Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

TUNISIE : RESISTER A LA VIOLENCE SALAFISTE

de : ROBERT GIL
vendredi 15 juin 2012 - 20h54 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La violence salafiste a connu une métamorphose qualitative durant les derniers événements en termes de degré d’organisation et de synchronisation des actions dans plusieurs endroits et régions, et en fonction de l’ampleur de la terreur et violence, qui ont visé les locaux régionaux de l’Union régionale (UGTT), du Mouvement des Patriotes démocrates et du Parti républicain à Jendouba après le succès populaire de la grève générale dans cette wilaya combative. La violence acharnée n’a pas épargné les institutions et les entreprises publiques, frappant tribunaux, commissariats et agents de police et des équipements de la Protection civile dont la facture sera payée par les gens d’en bas.

Comme nous l’avons signalé en d’autres occasions, nous soulignons que ces groupes continuent à terroriser et à intimider les citoyens car ils jouissent du feu vert du gouvernement et de sa protection sécuritaire et judiciaire depuis des mois. La coïncidence de la dernière vague de terreur avec la radicalisation des mouvements de protestation dans tout le pays et l’échec des visites gouvernementales dans la plupart des régions nous conduits à nous interroger sur l’utilisation de ces groupes et l’intérêt qu’a le gouvernement d’ainsi faire paraître le mouvement En-nahdha comme un courant modéré. Nous nous posons aussi la question sur l’intérêt qu’a le gouvernement En-nahda de dénigrer les luttes populaires dans les régions marginalisées et les secteurs exploités qui revendiquent le droit à l’emploi, à la dignité et à la liberté, et ce, en lançant et attisant des fausses batailles entre croyants et non-croyants — batailles qui n’ont rien à voir avec les causes décisives pour la population, à savoir la justice régionale et sociale, la démocratie locale, les libertés civiles inconditionnelles, et qui, en outre, menacent le droit de protester et de poursuivre la révolution en utilisant la loi d’urgence pour étouffer le processus révolutionnaire.

Ce gouvernement a confirmé son échec absolu à tous les niveaux dans un climat de scandales successifs dont le dernier en date, les fuites à l’examen du baccalauréat, dans une tentative de porter atteinte à la crédibilité de l’enseignement républicain et de préparer le terrain pour le retour des formes de scolarisation médiévales et l’élimination progressive de certains acquis modernistes de l’enseignement en Tunisie. Devant son échec, le gouvernement, comme d’habitude, veut faire porter le chapeau à l’« extrême gauche » en l’accusant d’extrémisme et d’être responsable de ces événements, pour esquiver ses responsabilités en tant que gouvernement et se soustraire à ses devoirs en matière de protection des citoyens et des entreprises et institutions publiques. Mais aussi pour escamoter son incapacité économique, sociale et politique à gérer cette étape. Il assimile le terrorisme de l’extrémisme religieux, qui terrifie les citoyens et ravage les entreprises publiques, aux positions de la gauche révolutionnaire, qui dénonce les politiques de contournement libéral du gouvernement et de l’opposition bourgeoise, soutient les revendications populaires en termes d’emploi, de dignité et de liberté et s’engage dans les protestations populaires qui exigent un développement régional juste, la justice sociale et la liquidation de « l’héritage autoritaire ». Mais le gouvernement tente désespérément de porter une atteinte politique aux composantes de la gauche révolutionnaire, en tant qu’opposant radical à sa politique économique libérale héritée de l’époque précédente.

Comme nous l’avons dit dans le passé, notre soutien inconditionnel en tant que gauche révolutionnaire à la liberté de création artistique ne signifie pas notre soutien aux créations « artistiques » de bas-niveau et aux goûts « esthétiques » médiocres et provocateurs aux sentiments du peuple, et nous considérons que ces pratiques nous rappellent ce qui s’est passé avec les précédents films qui étaient destinés à la distribution à l’étranger et aux cérémonies sionistes dont la gauche révolutionnaire n’est point responsable. Toutefois, cela ne justifie pas les attaques portées aux libertés publiques et individuelles et n’innocente pas le gouvernement de s’être impliqué à plusieurs reprises en assurant une couverture politique, sécuritaire et judiciaire à la violence des groupes salafistes et en les encourageant à terroriser les citoyens en vue d’étrangler les marges des libertés publiques et privées, et manœuvrer scélératement contre les jeunes, les femmes et les enfants.

Qu’il s’en aille ce gouvernement raté, et que l’Union générale tunisienne du travail prenne ses responsabilités historiques pour former un gouvernement ouvrier et populaire antilibéral !

Ligue le la Gauche Ouvrière (Tunisie)

Traduit de l’arabe par Rafik Khalfaou

http://2ccr.unblog.fr/2012/06/15/tu...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
TUNISIE : RESISTER A LA VIOLENCE SALAFISTE
15 juin 2012 - 23h30

Les masquent tombent :
Les militants de l’islam s’attaquent aux syndicats ouvriers, avec la bénédiction du capital et du gouvernement...

NI DIEU NI MAITRE







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite