Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Concombre espagnol : la piste du « re-use »

de : via Pierro
mardi 31 mai 2011 - 18h48 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

par Marc Laimé,

Alors que les hôpitaux allemands sont submergés par les malades, les concombres importés d’Espagne semblent avoir fait un onzième mort lundi. Tandis que la Belgique et la Russie ont décidé d’arrêter l’importation de concombres tueurs, les autorités sanitaires allemandes et européennes recherchent toujours l’origine de la bactérie transmise par la consommation de concombres contaminés. Avec une omission de taille : le fait que l’Espagne utilise massivement depuis des années des eaux usées recyclées pour l’irrigation agricole !

Etonnamment, la piste du « re-use » n’est donc absolument pas évoquée jusqu’à présent.

L’Espagne, et la région d’Alméria, comme le soulignait le 6 septembre 2010 un communiqué de la FAO, sont pourtant aux avant-postes de cette « technologie d’avenir » la ré-utilisation des eaux usées pour des usages agricoles et industriels -, promue depuis quelques années par les majors de l’eau comme le grand marché de demain, promis à une croissance à deux chiffres…

Les autorités françaises soulignent que « le dispositif de surveillance a été renforcé ». Le grossiste importateur en France a rappelé des concombres en Bretagne, distribués en restauration commerciale et collective, mais sans avoir de retour de marchandise.

En Allemagne, en attente de certitudes sur le produit incriminé, le ministère de l’agriculture a déconseillé la consommation de tomates crues, concombres, salades.

En Autriche, les autorités sanitaires ont retiré du marché des concombres, tomates et aubergines provenant des distributeurs espagnols concernés. Ils ont demandé aux consommateurs qui en auraient déjà acheté de les jeter.

Les medias n’ont de cesse de rappeler les recommandations des autorités sanitaires qui martèlent jusqu’à plus soif les règles d’hygiène habituelles : se laver les mains, éplucher les légumes, les faire cuire...

Un peu court quand on connaît les dérives de l’agriculture intensive pratiquée en Espagne, avec les milliers d’hectares de cultures sous serre, les pesticides répandus à outrance, les taux de cancer enregistrés dans les régions concernées, une catastrophe environnementale majeure, rendue célèbre par l’affaire de la « fraise espagnole »

Dans ce contexte l’absence de toute mention d’un possible lien entre le « re-use » et cette épidémie sans précédent ne laisse pas d’étonner.

Les premiers cas de contamination sont apparus en Allemagne il y a environ trois semaines, avec des centaines de cas d’infection se traduisant par des diarrhées banales ou éventuellement sanglantes, des maux de tête et de vives douleurs au ventre. Les cas sont intervenus particulièrement dans le nord de l’Allemagne.

Aujourd’hui on compterait plus de 300 personnes infectées, trois décès formellement attribués à la bactérie et huit autres en cours d’analyse.

Des cas confirmés ou suspects chez des personnes ayant voyagé en Allemagne ont été rapportés en Suède, aux Pays-Bas, au Danemark, en Grande-Bretagne, en Suisse, en France et en Autriche. L’incubation est de 7 à 15 jours.



Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la souche précise de la flambée actuelle est « très rare ».

Il s’agit d’un sous-type de la bactérie Escherichia coli produisant des shiga-toxines. Certaines peuvent provoquer des hémorragies intestinales (entéro-hémorragies), voire, dans 5 à 8% des cas, des troubles rénaux connus sous le nom de syndrome hémolytique et urémique (SHU), surtout chez le jeune enfant et pouvant être mortels.

Pour cette épidémie, la répartition des cas graves est « très atypique », selon l’ECDC, avec une proportion d’adultes de 86%.



Le réservoir principal de ces bactéries est le tube digestif des ruminants. La transmission à l’homme se fait soit par contact direct avec des animaux contaminés ou avec l’environnement contaminé par leurs excréments, soit en consommant des aliments — viande hachée crue ou mal cuite, lait cru mais aussi salades et légumes contaminés par le sol — ou de l’eau contaminée, soit par « contact direct » avec une personne dont l’hygiène ne serait pas rigoureuse.

Selon les autorités, s’il semble que des concombres issus de cultures sous serres en Andalousie soient à la source de la contamination, mais sans certitude « à 100% », « il n’est pas exclu que la contamination ait pu se produire le long de la chaîne de distribution. »

Selon la Commission européenne, « les serres des deux entreprises d’où sont partis les lots incriminés ont été fermées et des échantillons de terre, d’eau d’irrigation et de produits utilisés pour les cultures ont été prélevés.

Des contrôles réalisés sur des lots de concombres d’une des entreprises n’ont rien donné, les résultats de contrôles dans la deuxième devaient être rendus publics lundi. »

Avant même de s’interroger sur l’hypothèse selon laquelle la contamination aurait pu se produire « le long de la chaîne de distribution », ce qui paraît de prime abord étonnant, on pourrait s’interroger sérieusement sur « l’eau d’irrigation » utilisée dans les deux exploitations concernées depuis le début de la mise en production des concombres incriminés.

Quelle est sa provenance ? L’hypothèse du « re-use » est-elle catégoriquement exclue ?

Dans le cas contraire la déflagration serait énorme, et c’est toute la fuite en avant technologique prônée par les apprentis sorciers de la marchandisation de l’eau, dont l’OPA sur le grand cycle de l’eau s’affiche désormais à ciel ouvert, qui serait sévèrement mise à mal.

http://www.eauxglacees.com/Concombr...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Concombre espagnol : la piste du « re-use »
31 mai 2011 - 21h24

le concombre oui , mais les tomates ? la salade ? enfin tous les légumes

qui viennent d’Espagne ,je me félicite de boycotter tout ce qui pousse pas

dans mon hexagone ,la s’arrête mon nationnalisme , question santé et

encore faire gaffe ,tout n’est pas mangeable dans notre belle France loin

s’en faut . Idem pour beaucoup de produits pour ne pas dire tous ,ça

réduit mes achats bouffe et je me porte très bien , certe ,habiter la

campagne est un avantage



Concombre espagnol : la piste du « re-use »
1er juin 2011 - 08h41 - Posté par marie.lina

Et les ouvriers agricoles qui vivent les saisons dans un quasi-servage ;qui y pense ?????????????? Bien je n’ai pas envi de crever d’hémorragie intestinale ( merci j’ai déjà donné avec un cancer du colon ) mais ce problème sanitaire ne doit pas nous masquer le productivisme outrancier dont souffre l’Espagne ,avec le "vol" d’eau entre région , la ruine des cultures maraichères italiennes (dont la Sicile qui depuis est en proie à une guerre mafieuse pour les terrains abandonnés !!) Bref STOP à la culture Néo-libérale et à la spéculation boursière sur les aliments , ainsi on envisagera plus sainement la questions des vivres . Un point pour les paranos : le purin de cheval ou de vache ,se déverse au début , avant même la floraison et là il est sans danger et juste nutritif ; ce qui le rend dangereux c’est la multiplication des épandages pour AUGMENTER LE NOMBRE DES RECOLTES dans un but de PROFIT ILLIMITE ; bon appétit marie.lina



Concombre espagnol : la piste du « re-use »
1er juin 2011 - 13h01 - Posté par ln31

quand j’entends dire que l’utilisation des eaux usées pour irriguer les cultures c’est bien, ça me fait bondir ! j’ai travaillé dans le traitement des eaux usées et je peux dire que c’est vraiment du poison !!
entre les pesticides, les engrais et les hormones dont il est impossible de débarrasser complètement, comment se peut-il qu’on autorise cela ?!
clairement on veut nous tuer.



Concombre espagnol : la piste du « re-use »
14 juillet 2014 - 14h49

Desinformateurs ! Vous savez que le probléme c’est de la agriculture bio alemande.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite