Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Aurore Martin : "On n’est pas tous égaux devant la loi"

de : via P. Bardet
mardi 14 décembre 2010 - 07h40 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

par Anne-marie bordes

La Cour de cassation décidera du sort de la jeune militante politique poursuivie par l’Espagne qui défend la thèse selon laquelle "Batasuna c’est ETA"

Aurore Martin : « Tout ça prend des proportions qui dépassent la militante que je suis ». PHoto « SO »

« Sud Ouest ». Dans quel état d’esprit attendez-vous la décision de la Cour de cassation ?

Aurore Martin. Si elle avalise la décision de la cour d’appel de Pau, je n’aurai plus de recours possible, je serai livrée à l’Espagne. Contrairement à ce que certains pensent je ne serai pas amenée devant l’Audiencia Nacional pour une simple audition : je dois me préparer à être condamnée à de longues années de prison. Je « mentalise » cette perspective mais j’ai énormément de mal à me faire à l’idée que je devrai vider mon appartement, me séparer de ma famille, de mes amis… Ce processus d’« acceptation » me rend malade. Comment puis-je accepter la perspective de 10 ou 12 ans de prison pour des déclarations politiques ? Dans le fond, je ne crois pas en la justice.

Que vous reproche-t-on ?

Sept faits. Soit la participation à quatre interventions publiques, médiatisées, de Batasuna (interdit en Espagne depuis 2003, mais autorisé en France) à Pampelune, Bayonne, et Ustaritz en 2006 et 2007, à une réunion interne de Batasuna en Alava, à la co-écriture d’un article paru dans « Gara » et à ma qualité d’employée du Parti politique EHAK (Parti communiste des terres basques) en 2007 (1). Des faits relevant du chef d’« intégration dans une organisation terroriste » selon l’Audiencia Nacional. L’une de mes interventions publiques à Pampelune remonte au 6 mars 2006, au lendemain de l’annonce du dernier cessez-le-feu d’ETA. Ce jour-là, Batasuna confirmait qu’on entrait dans un processus de paix. En réalité, la justice veut démontrer que Batasuna c’est ETA, y compris ici. En tant que militante légale de Batasuna, c’est mon devoir de dire que son interdiction en Espagne est un scandale.

Quand êtes-vous devenue membre actif de Batasuna ?

Un an après ma première arrestation survenue à Bayonne (je suivais des cours aux Beaux-arts) en 2002-2003, cet événement a précipité mon engagement. J’ai été emprisonnée pendant un mois sur décision du parquet antiterroriste de Paris pour « association de malfaiteurs ». La juge Le Vert m’avait fait comprendre que j’étais là « pour l’exemple ». J’ai passé cinq jours à Fleury-Mérogis, le reste du temps à Versailles avant d’être relâchée sur un « non-lieu ». Ce jour-là, j’ai pris conscience de beaucoup de choses : on n’est pas tous égaux devant la loi. Au cours des années qui ont suivi, j’ai fait l’objet de multiples procédures, en quelque sorte je m’y suis embourbée : compte bancaire bloqué, premier mandat d’arrêt, second mandat d’arrêt, poursuites pour refus de prélèvement ADN, perquisitions…

Pour moi, la France a fait son choix depuis longtemps, elle est main dans la main avec l’Espagne. Mais notre référent à nous en tant que militants politiques, c’est aussi la France.

On parle d’un nouveau processus de paix…

C’est une perspective pleine d’avenir mais semée d’embûches. On a besoin d’aller vers une résolution du conflit qui a duré trop longtemps. J’appartiens à une nouvelle génération qui a envie d’avancer sur le terrain politique et je me retrouve malgré moi propulsée telle un « symbole de persécution ». Tout ça prend des proportions qui dépassent la militante que je suis.

(1) EHAK était un parti qui s’était créé afin que la gauche radicale participe à des élections régionales en Espagne, avant d’être interdit.

l’article de Sud Ouest


via pilhaouer
 EXTRADITIONS, Europe des libertés !


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Aurore Martin : "On n’est pas tous égaux devant la loi"
14 décembre 2010 - 11h08 - Posté par pilhaouer

Cette affaire extrêmement grave, doit être vue aussi indépendamment de la question basque.

Il est inacceptable que l’on puisse extrader une personne à qui sont reprochés des faits qui ne justifieraient aucune poursuite sur le territoire français mais sont passibles de 10 à 12 ans de prison en Espagne.

Il se trouve que le gouvernement socialiste zapaterien suit une pente inquiétante :

Ainsi, lors de la récente grève des aiguilleurs du ciel :

La grève surprise ayant provoqué le chaos dans les aéroports, le gouvernement espagnol a déclaré samedi l’"état d’alerte", une première depuis la promulgation de cette loi trois ans après la mort de Franco. Cette mesure signifie que si les grévistes refusent de retourner à leur poste, ils peuvent être inculpés et ils risquent une peine d’emprisonnement.

"L’effet immédiat est que les contrôleurs ont été mobilisés. Cela signifie que, s’ils ne vont pas travailler, ils commettront un crime de désobéissance en vertu du code pénal militaire", a expliqué le vice-chef du gouvernement Alfredo Perez Rubalcaba à l’issue d’une réunion d’urgence.

http://www.eitb.com/infos/europe/de...

" un crime de désobéissance en vertu du code pénal militaire" ???!!!



Aurore Martin : "On n’est pas tous égaux devant la loi"
14 décembre 2010 - 22h28 - Posté par

"un crime de désobéissance en vertu du code pénal militaire" effectivement ils instaurent le fachisme avec la complicité du parti socialiste européen ! aucune réaction de ces derniers.. ils ne l’ ont pas fait d’ailleurs en france quand les préfets se mêlaient des grêves. On les attends toujours !!






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite