Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Georges Abdallah : Non, Messieurs votre Cour est loin d’être apolitique (1)

de : [Tiens/2] Bagnolet
jeudi 13 novembre 2014 - 22h00 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 45.6 ko

Ce 5 novembre 2014 une instance de la justice française a déclaré irrecevable une demande de libération de Georges Abdallah.

Georges Ibrahim Abdallah est maintenu en captivité en France depuis plus de trente ans. Révolutionnaire arabe, il a été arrêté à Lyon en 1984 et il est depuis entre les mains de geôliers français. Plus de trente ans de prison et ses demandes de libération via la voie judiciaire sont irrecevables !

Fin 2003 un juge, sans doute trop indépendant, avait décidé de sa libération.

De suite, et sur intervention directe des Etats-Unis, cette libération a été annulée et le ministre de la justice de l’époque a fait modifier la loi pour que plus jamais un juge de province puisse libérer en toute indépendance un prisonnier politique de la stature de Georges Abdallah.

Depuis toute demande de libération de Georges Abdallah se termine inexorablement par un refus de libération.

Année après année le cérémonial judiciaire se déroule comme une mascarade sans fin. La décision de sa libération ne peut être qu’une décision politique.

La non libération de Georges Abdallah tient notamment à la complicité objective des impérialismes français et étasuniens. Le pouvoir socialiste joue un rôle important dans cette complicité.

Déjà en 1986, les présidents français et étasuniens de l’époque, Mitterrand le socialiste et Reagan le républicain, s’étaient entretenus pour que Georges Abdallah ne soit pas libéré.

Georges Kiejman qui en tant qu’avocat représente les intérêts du gouvernement étasuniens dans le procès de Georges Abdallah et qui intervient encore officiellement pour que ce communiste libanais reste à toujours enfermé, a été ministre de la justice d’un gouvernement socialiste !

Aujourd’hui encore des ministres français d’un gouvernement socialiste affichent leur proximité d’idée avec l’administration étasunienne.

Le 5 novembre 2014, la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah était déclarée irrecevable par des juges français.

A cette même période M. Eric Holder, Attorney General des USA, l’équivalent du ministre de la justice, était en France. Le communiqué publié à l’occasion de sa visite, 2 jours après l’irrecevabilité de la libération de Georges Abdallah, indiquait « La garde des Sceaux et l’Attorney General se sont d’abord réjouis de la qualité des relations entre la France et les Etats-Unis dans le domaine de la Justice et en particulier dans la lutte contre le terrorisme. ».(2)

Le 7 novembre, Mme Taubira twettait « Belle rencontre avec Eric Holder, Attorney General des USA. Un défenseur des droits civiques et des droits de l’homme » (3).

Le 7 novembre Mme Jane Hartley, nouvelle ambassadrice des USA en France, remerciait chaleureusement M. Cazeneuve de l’avoir accueilli Place Beauvau avec le Procureur Général des US Eric Holder (4). M. Cazeneuve est le ministre de l’intérieur dont les services bloquent administrativement la libération de Georges Abdallah.

Et pendant ce temps la France signe avec l’Arabie Saoudite un contrat de trois milliards de dollars pour équiper l’armée libanaise, contrat qui représente à lui seul un tiers des exportations d’armement annuelles françaises (5).

Et pendant ce temps Georges Abdallah reste debout face à ses geôliers derrière les abominables barreaux de l’Etat français.

Les camps sont bien marqués.

Aujourd’hui pour arracher la libération de Georges Abdallah, une mobilisation nouvelle, inventive, intense, construite sur d’autres approches doit se développer ici en France, notamment dans nos quartiers.

Et alors que Jérusalem est une fois de plus agressée par les sionistes, le combat continue pour la libération de Georges Abdallah, la libération de tous les prisonniers palestiniens et la libération de la Palestine.

Le 13 novembre 2014

Des camarades du soutien de Bagnolet pour la libération de Georges Abdallah

http://ledesordre.over-blog.com/

(1) « Non, Messieurs, votre Cour est loin d’être apolitique. Non, Messieurs, votre procès loin d’être légitime s’inscrit sur le drapeau légal de la guerre impérialiste menée contre notre peuple ». Citation extraite de la déclaration de Georges Abdallah lors du procès de 1987. http://ledesordre.over-blog.com/article-25067039.html

(2) Communiqué Taubira : http://www.presse.justice.gouv.fr/archives-communiques-10095/archives-des-communiques-de-2014-12598/entretien-avec-eric-holder-attorney-general-des-etats-unis-27635.html

(3) Tweet Taubira : https://twitter.com/ChTaubira/status/530702814637740032

(4) Tweet Cazeneuve : https://twitter.com/USAmbFrance/status/530779237511208961

(5) L’histoire secrète du mégacontrat d’armement français au Liban : http://www.challenges.fr/entreprise/20141107.CHA0013/l-histoire-secrete-du-megacontrat-d-armement-francais-au-liban.html

JPEG - 45.6 ko

Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Georges Abdallah : Non, Messieurs votre Cour est loin d’être apolitique (1)
14 novembre 2014 - 07h02 - Posté par Aspaar

José Fort  :

Alors que le tribunal d’application des peines vient de juger « irrecevable » la neuvième demande de libération de Georges Abdallah, libérable depuis 1999 d’après le droit français, voici une interview d’Yves Bonnet, ancien patron de la DST, publiée dans « La Dépêche » et réalisée au mois de février 2012 par Pierre Challier.

Le préfet Yves Bonnet réclamait la libération de Georges Ibrahim Abdallah, le plus vieux prisonnier politique de France, d’Europe détenu à Lannemezan. Il dénonçait une "vengeance d’état ». Voici l’interview.

 Vous étiez le patron de la DST au moment de l’arrestation de Georges Ibrahim Abdallah, en 1984. Que lui reproche-t-on, à l’époque ?

 En fait, lorsque nous l’arrêtons, nous ne savons pas qui il est. Mais en garde à vue, il profère des menaces et met en avant son appartenance au service de sécurité de l’OLP. Manque de chance, j’entretiens des relations amicales avec Abou Iyad, n° 2 de l’OLP et je sollicite les Israéliens de l’autre côté. C’est alors que nous l’identifions comme chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises, un groupe marxiste pro-palestinien, responsable d’attentats et ayant tué trois personnes en France. Mais nous n’avons rien de sérieux contre lui, juste une histoire de faux papiers, de détention d’armes et d’explosifs…

 Que se passe-t-il alors ?

 Au Liban, les FARL sont un groupe résolu, impossible à infiltrer, reposant sur une vingtaine de personnes issues de trois familles de Koubeyat, un village près de Tripoli. Georges Ibrahim Abdallah arrêté, en mars 1985, elles s’emparent de Gilles Sidney Peyroles, directeur du centre culturel français de Tripoli et le fils de l’écrivain Gilles Perrault. On se retrouve donc avec une sale histoire d’enlèvement sur les bras. J’étais au siège de la CIA, à Langley et Paris me demande de rentrer d’urgence. Il faut négocier un échange. Jusque-là, Georges Ibrahim Abdallah est accusé de délits, il n’a pas de crime sur le dos. Les Algériens s’engagent et servent d’intermédiaires, je donne mon accord pour l’échange sans que Pierre Joxe, ministre de l’Intérieur ne s’y oppose. Gilles Peyroles est libéré. Mais malheureusement pour Georges Ibrahim Abdallah, dans le même temps, on trouve dans une planque des FARL l’arme qui a servi à tuer MM. Charles Ray et Yacov Barsimentov et là, le dossier change de dimension, la justice ignorant les tractations et l’accord que j’avais passé avec l’Algérie. Pour Georges Ibrahim Abdallah, on me dit « son compte est bon. » Je me sens très mal parce que j’ai donné ma parole à mes amis algériens qui se sont énormément mouillés dans le dossier et je suis lâché par les politiques.

 Condamné dans un premier temps à 4 ans de prison pour la détention d’armes et de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah est ensuite condamné à perpétuité. Cela fait 28 ans qu’il est prisonnier et à plusieurs reprises, vous avez réclamé sa libération.Officieusement, d’abord, officiellement désormais. Pourquoi ?

 J’ai un problème de conscience avec cette affaire. La France a trahi la parole donnée et on a voulu faire croire qu’à l’époque, Bonnet avait négocié tout seul. Je trouve cela ignoble car cela revenait à me mettre directement dans le collimateur des FARL. Aujourd’hui, presque 30 ans après les faits, je trouve anormal et scandaleux de maintenir encore Georges Ibrahim Abdallah en prison. Je considère qu’il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance. Après on peut ne pas être d’accord, c’est un autre débat. Mais il faut se souvenir du contexte, aussi, des massacres de Sabra et Chatilah dont les coupables n’ont jamais été punis. Et aujourd’hui, la France garde cet homme derrière les barreaux alors qu’elle a libéré Maurice Papon ? J’aimerais rappeler aussi qu’on a remis en liberté l’assassin de Chapour Baktiar, qui lui, sur ordre de l’Iran, avait décapité l’ancien Premier ministre au couteau et lui avait coupé les mains. Ce type-là, qui a commis un crime atroce, a été libéré moins de 20 après les faits. Georges Ibrahim Abdallah, lui, est plus mal traité qu’un serial killer alors qu’il a commis des actes politiques.

 S’agit-il alors d’une vengeance d’état, contre Georges Ibrahim Abdallah ?

 Je pense que oui et c’est absolument lamentable, d’autant plus qu’il a déjà eu un avis favorable de libération localement. C’est Paris qui refuse par rapport à ses alliés. Je demande à ce que la justice m’entende dans ce dossier.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite