Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"

de : Copas
mercredi 15 décembre 2010 - 19h31 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
GIF - 39.4 ko

de Ataulfo Riera

Bon nombre de commentateurs de l’affaire Wikileaks insistent sur son caractère "inédit" et "novateur", notamment grâce au rôle joué par Internet aujourd’hui. Or, ce n’est pas tout à fait exact. La publication de documents diplomatiques secrets n’est pas une nouveauté historique. Dans un tout autre contexte, les révolutionnaires russes l’ont menée à bien, sans attendre la naissance du Web…

Le 8 novembre 1917, au lendemain de la victoire de la Révolution d’Octobre en Russie, la première décision de politique étrangère du gouvernement révolutionnaire a été le fameux "Décret sur la paix" adopté par le Deuxième Congrès panrusse des Soviets.

Ce décret proposait de mettre un terme au carnage de la Première Guerre mondiale et décidait la publication des traités diplomatiques secrets afin de démasquer la nature impérialiste de cette guerre :

«  (...) Le gouvernement abolit la diplomatie secrète et exprime de son côté la ferme intention de mener les pourparlers en pleine franchise, devant le peuple entier ; il procède immédiatement à la publication complète des traités secrets ratifiés ou conclus par le gouvernement des propriétaires fonciers et des capitalistes depuis février jusqu’au 23 octobre 1917.

Ces traités, dans la mesure où ils visent, comme cela s’est produit dans la majorité des cas, à l’obtention de profits et de privilèges par les propriétaires fonciers et les capitalistes russes, au maintien ou à l’accroissement des annexions des Grands-Russes, sont annulés immédiatement et sans condition par le gouvernement. » (1)

Le Deuxième Congrès panrusse des Soviets procéda également à l’élection du Conseil des Commissaires du Peuple (Sovnarkom, pour ses acronymes en Russe), le gouvernement ouvrier et paysan, dirigé par Lénine. Ce Conseil était composé de 15 commissaires, dirigeants 13 commissariats du peuple créés pour administrer les différents secteurs du nouveau pouvoir.

Avant d’assumer la charge de la création de la nouvelle Armée rouge, Léon Trotsky sera désigné pendant quelques mois à la tête du Commissariat du peuple aux Affaires étrangères (Narkomindel).

Le matelot-diplomate

Composés exclusivement de fonctionnaires étroitement liés aux classes possédantes, les 14 ministères hérités de l’ancien appareil d’État tsariste et du gouvernement provisoire bourgeois se mettent immédiatement en grève pour saboter le fonctionnement du pouvoir révolutionnaire, espérant ainsi précipiter sa chute.

Les fonctionnaires de la Banque d’État refusent de financer le gouvernement soviétique et les banques privées créent un fond d’aide aux grévistes. Le Ministère des Affaires étrangères était quant à lui, encore plus que les autres, composé de représentants de l’artistocratie et des milieux aisés. Seuls les domestiques et les courriers se déclarèrent disposés à servir les Soviets. (2)

Quand Trotsky se présente, le 9 novembre, au Ministère des Affaires étrangères, il se contente d’un appel au travail mais « doit faire face à un mouvement renforcé ; tiroirs et placards fermés, ni dossiers, ni clés » (3).

Les Commissaires du peuple, secondés par le Comité militaire révolutionnaire de Pétrograd, la capitale, décident alors de licencier les grévistes qui refusent de reconnaître le nouveau pouvoir, et de recruter parmi les ouvriers, les soldats et les marins de la ville, le nouveau personnel administratif.

Ce sont essentiellement des ouvriers des usines « Poutilov » qui vont fournir les nouveaux employés du Commissariat aux Affaires intérieures, tandis que des marins révolutionnaires de la Flotte de la Baltique et des travailleurs de l’usine « Siemens-Schukert » rempliront les effectifs du Narkomindel. (4) Parmi eux, le matelot cannonier et militant bolchévique Nikolaï Markine, qui joua un rôle de premier plan dans la publication des traités diplomatiques secrets.

Dans ses mémoires, Léon Trotsky évoque ainsi ce dernier : « Je m’adressai à Markine qui connaissait le secret de l’action directe. Deux ou trois diplomates furent enfermés pendant vingt-quatre heures et le lendemain, Markine, m’apportant les clés, m’invita à me rendre au commissariat. Mais j’étais retenu à l’Institut Smolny par des travaux d’une portée plus générale pour la révolution.

Markine devint alors, provisoirement, le ministre des Affaires étrangères, sans en avoir le titre. Il débrouilla tout à sa manière dans le mécanisme du commissariat, procéda d’une main ferme à l’épuration, chassant les diplomates de haute lignée, les diplomates fripons, réorganisant la chancellerie. Il confisqua au profit des miséreux de tout âge les objets que l’on recevait encore en contrebande, par les valises diplomatiques. »(5)

Les clés obtenues par « l’action directe » permirent d’ouvrir les coffres et leurs secrets, et c’est ainsi qu’un simple matelot prendra en charge la publication des traités, de la correspondance diplomatique et des télégrammes codés échangés entre les grandes puissances de l’époque.

D’après Trotsky, Markine « fit une sélection parmi les plus édifiants documents secrets et publia ce qu’il avait choisi, sous sa responsabilité personnelle avec des notes de lui, en brochures. Markine ne portait pas l’insigne académique et même n’écrivait pas sans quelques fautes. Ses annotations étaient parfois d’un imprévu surprenant. Mais dans l’ensemble Markine le diplomate plantait solidement ses clous et en bonne place ».

Malheureusement, quelques mois plus tard, le matelot-diplomate connut une fin tragique sur le front de la guerre civile : « (...) Sur la Kama, une balle ennemie rejoignit Nikolaï Guéorguiévitch Markine et faucha ses solides jambes de marin. Lorsque je reçus la dépêche qui m’annonçait sa mort, ce fut comme si une colonne de granit s’écroulait devant moi » (6)

« Seule la vérité est révolutionnaire » (Lénine)

Loin des discours officiels sur le caractère « sacré » de la guerre, sur la « défense de la patrie » ou de la « démocratie », la publication des traités entre le gouvernement russe et les gouvernements de Grande-Bretagne, de France et d’autres pays révéla la façon dont ils avaient conspiré et marchandé comme des chiffonniers pour se partager les dépouilles de la guerre entre eux, en passant sur les cadavres de millions de victimes.

Dans une déclaration expliquant les motivations du gouvernement soviétique (voir le texte intégral ci-dessous), Trotsky souligna que « La diplomatie secrète est un outil nécessaire pour la minorité possédante qui est obligée de tromper la majorité afin de la soumettre à ses intérêts ».

Par conséquent, « La lutte contre l’impérialisme qui ruine et détruit les peuples d’Europe est également une lutte contre la diplomatie capitaliste, qui a suffisamment de raisons de craindre la lumière du jour. Le peuple russe et les peuples d’Europe et du monde entier doivent apprendre la vérité des documents sur les plans forgés en secret par les financiers et les industriels ainsi que leurs agents parlementaires et diplomatiques.

Les peuples d’Europe ont payé avec d’innombrables sacrifices et une désolation économique universelle le droit à cette vérité. »

La publication des traités secrets commenca dans le journal « Izvestiya » du 23 novembre 1917, et les textes furent également édités sous forme de brochures entre décembre 1917 et février 1918.

Le 12 décembre, une partie de ces documents est publiée dans le « Manchester Guardian » et dans « The New Europe », « semant l’indignation et l’effroi au sein des chancelleries concernées.

  On y apprend que la Grande-Bretagne, historiquement opposée à la présence de la Russie en Méditerranée, a donné son accord au tsar pour qu’il s’empare des détroits et de Constantinople en échange d’une attitude pareillement bienveillante de la part de ce dernier concernant d’autres espaces en Asie mineure qu’il plairait à Sa Majesté britannique de se procurer ;

 on comprend que l’Italie est entrée en guerre du côté de la Grande-Bretagne et de la France avec la promesse d’acquérir une forte portion de la rive dalmate ;

 que la Roumanie a fait de même pour s’agrandir de la Transylvanie, de la Bucovine et du Banat ;

 que la Russie et le Japon se sont entendus pour empêcher la montée de la Chine ;

 que la France et la Russie ont ensemble redessiné les frontières de l’Allemagne en février 1917, etc. » (7)

En décembre 1917, David Lloyd George, Premier ministre britannique, tenta de persuader CP Scott, éditeur du « Manchester Guardian » de ne pas publier les documents secrets : "Si les gens connaissaient réellement la vérité, la guerre serait arrêtée demain. Mais, évidement, ils ne la connaissent pas et ils ne peuvent pas la connaître". (8)

Malgré tout, la publication des traités n’empêcha pas, immédiatement, la poursuite de la guerre impérialiste.

L’information, seule, ne suffit pas si elle n’elle n’entraîne pas une action et une mobilisation effective des masses pour modifier les rapports de forces. Mais ces révélations, tout comme l’exemple donné par la Révolution russe elle-même, pénétrèrent peu à peu dans l’esprit des travailleurs et, près d’un an plus tard, la Révolution allemande d’octobre-novembre 1918 allait enfin précipiter la fin de la boucherie.

Tout comme l’affaire Wikileaks aujourd’hui, la publication de documents diplomatiques secrets par le gouvernement bolchévique a eu un énorme retentissement international à l’époque et a valu à ce dernier la sympathie des travailleurs dans toute l’Europe, mais aussi parmi les peuples colonisés.

Si les motivations de Julian Assange sont sans doute distinctes de celles du matelot Nikolaï Markine, il est nécessaire aujourd’hui de sortir de l’oubli ce « précurseur » qui appliqua, en « plantant solidement ses clous et en bonne place », les décisions d’une révolution qui ébranla le monde.

Notes

(1) « Décret sur la Paix », rédigé par Lénine et adopté par le Deuxième congrès des Soviets des députés ouvriers et soldats de Russie des 25-26 octobre (7- 8 novembre) 1917 : http://www.marxists.org/francais/le...

(2) « Aux sources de la politique extérieure de l’URSS », Editions Novosti, Moscou 1970

(3) « La formation de l’État socialiste » , Editions Novosti, Moscou 1972

(4) « Trotsky », Pierre Broué , Editions Fayard, Paris 1988

(5) Trotsky évoque dans ses mémoires un autre épisode marquant de la révolution, lié au souvenir de Markine :

« Pendant les journées d’Octobre, cette figure solidement bâtie, face basanée et morose surgissait toujours aux endroits les plus dangereux et aux heures où l’on avait le plus besoin d’elle. (...) Une certaine pègre entreprit d’attaquer les caves et entrepôts de spiritueux de la capitale et des palais, richement pourvus. Il y avait certainement quelqu’un pour diriger ce mouvement menaçant, pour tenter de brûler la révolution au feu de l’alcool. Markine flaira le danger et entra aussitôt en bataille. Il assura la protection des caves et là où il ne pouvait mieux faire, il détruisit les dépôts. Chaussé de hautes bottes, il enfonçait jusqu’aux genoux dans un flot de vins fins qui dégoulinait du verre des bouteilles. Par les ruisseaux, le vin coulait, imprégnant la neige, vers la Néva. Des ivrognes le lampaient, à même les rigoles. Markine, le revolver au poing, combattait pour la lucidité d’Octobre. Trempé jusqu’aux os, tout pénétré du bouquet des grands crus, il rentrait chez lui où l’attendaient, dans les affres deux petits garçons. Markine repoussa l’offensive donnée au moyen de l’alcool par la contre-révolution ».

(6) « Ma Vie » , Léon Trotsky, Editions Gallimard, Paris 1989

(7)« WikiLeaks à la manière bolchévik, en 1917 », Joëlle Kuntz, journal « Le Temps » (Suisse), 6 novembre 2010

(à lire cet article de Joelle Kuntz du journal le temps qui rajoute d’autres éclairages, vis à vis de la SDN, ancêtre de l’ONU. Note de Copas)

(8) Cité par John Pilger « Pourquoi est-ce qu’ils n’informent pas honnêtement sur les guerres ? », http ://www.johnpilger.com/

Déclaration sur la publication des traités secrets

En publiant les documents diplomatiques secrets à partir des archives de la politique étrangère du tsarisme et des gouvernements de coalition bourgeois des sept premiers mois de la révolution, nous menons à bien l’engagement que nous avons pris lorsque notre parti était dans l’opposition.

La diplomatie secrète est un outil nécessaire pour la minorité possédante qui est obligée de tromper la majorité afin de la soumettre à ses intérêts. L’impérialisme, avec ses sombres plans de conquête et ses alliances et marchandages de rapine, a développé le système de la diplomatie secrète au plus haut niveau.

La lutte contre l’impérialisme qui ruine et détruit les peuples d’Europe est également une lutte contre la diplomatie capitaliste, qui a suffisamment de raisons de craindre la lumière du jour. Le peuple russe et les peuples d’Europe et du monde entier doivent apprendre la vérité des documents sur les plans forgés en secret par les financiers et les industriels ainsi que leurs agents parlementaires et diplomatiques. Les peuples d’Europe ont payé avec d’innombrables sacrifices et une désolation économique universelle le droit à cette vérité.

L’abolition de la diplomatie secrète est la condition première pour une politique étrangère honnête, populaire et véritablement démocratique. Le gouvernement soviétique considère comme son devoir de mener une telle politique dans la pratique. C’est précisément pourquoi, tout en proposant ouvertement un armistice immédiat à tous les peuples belligérants et à leurs gouvernements, nous publions en même temps ces traités et accords, qui ont perdu tout caractère obligatoire pour les travailleurs de Russie, les soldats et les paysans qui ont pris le pouvoir dans leurs propres mains.

Les politiciens bourgeois et des journalistes d’Allemagne et d’Autriche-Hongrie peuvent tenter d’utiliser des documents publiés afin de présenter la diplomatie des empires centraux sous un jour plus avantageux.

Mais une telle tentative serait vouée à un échec pitoyable, et cela pour deux raisons.

En premier lieu, nous avons l’intention de présenter rapidement devant le tribunal de l’opinion publique des documents secrets qui traitent de façon suffisamment claire de la diplomatie des empires centraux. Deuxièmement, et c’est le plus important, les méthodes de la diplomatie secrète sont aussi universels que le vol impérialiste. Lorsque le prolétariat allemand entrera dans la voie révolutionnaire, il dévoilera les secrets des chancelleries en publiant des documents qui ne cèdent en rien à ceux que nous nous apprêtons à publier. Il ne reste qu’à espérer que cela aura lieu rapidement.

Le gouvernement des ouvriers et des paysans abolit la diplomatie secrète, ses intrigues, ses codes et ses mensonges. Nous n’avons rien à cacher. Notre programme, exprime la volonté ardente de millions de travailleurs, soldats et paysans. Nous voulons que la domination du capital soit renversé. En exposant au monde entier l’oeuvre des classes dirigeantes, telle qu’elle s’exprime dans les documents diplomatiques secrets, nous nous adressons aux travailleurs sur base de l’appel qui constitue la fondation immuable de notre politique étrangère : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ».

Léon Trotsky, 22 novembre 1917. Traduction de l’anglais pour le site www.lcr-lagauche.be

ci-dessous, propagande anti-sémite et anti-bolchévique , un sympathique dessin sur Trotsky

JPEG - 203.9 ko

reprise de l’article publié sur le site de la LCR belge et signé par Ataulfo Riera le Lundi, 13 Décembre 2010


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
16 décembre 2010 - 15h23

Castro : "WikiLeaks a mis l’empire à genoux"

16.12.2010
"Julian Assange, un homme à peine connu il y a quelques mois est en train de démontrer que l‘empire le plus puissant ayant jamais existé dans l’histoire peut-être défié", écrit Fidel Castro dans sa dernière réflexion publiée par le quotidien officiel Granma. L’ancien président cubain estime notamment que "les idées peuvent être beaucoup plus puissantes que les armes nucléaires".

Dans une interview publiée en août dernier par le journal mexicain La Jornada, Fidel Castro parlait déjà de sa fascination pour WikiLeaks qui venait alors de publier des documents sur les guerres en Irak et en Afghanistan. "L’ère du secret est révolue, ou du moins c’est ce qu’il semble. Nous sommes face à un ’journalisme d’investigation de haute technologie’, comme le dit The New York Times, et à la portée de tout un chacun.

Nous sommes face à l’arme la plus puissante qui ait jamais existé : la communication", confiait alors Castro.

http://www.courrierinternational.co...



"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
18 décembre 2010 - 09h55 - Posté par guillot

Une autre forme de "diplomatie secrète" existe. Ce sont les rencontres discrètes organisées en ce moment à gauche concernant les cantonales et que devoilent un article de Médiapart. Ainsi on y apprend qu’une délégation du PG, à sa demande vient de rencontrer le PS rue Solférino afin de trouver un accord-qu’elle a trouvé- sur l’élection par les grands électeurs (du PS) de 2 élus au Sénat en 20011.Le PG souhaite en effet retrouvé son "groupe" de 2 sénateurs après le départ de Mélenchon au parlement européen. J’ai veinement tenté de poster cette information sur le blog de Mélenchon. Il en est de même avec le PC, mais c’est moins surprenant. Un accord serait ainsi conclu entre le PC et le PS pour le Val de Marne, un des deux derniers départements encore gérés par le PC. On y apprend aussi que dans 20% des départements, il n’y aura pas de liste du Front de gauche, le PC signant des accords au 1er tour avec le PS.


"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
16 décembre 2010 - 16h37

Mon Cher Copas,

Pour le coup, je trouve cet article que tu publies complètement délirant, pour ne pas dire ridicule, au minimum autant que celui de Chien Guevara que tu as contribué à étriller ailleurs ;) - sachant que pour moi, la lecture de l’article de CG me le fait apparaître comme qqu’un de sain d’esprit, qui au pire, peut se tromper, - (à moi il ne m’a pas semblé qu’il était si à côté de la plaque que ça, CG, loin de là, puisque la nouvelle idole des jeunes est déjà sortie des geoles de Sa Majesté....-) ce qui ne me semble pas être le cas du pote belge dans cet article - mais là encore les goûts et les couleurs...ça ne se discute pas ;)

Tu parlais de "dingologie" ???

Euhhh....Là, on a un monument, excuse moi !

Comparer Assange tout à la fois à Trotsky, Markine et Lénine !!!!! (...) - je souffle tellement c’est ENORME - ....

Fallait oser !!!!!!

Le camarade belge (Ataulfo Riera) l’a osé. (Faut dire qu’en Belgique en ce moment ça va pas fort...on doit avoir besoin de rigoler un bon coup)

"Riera bien qui Riera le dernier" (pas pu m’empêcher...) - cet article ne peut pas être autre chose qu’un canular de potache. Si c’est bien le cas, c’est très drôle et très réussi.

LL



"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
16 décembre 2010 - 17h57 - Posté par AC

Cette polémique,L.L. me conduit , pour ne pas prendre parti, à me réfugier dans ce que je fais de "mieux":la connerie !

Rdv donc sur "Détente..ou je vais vous mettre d’accord..

 :))
AC


"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
16 décembre 2010 - 19h07 - Posté par Copas

Chère LL,

Pas d’accord ou tu n’as pas bien lu ce que disait le camarade belge en question.

Personne n’idolâtre Assange ni ne dit quoique ce soit en ce sens, la seule tentative se fait en comparant à de Markine et encore.

Par contre le titre a des ambiguïtés accrocheuses ainsi que l’alinéa d’accroche.

Par contre, oui, ce qui est dit c’est que la publication de documents de la diplomatie secrète n’est pas une nouveauté, comme d’ailleurs un certain nombre s’imaginait que la publications dans les années 70 de documents de l’empire étaient une nouveauté

La bataille dans la révolution russe, murie des longues années de clandestinité, puis une gigantesque boucherie a donné une furieuse envie de transparence

Le sujet (Wikileaks) est très bon pour aborder la question de la diplomatie secrète et la nécessité révolutionnaire de la transparence absolue des affaires qui concernent le peuple, par le peuple.

Personne n’a prétendu autre chose.

Je crains que tu partes d’un apriori sur la lecture du problème wikileaks.

Wikealeaks apparait à la suite d’une longue série d’évolutions facilitées par le net démocratisant d’une façon considérable l’accès à la connaissance et à beaucoup d’aspects cachés du fonctionnement des états.

Il y a une montée en puissance depuis des années de ceux qui peuvent craquer les systèmes de protection de la diplomatie des grands états

Wikileaks est un peu d’air frais de ce point de vue et pour l’instant, presque partout, a affaiblit l’appareil d’état US.

Ces éléments de transparence dont une partie est très probablement vraie vue les réactions haineuses des appareils d’état surgissent et sont portés à la lumière au delà de ceux qui savent et s’imaginent que tout le monde sait.

Non il n’y a rien de dingue de parler des mesures du gouvernement révolutionnaire de 1917 en terme de transparence démocratique comme précurseurs.

Les pré-supposés des sites en question partent de la même volonté prétendue de rendre transparents les états.

Sont-ils sincères ? On ne sait on verra, mais le désir prétendu, avec d’autres mots, est le même, sur ce point précis.

Quand à Chien Guevarra, comme son maître Fidel lui a tiré sur la laisse il doit être en plein rétropédalage.

Dingologiquement tien


"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
17 décembre 2010 - 09h46 - Posté par jaja

à LL

 ??

je crois que l’on a pas lu le même texte


"Contre la diplomatie capitaliste. Les "ancêtres" bolchéviques de Wikileaks"
18 décembre 2010 - 05h53

Affaire WIKILEAKS suite mais pas fin ! En dehors de toutes polémiques la réalité fait apparaître des documents apportant la preuve pour ceux qui en doutaient encore de l’arrogance de l’Empire Yankee. Ils accusaient même les pays qui n’obéissaient pas et font toujours de la Résistance à l’Ogre US. de faire la "parano" . Seulement voilà ces grands savants ne pouvaient pas prévoir des plus forts qu’eux qui un jour apporteraient les preuves de la supercherie des USA. Un Empire qui inonde quasi le monde de bases militaires autant de nids d’espions et de corruptions et rien que cela ne pouvait pas passer encore longtemps pour les Anges du ciel ! On n’a pas finit grâce à des publications courageuses en dépit des menaces des USA. sur la presse de lire les preuves des complots du Temple du capitalisme mondial. Pour l’heure ce que je retiens déjà d’important est la plainte qui sera déposée par le Président Constitutionnel Manuel Zelaya du Honduras chassé du Pouvoir par un coup d’Etat militaire, auprès de la Court Internationale de Justice ! Cette tyrannie fut installée grâce à l’appui militaire et économique de la base militaire des USA. au Honduras. Ce que beaucoup d’entre nous savaient déjà mais il manquait les preuves écrites des interventions ciniques des Etats-Unis. Dans ce pays comme dans de nombreux autres d’ailleurs. Et historiquement le Président Salvador Allende du Chili dû le payer de sa vie !!! Allons les Amis il ne fallait pas que les chars de Moscou ailleurs vous rendent aveugles des autres faits grossiers qui se sont déroulés sur la planète et qui persistent encore ! Les preuves arrivent en dépit du masque de pornographie pour lequel on tente de faire taire le Responsable du Site. A suivre... !







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite