Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Une nouvelle avancée de la marchandisation du corps humain

de : Marie-Anne
vendredi 18 juillet 2014 - 11h58 - Signaler aux modérateurs

L’arrêt de la cour européenne de justice, condamnant le refus de la France de transcrire dans son propre Etat-civil une filiation entre un enfant né de « mère porteuse », d’une part, son père biologique et son épouse de l’autre, témoigne des progrès de la « marchandisation du corps humain ».

La législation américaine permet de créer cette fiction juridique qui établit une filiation entre un couple, dont seul l’homme peut-être le père biologique, et une « mère porteuse », qui dans l’affaire n’aura été qu’un ventre à louer, faisant fi de ce que peut éprouver une femme qui s’oblige par avance à perdre tout lien avec l’enfant qu’elle aura porté et mis au monde.

La marchandisation du corps humain, et sa banalisation, prend de multiples formes : prostitution, vente d’organes, ventres à louer… Si la prostitution a toujours été plus ou moins tolérée, sa banalisation, sa rationalisation commerciale s’accroît dans le monde. La vente d’organes qui n’est pas interdite partout dans tous les pays, donne lieu à un « tourisme de transplantation ». Et les législations autorisant le phénomène des « mères porteuses » gagnent actuellement du terrain.

Cette commercialisation du corps humain, qu’elle qu’en soit la forme, se développe principalement en raison de l’approfondissement des inégalités économiques dans le monde. On se trouve face à un marché où certains ont l’argent et sont prêts à payer le prix, et de l’autre face à des personnes démunies qui trouvent là un moyen de se sortir provisoirement de leurs difficultés.

Les législations qui prétendent « encadrer » des pratiques illicites ne font qu’en légitimer l’exercice et ne freinent en rien le développement des transactions clandestines qui s’affranchissent des contraintes liées à cet encadrement.

En obligeant la France à entériner une fiction juridique créée aux Etats-Unis, c’est quelque part nous imposer la primauté du contrat individuel (qui ne régule en rien le rapport de force entre les contractants) sur la loi protectrice, et instaurer la prééminence du rapport marchand sur toute autre préoccupation, y compris la dignité humaine.

(L’arrêt de la cour européenne de justice, condamnant le refus de la France de transcrire dans son propre Etat-civil une filiation entre un enfant né de « mère porteuse », d’une part, son père biologique et son épouse de l’autre, témoigne des progrès de la « marchandisation du corps humain ».

La législation américaine permet de créer cette fiction juridique qui établit une filiation entre un couple, dont seul l’homme peut-être le père biologique, et une « mère porteuse », qui dans l’affaire n’aura été qu’un ventre à louer, faisant fi de ce que peut éprouver une femme qui s’oblige par avance à perdre tout lien avec l’enfant qu’elle aura porté et mis au monde.

La marchandisation du corps humain, et sa banalisation, prend de multiples formes : prostitution, vente d’organes, ventres à louer… Si la prostitution a toujours été plus ou moins tolérée, sa banalisation, sa rationalisation commerciale s’accroît dans le monde. La vente d’organes qui n’est pas interdite partout dans tous les pays, donne lieu à un « tourisme de transplantation ». Et les législations autorisant le phénomène des « mères porteuses » gagnent actuellement du terrain.

Cette commercialisation du corps humain, qu’elle qu’en soit la forme, se développe principalement en raison de l’approfondissement des inégalités économiques dans le monde. On se trouve face à un marché où certains ont l’argent et sont prêts à payer le prix, et de l’autre face à des personnes démunies qui trouvent là un moyen de se sortir provisoirement de leurs difficultés.

Les législations qui prétendent « encadrer » des pratiques illicites ne font qu’en légitimer l’exercice et ne freinent en rien le développement des transactions clandestines qui s’affranchissent des contraintes liées à cet encadrement.

En obligeant la France à entériner une fiction juridique créée aux Etats-Unis, c’est quelque part nous imposer la primauté du contrat individuel (qui ne régule en rien le rapport de force entre les contractants) sur la loi protectrice, et instaurer la prééminence du rapport marchand sur toute autre préoccupation, y compris la dignité humaine.

(L’arrêt de la cour européenne de justice, condamnant le refus de la France de transcrire dans son propre Etat-civil une filiation entre un enfant né de « mère porteuse », d’une part, son père biologique et son épouse de l’autre, témoigne des progrès de la « marchandisation du corps humain ».

La législation américaine permet de créer cette fiction juridique qui établit une filiation entre un couple, dont seul l’homme peut-être le père biologique, et une « mère porteuse », qui dans l’affaire n’aura été qu’un ventre à louer, faisant fi de ce que peut éprouver une femme qui s’oblige par avance à perdre tout lien avec l’enfant qu’elle aura porté et mis au monde.

La marchandisation du corps humain, et sa banalisation, prend de multiples formes : prostitution, vente d’organes, ventres à louer… Si la prostitution a toujours été plus ou moins tolérée, sa banalisation, sa rationalisation commerciale s’accroît dans le monde. La vente d’organes qui n’est pas interdite partout dans tous les pays, donne lieu à un « tourisme de transplantation ». Et les législations autorisant le phénomène des « mères porteuses » gagnent actuellement du terrain.

Cette commercialisation du corps humain, qu’elle qu’en soit la forme, se développe principalement en raison de l’approfondissement des inégalités économiques dans le monde. On se trouve face à un marché où certains ont l’argent et sont prêts à payer le prix, et de l’autre face à des personnes démunies qui trouvent là un moyen de se sortir provisoirement de leurs difficultés.

Les législations qui prétendent « encadrer » des pratiques illicites ne font qu’en légitimer l’exercice et ne freinent en rien le développement des transactions clandestines qui s’affranchissent des contraintes liées à cet encadrement.

En obligeant la France à entériner une fiction juridique créée aux Etats-Unis, c’est quelque part nous imposer la primauté du contrat individuel (qui ne régule en rien le rapport de force entre les contractants) sur la loi protectrice, et instaurer la prééminence du rapport marchand sur toute autre préoccupation, y compris la dignité humaine.

(Voir : Vers la marchandisation du corps humain)

Le libéralisme est un totalitarisme


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite