Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Ma sœur, Aurore Martin

de : Emilie Martin
mercredi 7 novembre 2012 - 23h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Emilie Martin, sœur d’Aurore Martin et porte-parole du mouvement Herrira

Voilà un an que mes parents et moi-même redoutions l’arrestation d’Aurore et son incarcération dans les prisons espagnoles. C’est fait. L’abjecte mesure a été prise.

Méprisant, bafouant, écrasant du talon un des droits fondamentaux : la liberté d’expression. Car Aurore s’est vue reprocher des actes qui tous, sans exception, sont liés à l’usage de la liberté d’expression.

Aurore a été et reste une militante politique. Aurore n’avait pour seule arme que ses convictions et la légitimité d’un combat mené depuis des siècles par celles et ceux qui au Pays Basque veulent vivre et travailler, dignement, en étant maîtres de leur destin. Libres !

Cette arrestation, beaucoup de gens au Pays Basque la redoutaient. Car le Pays Basque a dans sa mémoire collective une litanie de faits gravissimes dont se sont rendus coupables les Etats espagnols et français. L’arrestation d’Aurore entre dans cette sinistre galerie marquée du sceau de la honte et de l’indignité.

Un torrent d’indignation

Aurore est une militante dont les convictions et la détermination font office d’armure de protection. Pour résister à la barbarie carcérale qu’elle subit depuis le 2 novembre dans une prison espagnole, comme beaucoup d’autres.

Et cette armure s’est consolidée, renforcée considérablement. La solidarité s’organise, s’amplifie, gonfle d’heure en heure. Tel un torrent d’indignation qui déferle au Pays Basque et bien au-delà. Avec une chose en tête : la paix.

Au Pays Basque et au-delà, ils sont une foultitude à prendre position en faveur d’Aurore. En sa faveur et en la défense du processus de paix. Car au-delà du cas de ma sœur, nous sommes face à un péril qu’il nous faut sans tarder dénoncer, enrayer, stopper. Les Etats français et espagnol nous montrent très clairement leur démarche vers la paix à reculons. Ils veulent faire taire les voix qui scandent, revendiquent, militent.

Actrice du processus de paix

Aurore n’a pas cédé à des réflexes mortifères de repli sur soi. Aurore a été actrice d’un processus de paix que l’annonce de la fin de la lutte armée d’ETA a permis de lancer. Car un vent nouveau souffle au Pays Basque depuis plus d’un an. Un vent porteur d’un immense espoir. Celui de la paix juste et définitive.

Aurore y a cru. Et nul doute qu’Aurore, du fond de sa cellule madrilène, continue à y croire et à penser au chemin à parcourir pour parvenir à la résolution du conflit au Pays Basque.

Le Pays Basque a besoin d’artisans de paix et non pas de matamores qui soufflent sur les braises pour que jaillissent à nouveau les flammes du conflit. Aurore a été et continue à être de ces femmes et de ces hommes qui au Pays Basque travaillent à établir les conditions de la paix. Un travail de tous les dangers. Son arrestation en atteste. Car les ennemis de la paix sont là, prêts à bondir. Prêts à toutes les provocations, à tout ce qui pourrait entraver cette marche vers la paix.

Collectif des prisonniers politiques basques

Je suis Emilie Martin, sœur d’Aurore, mais aussi militante et porte-parole du mouvement Herrira, mouvement de soutien aux prisonniers et aux réfugiés politiques basques. Depuis six mois nous travaillons nous aussi dans le sens de ce processus de paix, en organisant ce week-end une manifestation qui sera j’en suis sûre mémorable.

Tant que les conséquences de ce conflit ne seront pas résolues nous n’avancerons pas. Aurore fait maintenant partie de ces conséquences, elle fait partie du collectif des prisonniers politiques basques. Quant à moi, je fait partie de ces 600 familles et amies de prisonnier-e-s, qui toutes les semaines vont visiter leurs proches qu’ils aiment de tout leur cœur, à des centaines de kilomètres.

A présent, Aurore est en prison, peut-être pour 12 ans –comme la loi espagnole le prévoit. Je ne doute pas que la place laissée par son arrestation est déjà prise. D’autres jeunes femmes et jeunes hommes ont pris le relais. Car ce pays ne manque pas d’énergie et de volonté. Le Pays Basque est plus que jamais décidé à continuer à marquer de sa présence –modeste mais essentielle– la marche vers la liberté.

http://www.rue89.com/2012/11/07/ma-...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Ma sœur, Aurore Martin
8 novembre 2012 - 15h27 - Posté par c

EMILIE , je respecte ton engagement et celui de ta soeur AURORE , même si je ne partage pas toutes les positions de BATASUNA sur le devenir du pays basque .
MOI , le franco-espagnol , je suis comme des milliers d’autres profondément indigné et révolté par l’arrestation et l’extradition d ’ AURORE , car cet acte ignoble est une violation du droit à appartenir à l’organisation de son choix et une atteinte à la souveraineté française .

comme j ’habite loin du pays basque et que dans ma région il n ’est pas prévu pour l’instant de manifestation , je manifeste ma solidarité au travers des réseaus sociaux , notamment BELLACIAO , et par l’ envoi d ’une lettre à AURORE , et comme je crains que ce courrier soiT censuré ou ne lui parvienne pas , je porte son contenu à ta connaissance afin que tu puisses lui faire parvenir :

CHERE AURORE ,

je ne te connais pas , mais je me permets de te tutoyer, car comme disait PREVERT , je dis tu à tous ceux que j’aime , et de plus, j’ai 65 ans , tu pourrais donc être ma fille, ce dont je serais fier .

Je suis fils de républicains espagnols, je me rends fréquemment en ESPAGNE ou j’ai encore de la famille et je m’interesse donc à tout ce qui concerne la politique de ce pays , y compris aux questions liées à l’indépendance du PAYS BASQUE et de LA CATALOGNE .

Pour être franc avec toi, je ne suis pas partisan de l’indépendance , ma préférence va plutôt à l’instauration d’une république fédérale , qui à mon avis, permettrait aux différents peuples d’ESPAGNE de vivre en paix dans le respect de leur différence .

Mais aujourdhui , avec ton emprisonnement , il ne s’agit pas de se prononcer pour ou contre l’indépendance du PAYS BASQUE , il s’agit de défendre une liberté fondamentale et constitutionnelle , celle de s’affilier et de militer dans l’organisation légale de son choix pour défendre ses idées .

Je suis comme des milliers de français révolté et indigné par ce déni de justice que constitue ton arrestation et ton extradiction . Saches que les manifestations de protestations et de solidarité se multiplient , pas seulement au PAYS BASQUE , mais dans tout le pays , à l’initiative de partis et d’associations de toutes tendances ...tu n es pa seule et cela doit te donner du courage pour continuer ton combat là ou tu es , et pour tenir bon jusqu’à ce que l’on obtienne ta libération .

Je pense à ta famille , à tes amis et à tes camarades de BATASUNA qui doivent beaucoup s’inquiéter pour toi , mais qui dans le même temps doivent être fiers de toi , de ton courage , et de ta fidèlite dans tes engagements et aux valeurs auxquelles tu crois .

Chère AURORE , j’espère que nous pourrons prochainement fêter ta libération , ce sera un grand jour pour toi et pour la défense des libertés .

Je t’embrasse affecteusement.

RICHARD PALAO
228 allée des bouleaux
45240 MENESTREAU EN VILLETTE







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

1348 (test au 14 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite