Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

On y croit...

de : Jo Le Guen
vendredi 14 janvier 2005 - 17h54 - Signaler aux modérateurs

Bonjour et meilleurs voeux.

2005 a bien commencé pour certains, mal ou très mal pour d’autres.

Chacun a pu constater la capacité de mobilisation dans nos pays pour tenter d’apporter une aide aux gens brisés et aux pays dévastés.

Je ne peux m’empêcher de penser à tous ceux qui meurent tous les jours, chaque mois, chaque année, de malnutrition, de n’avoir pas eu les quelques médicaments de base qui leur auraient permis de vivre. Ces morts là sont des morts ordinaires, intégrés dans le paysage.

Décidément et pour longtemps sans doute, nos sociétés ne réagissent que sous l’impact de catastrophes, que ce soit pour les tsunamis ou les marées noires.

J’ai entendu ces jours derniers un responsable d’une ONG, dire qu’elles faisaient leur maximum pour que l’intérêt des media tombe le plus tard possible afin que les promesses de dons ou d’aide ou de reconstruction soient tenues.

Chacun a pu entendre que la ville iranienne de BAM, ravagée par un tremblement de terre il y a un peu plus d’un an, a reçu seulement 10% des sommes promises sous le coup de l’émotion relayée par une noria de caméras et micros.

Dans le domaine maritime, quelques uns, de plus en plus nombreux, s’interrogent sur les conditions de travail dans les chantiers de démolition indiens, bengalis ou pakistanais.

Il est évident que les accidents sont nombreux, que des jeunes adolescents y travaillent, que les travailleurs respirent toutes sortes de cochonneries, y compris de l’amiante, sans parler des dégâts environnementaux causés par la démolition de nos bateaux sur leurs plages.

Une question m’est toujours présente à l’esprit à propos de ce problème : que ferions nous si au lieu de travailler dans des conditions dangereuses sur ces chantiers, ces hommes, ces jeunes, se contentaient de mourir de malnutrition ou de manque de soins dans la plus grande discrétion ?

J’ai bien peur que la réponse soit : pas grand chose.

Tous ces problèmes dramatiquement réels rendent quasi indécents nos préoccupations quotidiennes.

La vie est là qui s’arrête pour certains, qui continue pour d’autres. Ca fait un moment que ça dure ainsi.

Continuons donc à vivre tant qu’on est vivants. Il serait bien que notre regard change mais, il faut se rendre à l’évidence, on n’en prend pas le chemin.

Pour revenir à notre ordinaire, l’année commence en fanfare avec la demande de TOTAL soutenue par le parquet contre l’avis du juge d’instruction, d’une nouvelle expertise sur le naufrage de l’Erika.

Si la Chambre d’accusation suit TOTAL et le parquet, l’instruction est partie pour un temps plus qu’indéterminé. Si la Chambre ne suit pas TOTAL et le parquet, ils pourront toujours aller en cassation. Cela s’appelle noyer le poisson. Un de plus...

Par contre, un procès qui ne fait l’objet d’aucune contestation, est celui qui se tiendra cette année à Auxerre ou votre serviteur et 8 autres personnes seront jugées pour avoir occupé durant 24 heures, le 12 décembre 2001 pour le second anniversaire du naufrage de l’Erika, le château de Thierry Desmarest, PDG de TOTAL.

On lui avait barbouillé la façade en noir afin qu’il comprenne ce qu’était une marée noire et on lui avait symboliquement démonté les volets pour évoquer l’explosion d’AZF qui avait eu lieu à peine 3 mois plus tôt.

Une représentante d’une association des victimes d’AZF était présente dans le château et sera également jugée à Auxerre.

Les premiers jugés au pénal dans ces deux affaires sont les manants qui s’en sont pris au château.

La justice est plus à l’aise pour punir des taggeurs de façade de château que des taggeurs de 400 kilomètres de côtes.

A propos de taggage, la Marine Nationale veut tagger les fonds de l’île de Groix en y déversant 300 000 tonnes de boues chargées de métaux lourds.

Elle a toujours fait ça et ne comprend pas que les habitants de l’île de Groix lui demandent de traiter ces boues de draguage à terre, ce qui est tout à fait possible, mais pas budgété.

Il est vrai qu’il a fallu des photos dans Paris-Match pour que la Jeanne d’Arc cesse de jeter à la mer des ribambelles de sacs plastique contenant ses déchets quotidiens.

Ce serait sympa que notre Président qui parle facilement de développement durable et de principe de précaution explique aux militaires, en tant que Chef des armées, que certaines époques et comportements sont révolus et qu’ils arrêtent de polluer les fonds marins entre Groix et Belle-Ile (entre autres).

On compte sur lui.

A propos de sacs poubelle, les Nations Unies viennent de publier un rapport sur le comportement des paquebots de croisière aux Caraïbes. Au secours ! Ces bateaux ultra-modernes, équipés d’incinérateurs et de compacteurs, de tout ce qui finit en eurs, ont des comportements plus que laxistes dus au fait qu’il y a peu de ports équipés et encore moins de moyens de contrôle et de répression.

Pas vu, pas pris. Il faut tout de même savoir que ces bateaux prennent leurs cargaisons de touristes souvent aux U.S.A dans des ports parfaitement équipés.

Toujours à propos de rejets, un navire grec, le Captain Diamantis, avait été pris en flagrant délit de dégazage dans le Golfe de Gascogne au mois de juillet dernier. Le commandant, après avoir pris l’avis de l’armateur, avait préféré ne pas obtempérer à l’ordre de déroutement sur Brest et avait continué son voyage vers le Maroc.

Le procureur de Brest, qui se découvre des accointances avec un animal commun sur les côtes bretonnes, la patelle, communément appelé bernique, dont la philosophie peut se résumer à cette formule lapidaire : je m’accroche, le procureur disais-je, a fait comprendre à l’armateur grec, par des chemins connus de lui seul, qu’il n’échapperait pas à ses foudres. Eh bien ! il fut entendu. Jeudi dernier le Captain Diamantis est venu de son propre gré, à Marseille, se mettre à la disposition de la justice et payer les 500 000 euros de caution réclamés par le procureur.

Elle est pas belle la vie !

Ce jeudi, la Cour d’Appel de Rennes a doublé l’amende infligée par le tribunal de Brest au CMA CGM Voltaire, validant ainsi le travail effectué à Brest et envoyant un message clair au monde maritime.

En début de semaine, un navire italien s’était fait surprendre en flagrant délit de "dégazage" au large de Porquerolles. Même pas un bateau poubelle, même pas un pavillon de complaisance. Des bons et vrais européens.

Il est clair que tant que la réception de déchets dans les ports européens ne sera pas réellement et concrètement organisée, les rejets en mer existeront.

Keep it Blue propose de mettre en place une base de données qui permettra de savoir si les navires faisant escale dans les ports européens y ont effectué ou pas une opération de débarquement de déchets.

On y croit...

Cette année, il va s’en passer des choses.

Nous attendons avec impatience que le fonds de limitation de l’Erika soit liquidé par le tribunal de commerce de Rennes.

C’est à ce moment là que l’on évoquera la valeur juridique des quittances subrogatives détenues par le Fipol et non produites auprès du tribunal de Rennes.

Pour faire court, ces quittances n’ayant pas été produites, n’ont aucune valeur juridique. Conclusion : juridiquement le Fipol n’a rien payé à ce jour. Les 99 millions versés aux victimes ont autant de valeur que leur poids de papier. Ca va être chaud ! Ils nous rouleront dans la farine bien entendu, mais ils n’auront pas notre peau aussi facilement que ça.

Autre date intéressante qui ouvre une période non moins intéressante : le 5 avril.

Entrée en vigueur du retrait des pétroliers âgés dans le cadre du calendrier fixé par l’OMI, l’Organisation Maritime Internationale.

Cela concernera rapidement plus de 300 pétroliers, à terme environ 1100.

On va les suivre à la trace, histoire de voir s’ils continuent à naviguer dans des contrées lointaines.

Si les propriétaires respectent les décisions de l’OMI, il va y avoir du boulot sur les plages indiennes, bengalis et pakistanaises.

S’ils ne les respectent pas, ça va chauffer du côté d’Albert Embankment, siège de l’OMI.

Les ONG devraient donner de la voix.

Wait and see.

A propos de pétroliers, le manager d’Intertanko, association internationale regroupant plus de 2000 propriétaires de pétroliers, posait ouvertement la question lors d’un colloque : "Avons-nous tiré les leçons du naufrage du Prestige ?".

S’il en doute, que pouvons-nous faire d’autre que de douter ? Nous ne sommes pas forcément rendus au bout du chemin.

Aux courageux qui seront allés jusqu’au bout de ce courrier, je suggèrerai gentiment d’adhérer à Keep it Blue.

Il est évident que 5 ans après l’Erika et 2 ans après le Prestige, la mobilisation est moindre.

De nombreux collectifs ou associations ont disparu faute de moyens.

Le problème est de durer et de suivre les dossiers sur le fond.

Un exemple très concret : l’abonnement à la base de données qui permettra de suivre chaque pétrolier à la trace pour savoir s’il navigue au-delà de sa limite d’âge, coûte 4 250 euros par an, l’abonnement au Loyd’s List, le quotidien maritime international, coûte 900 euros par an, etc...etc...aller à Londres régulièrement aux réunions du Fipol et de l’OMI coûte aussi de l’argent.

Le nerf de la guerre.

Serions-nous en guerre ?

L’appel du large se faisant irrémédiablement sentir, j’ai décidé de reprendre la mer avec des supposés non valides.

Vous trouverez une présentation succincte de ce projet sur
http://www.keepitblue.net/z/R4.htm

Il sera toujours temps de se reposer quand on sera morts.

Cordialement

Jo Le Guen

http://www.keepitblue.net


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite