Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

le jour que la friche a brulé

de : devi
mercredi 12 janvier 2011 - 00h18 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le dimanche où la Friche RVI a brûlé j’étais dedans

J’étais à la cuisine Reso avec les potes et je m’endormais un peu sur le canapé.

J’ai vécu une année à la Friche.

Lorsque je suis arrivée on pouvait encore rêver de pouvoir discuter avec les autorités pour pouvoir les aider à comprendre ce que c’était la Friche.

Pour moi c’était une grande université populaire, c’était bien pour ça que j’y étais venue, avec un grand projet dans la tête :

il s’agissait d’officialiser un peu ce magnifique partage de savoir qui avait lieu tous les jours.

Pour ma part je n’ai pas eu à me plaindre, dans cette année jai appris plein des choses, mais le problème avec la Friche est que tout ce qui se passait à l’intérieur n’était pas visible à l’extérieur.

Normal, puisque le publique était interdit à la Friche.

On s’était cassé alors la tête avec les copains pour inventer des moyens de partager ça avec toute le ville et on avait trouvé en suivant les parcours déjà parcouru par ceux et celles qui se sont engagés dans l’histoire de l’éducation populaire et de l’éducation non autoritaire :

je parle de Freinet et pas forcement d’anarchie, bien que mes lectures de jeunesse me rappellent fort la pensée de Giordano Bruno (je suis italienne) et je trouve toujours que nous avons 410 ans de retard.

Le 18 février prochain il y aura l’anniversaire de sa mort.

Il fut brûlé par l’église.

Parce que il avait des idées nouvelles et inacceptables par le pouvoir.

Comme que la terre était ronde et tournait autour du soleil et qui était donc possible que Dieu n’était pas tout en haut mais partout à l’intérieur de la matière.

La Friche fonctionnait avec des principes d’autogestion.

Comme quoi l’autorité pour nous ne devait pas être tout en haut mais partout, partagée entre nous.

Nous savons (grâce aux interventions ponctuelle de Philippe Thierry) que le pouvoir actuel a bien du mal à se faire à cette idée.

C’était l’argument préféré de nos opposants de dire que l’autogestion surtout devait disparaitre de nos pratiques.

Et peu après mon arrivée les mauvaises nouvelles rendaient jours après jours tout plus difficile à faire ;

Annonce d’expulsion arbitraire pour juillet, calomnies à gogo dans les médias, menaces de la part de la police par rapport au dernier délais en septembre.

Cela dit j’étais là aussi lors du festival, cet été.

Je me souviens très précisément du moment où je parlais avec les forces de police qui étaient venues voir ce qui se passait et je me souviens de François qui avait essayé de discuter, de raisonner...

il disait, je me souviens, « mais de toute façon vous en savez rien de ce qui va se passer pour nous, le tribunal na pas encore décidé et nous avons une convention, nous sommes ici parfaitement dans notre droit !! »

Je me souviens du petit policier qui avait commencé à lui crier sur la figure : pas d’histoires !! en septembre on vous mettra dehors !!!

Je me souviens parce que j’étais en train de discuter avec leur chef et je me suis plainte à ce moment là, je suis allée vers ce policier en lui disant « pourquoi vous lui criez dessus comme ça ? »

J’étais presque en larmes en me retournant vers le chef : "c’est ça la police ? un petit jeune en bleu qui se permet de crier sur un aîné ? sur un artiste qui va bientôt tout perdre à cause dune administration qui gère la Friche aussi mal quelle gère bien d’autres problèmes ? »

Déjà à l’époque les flics avaient une bien piètre opinion de nous, je me souviens qu’après avoir entendu leur chef parler je les avais invité à rentrer et qu’ils étaient restée pantois à regarder notre univers.

Ensuite une partie d’entre nous ont déménagé ou essayé de déménager à la Martine, mais il manquait de la place et la majorité d’entre eux continuait à laisser ses affaires chez nous et même à travailler chez nous.

Certains ce sont découragé et sont partis tout court.

De ce fait la minorité qui restait dans le lieu avait de plus en plus des choses à faire (il fallait continuer à gérer le bâtiment) et de plus en plus des problèmes.

Il n’est pas facile pour des artistes d’organiser des conférences presses, de contacter des avocats, de devoir préparer sa défense comme si on avait fait quelque chose de mal, quelque chose de criminel.

Cela casse le morale et on fini pour s’identifier aux accusations reçues.

Nous avions trempé dans la criminalité parce que nous voulions sauver l’usine comme espace publique autogéré.

Nous avions eu à faire souvent avec les forces de l’ordre et les journalistes et les calomnies et le comité anti Friche qui s’est constitué dans le quartier (bizarrement après les articles contre nous autres apparu dans les journaux et pas AVANT).

A l’époque javais écrit une lettre à Philippe Meirieu et elle restera en témoignage de ce qu’on concoctait pour aider les jeunes en échec scolaire complet, les jeunes qui tiennent les murs dans les quartiers.

Et malgré le silence et le non aide des figures politiques nous avons continué.

A Reso il y avait une bibliothèque, une salle de soins, une salle de classe, une cuisine commune, un atelier d’informatique Plus les ateliers d’artistes et artisans tous partants pour collaborer au projet.

François de la Vaca Loca était à fond : il avait déjà formé des jeunes et il voulait bien le refaire.

Mais combien d’entre nous avaient aidé des autres ou profitait de laide des autres ?

Nous tous !

Aujourd’hui on ne brûle plus les hérétiques.

Aujourd’hui on se contente de leur brûler leur lieu.

C’est chouette, nous sommes devenus beaucoup plus civilisés en 410 ans.

Et on laisse les artistes et les artisans à la rue.

On sen fiche.

Le soir de l’incendie je suis restée pas mal de temps à côté du portail , à discuter avec les 4 policiers qui accompagnaient les pompiers et qui nous expliquaient qu’ils devaient rentrer eux aussi pour aider les pompiers à nous foutre dehors.

La police commande, les citoyens n’ont pas d’autres choix que d’obéir.

J’ai vu mes copains se résigner à l’arrivée des pompiers, pourtant on voyait plus des flammes, juste la fumée, persistante, nous disait que le feu était encore vivant.

Les pompiers allaient et revenaient, tournaient leur camion, le déplaçaient et je me souviens très bien aussi de les avoir entendu parler entre eux bien souvent.

Et ils disaient : « mais c’est le merdier chez nous !! »

Le merdier chez les pompiers cela veut dire juste une chose : des ordres contradictoires.

Pendant plus d’une heure ils ont reçus des ordres contradictoires !!

Il y avait la fumée et des braises, plus le vent.

Deux heures après les flammes étaient hautes et mangeaient tout sur leur chemin ;

A ce moment là les lances d’incendie ont commencé à cracher l’eau et une demi heure après le feu était éteint.

On peut en penser ce qu’on veut mais je pense que sil n’y avait pas eu un quartier autour ils l’auraient laissée brûler en entier.

On peut penser ce qu’on veut, mais mes copines se sont fait éjecter de leurs yourtes, les roumains des leurs campements de fortune, les pauvres de centre ville, les élèves des écoles...

Ils ont parlé souvent de lieu de « non droit » en parlant de la Friche.

Mais ce quoi ce droit et c’est le droit de qui ?

pour plus d’infos, les images, les photos :

http://friche-rvi.org/

http://rebellyon.info/incendie-fric...

http://rebellyon.info/La-Friche-RVI...

et du coup on vous attends à Lyon :

http://rebellyon.info/Solidarite-co...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
le jour que la friche a brulé
12 janvier 2011 - 13h57

Allumer le feu chantait en langue nationale leur heraut, une vedette bege refugiee dans un chalet suisse. A la guitare, une amie a lui, une italienne a hautes pomettes. Jean Pierre leur premier fan poitevin l’aimait moins.
Mais le descendant du peintre hongrois lui kiffait a donf... avant qu’il ne s’essaie a son tour au micro avec des imparfaits du subjectif. Et des futurs sans objectifs mais cameras CCD partout... qui filmeraient tout cela, 7/7, 24 sur 24. Pour le plaisir de l’auvergnat. Moyen.
Courage.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite