Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Fontainebleau : tabassé parce qu’il est noir de peau ! (video)

de : sergio
dimanche 17 octobre 2010 - 10h58 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 38.4 ko

de Sergio

Cher(e)rs ami(e)s et camarades.

ça c’est passé près de chez moi, j’étais personnellement sur le parcours de cette manif. et apparemment tout s’était déroulé normalement jusqu’au moment où...

je vous prie de bien vouloir relayé l’info.

Que tout le monde soit informé, il y a urgence !!!

Ils (les flics de Fontainebleau) ont tabassé des mômes (entre quinze et seize ans) et tout particulièrement l’un d’eux parce qu’il était noir !!!

Tou(te)s les citoyen(ne)s sont concerné(e)s par un acte aussi abject !!! ça c’est passé en France, à Fontainebleau !!! C’est une honte !!! amitiés à vous tou(te)s sergio

PS : je vous tiens informé...

article paru sur la UNE de "Médiapart"

La garde à vue traumatisante de six lycéens de Fontainebleau

de DRAPHER

« Les jeunes gens de 15 à 16 ans ont été placés en garde à vue dans des conditions indécentes, menacés et humiliés par la police, leurs familles ne veulent pas laisser passer cette injustice et les pratiques dégradantes que leurs enfants ont subies »

Les six jeunes gens ont été arrêtés entre 13h15 et 14h15, à l’issue d’une manifestation, jeudi, dans le centre ville de Fontainebleau par les forces de l’ordre. L’arrestation était musclée, l’un des jeunes se serait vu appliquer un sac de toile sur la tête, les bras tirés en arrière et frappé à plusieurs reprises. Pour les autres, la même méthode mais avec les capuches de leur jogging. Menottés, placés en garde à vue et accusés au final de rébellion à agent de la force publique, les lycéens ont vécu de l’intérieur les méthodes policières largement dénoncées depuis que le nombre de gardes à vue a explosé sous la politique du chiffre instiguée par le chef de l’état.

Cette manifestation n’avait pas vu de casseurs ou d’affrontements violents, pas d’agressions de policiers, de blessés, aucun flagrant délit au moment des faits.

La police prend son temps, les parents dans l’incompréhension. Les adolescents étaient pour quatre d’entre eux (sur 6) inconnus des services de police : des élèves de seconde qui participaient à leur première manifestation. Le procès-verbal montré à des parents, truffé de fautes d’orthographes, indiquaient que les jeunes étaient « recherchés ». Les descriptions des lycéens ne correspondaient pas à la réalité, les jeunes ne savaient même pas qu’ils étaient « recherchés » lorsqu’ils ont été interpellés, chacun en train de déjeuner tranquillement en ville dans des lieux différents ou chez eux. Leur garde à vue a été une épreuve qu’ils n’oublieront pas de sitôt, et à l’écoute de leurs témoignages ainsi que ceux de leurs parents, on peut se poser la question de savoir si la motivation principale de la police de Fontainebleau n’était pas d’humilier, impressionner, apeurer. La marque indélébile que ces policiers ont laissée à ces adolescents n’est pas prête de s’effacer : déshabillés (en caleçon), à 3 dans une cellule de 4 mètres carrés couverte de vomi, d’excréments, d’urine, l’un d’entre eux d’origine Africaine frappé à plusieurs reprises, dans une voiture de Police et dans sa cellule. Les parents témoignent des ricanements des policiers, de leurs menaces à peine déguisés sur l’issue judiciaire (voir interview de la mère d’un des jeunes).

Déferrement chez le juge

Les lycéens ont été amenés en fourgon le lendemain matin au Palais de Justice de Melun. Moqueries des policiers avant d’arriver qui leur parlent de « fleury-merogis ». La juge n’avait pas de temps pour ces affaires « en plus », les jeunes gens ont donc attendu dans une cellule de dépôt au sous-sol, leurs parents dans le tribunal. En fin d’après-midi : mise en examen pour rébellion, un procès aura lieu à une date indéterminé. Le problème soulevé par les parents reste entier, au delà de ces méthodes et des conditions de détention inacceptables, de l’attitude impardonnable de la Police qu’ils veulent dénoncer. Pourquoi les arrêter une heure après les événements, pourquoi ces méthodes ? Les descriptions de la Police ne correspondent pas mais des vidéos montrent d’autres adolescents portant des vêtements correspondant au signalement précis d’un procès-verbal. Les jeunes auraient-ils été choisis en dépit, parce que les officiers de Police ne trouvaient pas ceux qui étaient décrits dans l’avis de recherche ? La dignité des personnes n’a pas été respectée dans cette affaire et l’on semble oublier que des adolescents de 15 ou 16 ans, plus fragiles par définition que des adultes peuvent voir leur équilibre psychologique, leur avenir perturbé par ce type de mise en détention et de manquements à la dignité humaine.

Interview de la mère d’un des 6 adolescents passé en comparution immédiate le lendemain de sa garde à vue.

« 6 lycéens entre 15 et 16 ans se sont vus arrêter à Fontainebleau, une heure après la dispersion de la manifestation. Menottés, placés en garde à vue, puis déférés devant un juge le lendemain matin, la mère de l’un d’eux accepte de répondre à mes questions : le sentiment d’injustice, les pratiques policières scandaleuses, le traumatisme subi sont trop importants pour que le silence soit de mise pour cette formatrice qui ne comprend pas que la Police puisse avoir des comportements aussi inhumains, plus particulièrement avec des adolescents, fragiles psychologiquement par définition. Pascal Hérard : Comment avez-vous appris la garde à vue de votre fils ? M.L : « Le commissariat m’a appelé à 14h25, 25 minutes après l’arrestation, un coup de fil très succinct. L’inspecteur m’a juste dit « violence au cours de la manifestation ». Lorsque j’ai demandé ce qu’on pouvait faire, sa réponse a été très évasive, il a pris les coordonnées du père, que j’ai données. On ne pouvait pas avoir beaucoup d’informations. Quand j’ai demandé combien de temps il allait rester, il m’a dit 24h reconductibles. Je lui ai dit « il a quand même que 15 ans », c’est là où il m’a dit qu’à 15 ans « ils avaient autre choses à faire que manifester ». Je me suis sentie accusée. Pascal Hérard : Vous êtes allée au commissariat, comment cela s’est-il passé ?

M.L : Le père de mon fils était déjà arrivé et m’a donné les informations qu’il avait : il était 18h, le gamin était interrogé avec cinq autres, eux aussi en garde à vue, aucune décision n’était prise, et il n’était pas question qu’ils les gardent plus. A priori ils allaient être relâchés après cet interrogatoire et ces quatre heures de garde à vue. On est allé devant le commissariat et un inspecteur nous a rejoint. Il s’est présenté comme responsable de l’enquête et nous a annoncé qu’ils le gardaient pour la nuit, que le lendemain notre fils passerait en comparution immédiate devant le procureur. J’ai demandé des précisions, je savais que la sanction pouvait être grave. Il est toujours resté flou. Il a parlé de jets de bouteilles, d’une sanction pouvant aller jusqu’à un placement judiciaire en centre. Pascal Hérard : Mais qu’est-ce qui était réellement reproché à votre fils ?

M.L : « On a jamais trop su, il parlait régulièrement de jets de cailloux sur les policiers. Mais on a jamais pu avoir un motif fixe et précis à ce moment là. »

Pascal Hérard : A partir de là les événements se sont enchaînés ?

M.L : « Le père a pu lire la déposition de notre fils, j’ai demandé à le voir, on me l’a refusé sous prétexte que la procédure l’interdisait. On a attendu dans le commissariat. Un policier est venu me voir et m’a demandé de quoi souffrait mon fils. Je ne comprenais pas. Le policier m’a dit, « on a appelé les pompiers, il fait une bonne crise de cinéma ». Ils l’ont sorti de la cellule, placé dans une pièce vitrée où on pouvait l’observer, il était blanc comme un linge. Il a perdu connaissance. Il a demandé ensuite à nous voir, s’est mis à crier. Un policier est venu, ricanant, et nous a dit que « c’était un bon coup de cinéma. » Les pompiers ont fini par l’emmener à l’hôpital, je suis arrivé à sortir avec lui. J’ai été repoussée lorsque j’ai voulu l’accompagner. Un policier m’a dit : « il rigolera moins demain quand il sera en maison de redressement. Le médecin a conclu à une crise de spasmophilie et lui a donné un sachet plastique pour qu’il puisse respirer dedans, mais ensuite le sachet lui a été retiré par les policiers. Pareil pour serviette en papier qu’il demandait parce qu’il avait peur de vomir dans la cellule déjà pleine de vomi. Comme il avait refusé à manger en pleine crise de spasmophilie, ils ont refusé qu’il mange ensuite ou qu’on lui amène à manger. La case « a refusé le repas administratif » avait été cochée, donc ce n’était plus possible. Ils l’ont emmené et on ne la plus revu jusqu’au lendemain après-midi, chez le juge. »

Pascal Hérard : Le lendemain matin les 6 adolescents ont été déférés devant le juge, qu’est-ce que vous pouvez en dire ?

M.L : « Dans un premier temps, pour nous ce n’était pas un déferrement, mais une comparution immédiate devant un procureur. On avait contacté un ami avocat qui était très étonné et inquiet de cette comparution immédiate. Une fois monté dans le bureau du juge il a compris que c’était un déferrement, un passage devant le juge pour enfants. Un éducateur est venu nous voir dans la matinée, nous a questionnés. Il était plutôt positif après nous avoir parlé. On savait juste que les enfants était dans un dépôt. On a passé toute la journée à attendre. Mon fils est finalement passé devant la juge à 17h, dans un bureau, avec nous, un policier qui le surveillait, l’avocat, un greffier. Ca a duré 10 minutes. Le motif a été lu : rébellion et violence contre agent de police. Ce qu’il reconnaît c’est d’avoir envoyé un débris de tomate sur un policier et d’avoir écarté une grenade lacrymogène en direction des forces de l’ordre qui étaient très loin, parce que la grenade était tombée près d’une poussette. La juge a prononcé une mise en examen et indiqué qu’il y aurait procès dans un délai indéterminé. »

Pascal Hérard : Quel est votre sentiment aujourd’hui ?

M.L : « D’abord un sentiment de colère. Je suis extrêmement surprise aussi qu’on puisse traiter des enfants de cette manière là. Ils ont été traités comme s’ils avaient tué quelqu’un. Je suis en colère qu’on puisse traiter les personnes de façon aussi inhumaine. Même s’ils avaient fait ce qu’on leur reprochait, j’estime que ces procédures d’interdire le droit de manger après une crise de spasmophilie, de les enfermer à trois dans une cellule de quatre mètres carrés pleine de vomi, couverte d’excréments et d’urine, c’est scandaleux, et ça va contre la convention des droits de l’enfant. Il y a une déchéance qui est terrible. L’un des 6 adolescents d’origine Africaine a été frappé une partie de la nuit, c’est ce que m’a dit mon fils et l’un des autres en cellule avec eux. Ils ont été déshabillés, à quoi ça sert ? J’ai de la peur aussi, parce qu’on se rend compte qu’une fois que le système est en marche, il peut vous écraser. Un grand sentiment d’impuissance et d’injustice. Ces adolescents payent pour les autres, pour autre chose. »

Pascal Hérard : Que vous dit votre fils après après ces événements marquants ?

M.L : « Il a peur. Il dit qu’il va éviter tout signe distinctif, qu’il ne se sent pas en sécurité. Qu’il évitera tout mouvement de foule, manifestation, qu’il se sent fiché, mais il est fiché d’ailleurs, réellement. Il a enlevé sa boucle d’oreille, il se sent catalogué, sur ses vêtements par exemple. Sans compter qu’avec le procès il risque d’avoir un casier judiciaire. A 15 ans, pour un débris de tomate ça fait un peu beaucoup quand même. » Propos recueillis au domicile de la mère d’un des adolescents qui désire rester anonyme par inquiétude sur la suite des événements. Un collectif de soutien est en cours de constitution, des témoignages complémentaires d’adultes présents lors de la dispersion de la manifestation affluent .

http://www.mediapart.fr/club/blog/d...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Fontainebleau : tabassé parce qu’il est noir de peau !
17 octobre 2010 - 13h00

Ils commençent a utiliser la peur comme moyen de répresion !
Les parents, il faut expliquer et soutenir vous enfants !!sa lutte est la VOTRE !!
Contre les mesures anti-populaires !
Pour une France LIBRE !!
Le combat continue... La VICTORIA est a NOUS !!!



Fontainebleau : tabassé parce qu’il est noir de peau !
17 octobre 2010 - 15h42 - Posté par jaja

on comprend mieux ( mais faut-il les exemples de ces derniers jours ? ) pourquoi un certain nombre de flics ont été de zélés serviteurs des nazis !

la haine monte ( quand ce n’est pas la peur ) et elle est attisée car le pouvoir sait très bien que c’est lui qui gagnera à tout coup si le mouvement dérape vers la violence

cela ne veut pas dire ne rien faire, mais le faire intelligement ......... surtout sans violence ultra-minoritaire ; ils n’entendent que ça et si elle ne vient pas qui sait si nous n’allons pas vivre une stratégie de la tension comme en italie ....



Fontainebleau : tabassé parce qu’il est noir de peau ! (video)
19 octobre 2010 - 09h28

CRS = SS

Mois je me suis fait tabassé parce que j’étais blanc, par des noirs. On le dit ça ? Y’avait des témoins et personne n’a bougé. Et y’a paq eu de manif’.
J’avais du le chercher...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite