cahiers de"doléances" ont circulé , personne ne pouvait prévoir que , pourtant serein, M.Capet perdrait la tête un peu plus tard..
Quand fut signé le contrat éléctoral dit de"Rassemblement populaire" entre PC ;SFIO et rads socs qui eut la majorité (sans raz demarée mais par le mode de scrutin et une pousséeélectorale du PC)...la plupart de ceque nous appelons maintenant les"acquis du FRONT POPU" n’étaient dans ce"programme commun"-
)
Ce qui fit la DECISION en 36-et qui explique , à contrario, pour partie les renoncements deMiterrand dès 82)...c’est que les ouvriers s’OCCUPERENT de leurs AFFAIRES..en occupant les usines en 36..et pas en 81
(D’ailleurs c’est une recette valable hors climat éléctoral si j’ai bien en mémoire..qui explique MAI 68)
Donc la question pour un militant révolutionnaire n’est pas "attendons pour voir"
Mais bien "QUE FAIRE" chez soi » pour que la lutte des classes sur ce continent soit d’iun processus de convergences d’ACTES anticapitalistes-la LUTTE- qui soient aussi paralysante pour le K..que pour ceux qui voudraient lui servir de "fur au feu" pour que la déception grecque nsoit aussi un facteur de"on pourra jamais "les battre"..à Madrid et à Barcelone.
Alors, , même si crois savoir que ."foule" peuple" ne sont pas... synonymes de classe...,
Si Athène cesoir se couvre de drapeaux rouges et si l’internationale et d’autres chants deThéodorakis , perturbent demain l’ouverture des Bourses financières, ..je viderai un verre à moitié vide" parce que, si les MASSES le décident, cela peut après demain dynamiser les Bourses duTravail..

La Barricade n’ayant que deux côtés, ce soir, sans taire mon opinion , je boirai un coup avec "mon camp" qui trinque trop pour que je lui fasse le coup du "malin" qui t’explique que si tu reprends une tournée , tu auras un ulcère qui te videra de ton sang..
Et, m^me si c’est un peu éxagéré, cematin parce que depuis toujours "Je suis Manolis GLEZOS"(1)
... "je suis un diplomé grec, éboueur en CDD d’un ex service publoic,
" je suis le retraité qui a perdu 30 pour cent de son pouvoir d’achat", je suis un des rats du laboratoire Capitaliste qui a voulu tester jusqu’ou l’on peut saigner la C.O"
Et même si je sais que "rien n’est joué"" je ne resterai pas hors jeu.
Je ne vais pas plaire à tout le monde en concluant
Mais ici, j’en connais qui tout en ayant expliqué que Hollande ne pouvait que
Je ne serai donc , ce matin, un espèce de copie de ces gens qui à la TV sont spécialistes en recettes compliquées, face à un prompteur et avec les astuces techniques du"faux direct",
.....mais qui sont infoutus à la maison de faire bouillir un oeuf
Puisque la façade de mon Bistro désert s’orne d’une citation de Gramsci autant la reprendre qui fera comprendre que mon propos se veut plus interrogatif que certitudes

"Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir."

Ce qui n’est pas contradictoire avec ce que militants révolutionnaires GRECS ou français devraient retenir de V.I.LENINE
"La ou il y a une volonté il y a un chemin."

Bon dimanche

(1)Manolis GLEZOS

http://lescombattantsdelombre.arte....


Syriza, le système et les masses
24 janvier 2015 - 13h27

Syriza met l’europe au pied de ses échecs... après se sera l’espagne...



Syriza, le système et les masses
25 janvier 2015 - 11h54 - Posté par Alain chancogne

second envoi:bugg

Moi qui n’ai comme formation que "Le Marxisme pour les nuls" -version Peuceufeu années 70-, un certain gôut pour l’Histoire (dont un Barbu aurait dit , parait il quece ce sont "les masses qui la font") , une modeste expérience de salarié qui avvérifié que "rien n’est jamais acquis à l’Homme",
........... ce matin je suis traversé de sentiments contradictoires..
Faut il que ma mélénchophobie assumée, le fait que ce brave Tsipras fasse l’objet à Athènes d’un engouement qui devient "irrationnel"( car on ne "raisonne plus" quand on oublie les fondamentaux de lutte des classes"tous terrains."
.. .mais qu’en même e temps il soit"bichonné "par leFMI saluant son "pragmatisme"..inconnu dans les quartiers populaires grecs, questio !
...................Faut il donc que ce dimanche je considère les élections grecques comme un non évènement, voire que je me réjouisse si ce soir, un "leurre Syrisa" prend le bouillon !
Certains le souhaitent..D’autres pensent aussi :

"Les français n’ en ont pas assez chié..pour réagir
, Attendsun peuqu’ils mesurent ce qu’est la vrai pauvreté"
Avec ce raisonnement c’est la Sierra Leone et la sSomalie qui seraient les premiers pays à "ouvrir la voie au communisme !
Donc , plutôt que de me triturer les méninges avec une boule de cristal pour savoir si Tsipras va baiser les trvailleurs..ou, si au contraire mardi vers 18h , Syrisa PODEMOS, et àParis le 6 février un cartel d"gôôche de gôêche" vont se réunir pour me planifier la Fin de l’austérité avec un carton "rouge" à Mme Merkel, je me dis ceci :

Quand les premiers cahiers de"doléances" ont circulé , personne ne pouvait prévoir que , pourtant serein, M.Capet perdrait la tête un peu plus tard..
Quand fut signé le contrat éléctoral dit de"Rassemblement populaire" entre PC ;SFIO et rads socs qui eut la majorité (sans raz demarée mais par le mode de scrutin et une pousséeélectorale du PC)...la plupart de ceque nous appelons maintenant les"acquis du FRONT POPU" n’étaient dans ce"programme commun"-
)
Ce qui fit la DECISION en 36-et qui explique , à contrario, pour partie les renoncements deMiterrand dès 82)...c’est que les ouvriers s’OCCUPERENT de leurs AFFAIRES..en occupant les usines en 36..et pas en 81
(D’ailleurs c’est une recette valable hors climat éléctoral si j’ai bien en mémoire..qui explique MAI 68)
Donc la question pour un militant révolutionnaire n’est pas "attendons pour voir"

Mais bien "QUE FAIRE" chez soi », pour que la lutte des classes sur ce continent soit d’un processus de convergences d’ACTES anticapitalistes-la LUTTE- qui soient aussi paralysante pour le K..que pour ceux qui voudraient lui servir de "fur au feu" pour que la déception grecque nsoit aussi un facteur de"on pourra jamais "les battre"..à Madrid et à Barcelone.
Alors, , même si crois savoir que ."foule" peuple" ne sont pas... synonymes de classe...,
Si Athène cesoir se couvre de drapeaux rouges et si l’internationale et d’autres chants deThéodorakis , perturbent demain l’ouverture des Bourses financières, ..je viderai un verre à moitié vide" parce que, si les MASSES le décident, cela peut après demain dynamiser les Bourses duTravail..

La Barricade n’ayant que deux côtés, ce soir, sans taire mon opinion , je boirai un coup avec "mon camp" qui trinque trop pour que je lui fasse le coup du "malin" qui t’explique que si tu reprends une tournée , tu auras un ulcère qui te videra de ton sang..
Et, même si c’est un peu éxagéré, cematin parce que depuis toujours "Je suis Manolis GLEZOS"(1)
... "je suis un diplomé grec, éboueur en CDD d’un ex service publoic,
" je suis le retraité qui a perdu 30 pour cent de son pouvoir d’achat", je suis un des rats du laboratoire Capitaliste qui a voulu tester jusqu’ou l’on peut saigner la C.O"

Et même si je sais que "rien n’est joué"" je ne resterai pas hors jeu. !

Je ne serai pas , ce matin, un espèce de copie de ces gens qui à la TV sont spécialistes en recettes compliquées, face à un prompteur et avec les astuces techniques du"faux direct",
.....mais qui sont infoutus à la maison de faire bouillir un oeuf

Puisque la façade de mon Bistro désert s’orne d’une citation de Gramsci autant la reprendre qui fera comprendre que mon propos se veut plus interrogatif que certitudes

"Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir."

Ce qui n’est pas contradictoire avec ce que militants révolutionnaires GRECS ou français devraient retenir de V.I.LENINE

"La ou il y a une volonté il y a un chemin."

Bon dimanche

sur manolis Glezos
http://lescombattantsdelombre.arte....






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite