Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Retour sur "Chocolate Factory", de Paul McCarthy

de : Jean Scorza
mardi 28 octobre 2014 - 11h17 - Signaler aux modérateurs

Dans le cadre de la Foire internationale d’art contemporain, l’installation de Tree de l’américain Paul McCarthy Place Vendôme avait suscité la colère des réactionnaires. D’abord, l’artiste avait été agressé en plein jour par un « passant » mais très vraisemblablement un membre de l’extrême droite qui l’a traité de « stupid fucker artist » qui « insultait la France ». Quelques jours plus tard, l’œuvre elle-même était vandalisée par des nervis d’extrême droite, ce qui l’a contraint à la retirer. Cité dans Le Nouvel Observateur, Paul McCarthy regrettait : « Au lieu d’engendrer une réflexion profonde autour de l’existence même des objets comme mode d’expression à part entière, notamment dans la pluralité de leur signification, nous avons assisté à de violentes réactions » [1]. Le choix de la violence contre l’art fait partie de la tradition de la droite la plus réactionnaire. C’est pour cela que nous défendons la liberté totale pour l’art, au-delà de ce que l’on puisse penser sur l’œuvre elle-même et donc condamner les agressions à l’artiste et son œuvre.

« L’art n’est pas un miroir, mais un marteau », disait Trotsky. L’installation Chocolate Factory [2] de l’américain Paul McCarthy à la Monnaie de Paris n’est pas tant le marteau de la critique révolutionnaire consciente qu’une mise en scène volontairement déformée de la société capitaliste. S’il faut refuser de penser l’art seulement comme un moyen de comprendre l’idéologie dominante donc l’idéologie de la classe dominante à une époque déterminée, et s’il faut le penser également pour soi et dans son autonomie (relative) par rapport au politique (et pas par rapport au social), McCarthy nous invite de manière explicite à penser son art aussi comme une remise en question culturelle et sociale.

Là où le crétinisme journalistique conservateur n’a vu que le sensationnel des « obsessions sexuelles » [3] de l’artiste et où le journalisme petit-bourgeois de gauche ne voit que les références au stade « sadico-anal » dans l’œuvre de McCarthy [4], on peut facilement voir autre chose de bien plus profond si l’on comprend tout simplement que l’art est aussi un instrument capable de mettre en discussion le quotidien tel qu’il se manifeste à nous. Pourtant, de nouveau, si l’on se tient à la critique journalistique, l’installation ne serait finalement qu’une critique de l’ « Amérique puritaine » et « son hypocrisie en matière sexuelle » comme le voudrait Le Figaro (il faudrait d’ailleurs leur demander si cette critique ne s’appliquerait pas aussi à la France), de la « société de consommation » selon Libération, voire de la « société du spectacle » d’après Le Monde [5].

Portrait de l’artiste en travailleur

Dès l’entrée, le visiteur est mis en face de sculptures gonflables géantes, d’objets sexuels de diverses tailles et couleurs qui font référence à Tree. Derrière ces sculptures se trouve une grande salle où a été construite une usine à chocolat (ou plutôt un atelier) à partir de plaques en bois. Dans cette usine travaillent des performeurs silencieux habillés en rouge avec des perruques blondes fabriquant des plugs anaux ou des figurines du Père Noël en chocolat armés de sex-toys. Le bruit des machines, les uniformes de travail, le geste rythmé des performeurs fait comme si on était dans n’importe quelle usine de France. Les œuvres qui sortent des moules sont elles aussi stockées pour être ensuite vendues et consommées comme n’importe quelle marchandise. L’installation continue donc à la caisse du magasin du musée de la Monnaie, où l’on peut acheter pour 50 euros un plug anal ou un père Noël en chocolat.

Cette usine ne fonctionne pas en flux tendu. Derrière l’atelier de production des stocks de marchandises s’accumulent sans cesse. C’est le premier moment où le visiteur peut être directement en contact avec les « œuvres », toujours sous l’œil des vigiles du musée. Comme le dit le site de la Monnaie : « Produites en tirage illimité, consommables et périssables, ces figurines sont mises en vente à l’entrée de l’exposition ainsi que dans la librairie. Jour après jour, Chocolate Factory se développe à l’image d’une sculpture, créant des problèmes logistiques, des problèmes de stockage, affectant au final sa capacité même de fonctionner. »

L’auteur a choisi également d’intégrer à son installation de nouveaux éléments à partir de son agression physique Place Vendôme. Des panneaux reprennent avec violence les mots du passant qui l’a traité de « stupid fucker artist » qui « insultait la France ». Ce rajout est un trait propre à McCarthy qui s’était déjà positionné contre la vision héroïque de l’artiste, dans Painter (1995) où un peintre/clown qui peint avec de la merde se coupe les doigts avec un hachoir.

Quelqu’un nous informe enfin que les ouvriers/performeurs sont en fait des étudiants stagiaires embauchés à partir d’annonces de recrutement dans des sites web destinés aux étudiants dans les métiers de la culture. L’exposition était déjà un miroir déformé de la production marchande, or là, la barrière entre l’art comme représentation et le réel tombe totalement, peut-être à l’insu de l’artiste.

L’art produit ici sous la forme de marchandises achetables et vendables par n’importe quel individu est un art que McCarthy veut émancipé de toute authenticité, comme dirait Walter Benjamin, émancipé de tout ce qui est unique à l’œuvre d’art qui échappe à la reproduction. Chocolate Factory est plus que la vente de cartes postales de la Joconde comme liquidation de tout héritage culturel de l’œuvre et de toute authenticité, c’est la production en série d’art contemporain. De même, l’idée derrière Tree était l’ambiguïté entre un plug anal vert géant et un sapin de Noël, le tout installé dans une des places les plus « chic » de Paris. Ici l’ambiguïté hésite entre le chocolat et la merde (objet récurrent dans l’œuvre de l’américain). C’est de la merde produite en série et vendue à 50 euros pièce. L’odeur de chocolat qui est présente partout nous donne envie de consommer cette marchandise produite à l’atelier de McCarthy. En quelque sorte, il nous donne à manger la merde produite par la société capitaliste.


NOTES

[1] « Paul McCarthy renonce à réinstaller son oeuvre polémique », Le Nouvel Observateur, 18 octobre 2014.

[2] Actuellement à la Monnaie de Paris, du 25 octobre jusqu’au 4 janvier 2015. Entrée gratuite.

[3] « Après le sapin sextoy, Paul McCarthy expose ses chocolats », Le Figaro, 24 octobre 2014.

[4] « Paul McCarthy, ses œuvres de merde », Libération, 24 octobre 2014.

[5] « Monnaie de Paris : Paul McCarthy et la chocolaterie », Le Monde, 24 octobre 2014.

Source : http://www.ccr4.org/Retour-sur-Choc...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite