Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Retour sur Exhibit B de Brett Bailey

de : Jean Scorza
samedi 27 décembre 2014 - 13h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Retour-sur-Exhi...

On censure allègrement, en France, ces derniers temps. En octobre, c’est Tree, de Paul McCarthy, qui était vandalisé par l’extrême droite. Deux semaines plus tard, la photo « Mère et fille », de Diane Ducruet, était retirée du Mois de la photo, le cliché, où l’on voit une mère « mordre » le visage de sa fille ayant été vu, par certains, comme une incitation à la pédophilie. Dans le cas de la pièce-installation du sud-africain Brett Bailey, « Exhibit B », qui brosse une fresque poignante du racisme anti-Noirs, depuis les temps de l’esclavage, ce sont des « anti-racistes » qui ont voulu la déprogrammer du programme du Théatre Gérard Philippe de St-Denis et du 104 à Paris. Sale temps pour les artistes.

Présentée en Avignon en 2013, puis à Glasgow, l’installation de Bailey avait suscité l’enthousiasme du public. C’est à la suite d’un article du Guardian que les malentendus se sont multipliés, en dépit des déclarations du metteur en scène. Sur sa « gauche », on a voulu voir dans la performance du « racisme déguisé » ou du « paternalisme antiraciste ». En Angleterre, donc, une pétition ayant réuni 23.000 signataires suivie de manifestations d’une centaine « d’antiracistes » devant le Barbican Centre ont abouti à l’annulation du spectacle en septembre. C’est ce qui a failli arriver, à nouveau, à Paris, en novembre.

Douze scènes pour dénoncer le racisme d’hier et d’aujourd’hui

Exhibit B ? De quoi s’agit-il exactement ? Une fois entré dans l’installation, le spectateur comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un « zoo humain » mais de douze tableaux du racisme. Le premier serait un « zoo humain » détourné. On y retrouve deux performeurs en Pygmées entourés de têtes d’animaux empaillés et présentés comme des « trophées ramenés en Europe du Congo français ». Les autres sont des mises en scène des crimes racistes, de l’époque coloniale jusqu’à nos jours. L’installation n’en reste pas en effet à l’évocation d’un racisme historiquement daté, car les crimes contemporains du colonialisme sont également montrés, crûment. On songera à ces immigré-e-s d’origine africaine présenté-e-s dans des tableaux intitulés « Objet trouvé », accompagné-e-s d’informations que tout immigré est obligé de fournir en préfecture pour le renouvellement de ses papiers.

Aucune complaisance dans cette évocation du colonialisme. C’est ce que l’on voit clairement dans le contenu de la performance elle-même et dans son para-texte qui accompagne chacun des douze tableaux. Comme le disait déjà Eric Fassin lors du premier passage d’Exhibit B en France, la pièce « pose des continuités historiques : c’est dans les camps de concentration de l’Afrique australe que le docteur Eugen Fischer a élaboré les théories sur l’hygiène racialequ’il appliquera aux Juifs sous le IIIeReich. Elle traite d’un passé récent : il y a quarante ans, la Vénus hottentote était encore exposée au Musée de l’homme, pour n’être restituée à l’Afrique du Sud qu’en 2002. Il ne s’agit pourtant pas de « repentance » passéiste, car des« objets trouvés »nous ramènent au présent : un réfugié congolais, un migrant érythréen, à côté d’un Somalien mort pendant son expulsion brutale. »

Le dispositif dans lequel est introduit le spectateur est conçu par Bailey comme une contrainte qui empêche toute forme de voyeurisme dépolitisant. Comme le dit Guillaume Mivekannin, performeur à Exhibit B, « le voyeur n’est pas celui que l’on pense ». En effet, le spectateur « joue » dans chaque tableau, que ce soit dans le jeu de regards avec le performant, qui le fixe et le dévisage, ou dans le fait d’être inscrit dans la liste des matériaux de chaque tableau. Chaque personne est appelée par une femme Noire, d’une voix forte, à entrer dans l’installation à partir d’un numéro attribué au hasard. Elle interdit de parler pendant la performance, de revenir en arrière et d’être en groupe.Ces contraintes, qui cherchent à priver le public de sa liberté de mouvement, celle-là même qui était confisquée aux esclaves, sont une autre différence majeure entre la position d’un spectateur d’un « zoo humain » à l’Exposition coloniale de 1931 et celui d’Exhibit B.D’ailleurs,la plupart des spectateurs, à l’issue du parcours, sonttrès fortement ébranlés.

Corps noirs, artiste blanc ?

Les opposants à l’oeuvre l’ont caractérisée comme "scandaleuse" et "révoltante". Mais ce qui est scandaleux et révoltantc’estla réalité exposée de manière cruedans le contenu des tableaux eux-mêmes : la véritable « provocation » d’Exhibit B, scandaleuse et révoltante, c’est, précisément, cette évocation des crimes du colonialisme d’hier et d’aujourd’hui, depuis ces mains coupées des esclaves noirs, quand ils n’atteignaient pas les quotas dans les plantations de caoutchouc au Congo, jusqu’à la figure des sans-papiers, morts asphyxiés par la police des frontières à l’aéroport Charles-de-Gaulle.

A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. Au moins, Brett Bailey l’a fait. La dernière salle est consacrée à des morceaux d’interviews avec les performeurs où chacun explicite son rapport au spectacle, offrant une vision, très personnelle, de l’anti-racisme. On est loin de l’image qu’on a voulu donnerd’eux comme des simples « Noirs en cage » montrés pour le plaisir des Blancs. « Exhibit B » est tout l’inverse de « l’exhibition ». C’est une pièce à conviction. C’est une charge contre ce racisme multiforme et congénital de l’impérialisme européen, et c’est en ce sens là que les manifestations contre la performance relèvent soit de la méprise de gens qui n’ont même pas participé à l’installation, soit d’une instrumentalisation politique réactionnaire : sur quelle légitimité s’appuie tel ou tel mouvement antiraciste ou antinégrophobie pour caractériser un spectacle, et ce contre le discours de son metteur en scène, de raciste, pour demander à ce qu’il soit censuré, si ce n’est pour se poser en seul(s) détenteur(s) de la représentation et du discours sur/des Noirs en France ?

Tant Exhibit B que les manifestations qui se sont opposées à la tenue du spectacle posent la double question de la stratégie qui devrait être la nôtre dans la lutte contre les oppressions et de qui sont nos alliés. Si le contenu et le dispositif de la performance écartent tout soupçon de racisme, le principal argument qui reste aux opposants est que Brett Bailey serait Blanc et qu’en tant que tel il n’aurait pas de légitimité pour dénoncer le colonialisme. C’est une manière essentialiste de poser la question, qui interdit de penser que l’art de Brett Bailey, de ses acteurs et actrices, par la force des mises en scènes de la barbarie coloniale et de la sauvagerie des politiques d’immigration, souligne l’hypocrisie du « liberté-fraternité-égalité » formel dans cette République au racisme institutionnalisé. En espérant, donc, que Bailey poursuive, et pour longtemps encore, à explorer cette même veine.

14/12/14


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 01h36 - Posté par fidel
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 08h46 - Posté par

Un autre point de vue qui a le mérite de dépasser les précédents et poser une bonne question :

« En France, la question de la blanchité est quasiment absente du débat. C’est pourtant un concept nécessaire pour penser un pendant de l’exclusion des noirs qu’est le racisme : la norme qui lui fait face. »

http://www.slate.fr/story/95643/ant...


Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 10h37 - Posté par

n’ayant pas vu l’œuvre,je ne peux donner aucun avis.
Cependant cet argument ::
A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. "
"
est plus que douteux.

Depuis quand le subjectif d’un artiste sur son oeuvre est la preuve de la vérite ?Suffit il de demander aux performeurs (notion assez lamentable en art) si leur rapport à l’oeuvre est raciste pour affirmer que celle ci ne l’est pas s’ils l’affirment ?

avec cet argument toute critique est nulle et non avenue.






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite