Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

CGT : vote entâché d’un grave vice de forme...

mardi 13 janvier 2015 - 23h25 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

CGT : la candidature de Philippe Martinez rejetée

La candidature de Philippe Martinez comme futur secrétaire général de la CGT n’a pas obtenu la majorité des deux tiers requise par les statuts. La solution proposée par Thierry Lepaon pour sa succession a obtenu, mardi 13 janvier, lors du vote du comité confédéral national (CCN), le parlement de la centrale, 57,5 % de voix pour, 41,6 % contre et 1,5 % d’abstention. Elle a donc été rejetée. Ce résultat n’est pas une surprise au lendemain de la réunion de la commission exécutive (CE), composée de 56 membres, qui avait adopté de justesse – 28 voix pour, 18 contre et 6 abstentions – une future équipe de direction. Ce vote est cependant entâché d’un grave vice de forme : Nathalie Gamiochipi, la secrétaire générale de la fédération de la santé, qui était mandatée à 75 % par sa fédération pour voter contre a finalement décidé de... voter pour. "Si elle avait respecté son mandat, indique une source interne, M. Martinez, dont elle est la compagne, n’aurait pas franchi la barre des 50 %". La fédération de la santé est en ébullition.

M. Lepaon avait pris le risque de se mettre à dos son parlement, composé des secrétaires généraux des 33 fédérations et des 96 unions départementales (UD), en décidant, le 7 janvier, de démissionner tout en gardant la main sur le pilotage de sa succession. Le secrétaire général démissionnaire avait constitué un collectif composé de trois proches – Pascal Fournet, Colette Duynslaeger, secrétaire générale de la fédération des postes et télécommunications, Philippe Texier (UD Côte-d’Or) – et de Philippe Martinez qui, après avoir soutenu dans un premier temps et contre l’avis de sa fédération M. Lepaon, avait fini par demander sa démission. Cette démarche avait suscité de nombreuses réactions hostiles à la base de la CGT.

Dès le 7 janvier, il apparaissait clair que M. Lepaon, qui entend rester membre de la CE, avait choisi M. Martinez comme successeur. La composition du futur bureau confédéral, dévoilée le 12 janvier, a ravivé les oppositions. L’équipe pressentie ne comprenait que des proches de M. Lepaon, Mme Duynslaeger étant propulsée au rang d’administratrice et trésorière. M. Martinez avait refusé tous les amendements visant à modifier la composition de sa direction afin qu’elle soit susceptible de mieux rassembler la CGT. Une attitude qui a entraîné le vote contre de Daniel Sanchez, son prédécesseur à la tête de la fédération de la métallurgie. Les fédérations des services publics, la plus importante de la centrale, et du commerce, qui avaient des représentants dans l’équipe Martinez – Nathalie Metche-Nickles pour la première et Michèle Chay pour la seconde – avaient confirmé leur intention de voter contre.

Le soutien de plusieurs grosses fédérations de la CGT, comme la métallurgie, l’énergie, les postes ou les cheminots, a permis à M.Martinez, avec l’appoint d’UD, les "préfètes" comme on les appelle, plus légitimistes, d’obtenir une majorité simple. Mais l’opposition d’autres fédérations, comme celle de la santé, la seconde en nombre d’adhérents, dont la secrétaire générale est pourtant proche de M. Martinez, l’a empêché de franchir le seuil requis des deux tiers. Au final, c’est donc un nouveau camouflet pour M. Lepaon, lui-même successeur par défaut d’un Bernard Thibault qui avait aussi été mis en minorité par son CCN sur sa succession.

La crise de la CGT n’en finit pas. Selon nos informations, M. Martinez s’est vu accorder une seconde chance. Le parlement cégétiste lui a confié "le pilotage d’un collectif chargé de [lui] présenter une nouvelle proposition de bureau confédéral" lors de sa prochaine réunion, les 3 et 4 février. Cette nouvelle équipe ne porterait plus la marque de M. Lepaon qui a définitivement perdu la partie. Mais M. Martinez est d’ores et déjà très fragilisé, surtout après les informations révélant le non-respect de son mandat par sa compagne.

http://social.blog.lemonde.fr/2015/...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
CGT : vote entâché d’un grave vice de forme...
14 janvier 2015 - 10h57 - Posté par ETELLIN

Alors, c’est quoi ces votes ?
La fédé de la Santé a voté contre l’avis de ses syndicats ?

La Fédé des cheminots a voté pour la liste "présentée" par LEPAON.
Quelle consultation des syndicats ?

Les autres fédés, la Métallurgie d’où est issu MARTINEZ a voté contre
car "le collectif LEPAON" a refusé de modifier la proposition de liste !

Drôle de DEMOCRATIE INTERNE ! !

J’ai questionné par mel mon Secteur Régional Cheminots bien avnt le vote.
Pas de réponse ! (je suis cloué chez moi pour maladie et interdit de sortir)

Prochaine "étape" : 3 et 4 février. "Les combinazione" vont-elles continuer ?

Adhérent à la Fédé CGT des cheminots, non consulté.



CGT : vote entâché d’un grave vice de forme...
14 janvier 2015 - 15h23 - Posté par RICHARD PALAO

il ne s’agit pas d’un vice de forme mais d’un non-respect du mandat qui lui a été confié et donc d ’une trahison , pour laquelle nos statuts prévoient une sanction : LA REVOCATION ...aux syndiqués de cette fédération d’intervenir pour que soit entamée la procédure d’exclusion .


CGT : vote entâché d’un grave vice de forme...
14 janvier 2015 - 17h51

Il est grand temps que ces apparatchiks se fassent virer .
Leurs magouilles me donnent envie de vomir.
J’ai honte à ma CGT ; elle est morte.
Il n’y a plus qu’à attendre une scission car si les choses continuent comme ça ; elle va bien finir par arriver.



CGT : vote entâché d’un grave vice de forme...
15 janvier 2015 - 18h09 - Posté par christophe

Tous ces priviligies , lepaon, martinez rendent service a la France en demontrant a quel point la CGT fonctionne comme si on etait au 19eme siecle. Il est temps de baisser vitrine.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite