Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Sàrközi de Nagy-Bocsa, démission !

de : sergio
jeudi 9 septembre 2010 - 16h59 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Si, comme aux États-Unis nous pouvions entamer une procédure d’empechment, et déchoir le monarque républicain, Sàrközi de Nagy-Bocsa, du poste qu’il n’est plus en droit d’occuper (si l’on s’en tient aux articles de la Constitution) et à se qu’un journaliste courageux, E. Plenel, de « Médiapart », dans un article intitulé : « Sarkozy contre la République : un président hors la loi », affirma.

Ce journaliste que madame Morano (apparemment c’est une habitude dont elle abuse) et d’autres laudateurs du clan insultaient, lui attribuant l’étiquette infamante de presse « trotskiste-fasciste » (ou l’inverse ?).

Mis à part l’inexactitude de l’accolade de mots opposés historiquement, il eut été bon, afin d’éviter tout malentendu sur les connaissances historiques (probablement défaillantes) de la dame en question, qu’elle en précisa le sens.

Dans cet article, E. Plenel, écrivit ceci : « … désormais, Sarkozy est un président hors la loi. La fonction que le suffrage populaire lui a confiée en 2007 lui impose de veiller au respect d’ une Constitution qui « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine » … » et évoqua l’article 3 : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. »

On ne peut-être plus clair !

Dans l’affaire Sàrközi/Woerth/Bettencourt, ils (les membres du clan Sàrközi) s’octroyèrent des prérogatives qui apparemment détourne la Constitution (dans cette affaire d’État, seule la nomination d’un juge d’instruction indépendant pourrait lever les soupçons qui pèsent sur les protagonistes, et déterminer s’ils sont réellement fondés ; c’est justement ce que voudraient éviter le clan Sàrközi !)

L’article 4 de la Constitution précise que les partis et groupements politiques qui concourent à la souveraineté nationale et à la démocratie, et en conséquence doivent en respecter les principes. Aucun parti ou groupement politique ne peut pour des raisons mercantiles et autres, se substituer à l’exercice de la souveraineté nationale, ni à son principe fondateur, qui est : « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Mais avant d’évoquer ces articles de la Constitution, il eut été bon d’en évoquer un autre, tout aussi important, et qui est l’article 5 : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat. » et plus loin cet autre article 20 : « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation. »

Mais depuis le début du mandat que lui confia le peuple français, le monarque républicain Sàrközi de Nagy-Bocsa, s’ingénie de bafouer la Constitution, s’asseyant tout son séant dessus ; ce faisant il trahit le mandat que lui confia le peuple français.

Le pire de tout, c’est qu’il se contre-fout des conséquences, pensant à tort, que paré de la légitimité que lui confia (bien imprudemment il est vrai) le peuple français, il peut tout se permettre. Sa dernière turpitude, est tout aussi grave que celles décrites ci-dessus.

Alors que la ministre de la Justice, madame Alliot-Marie, (coutumière du fait, il est vrai), accorde une interview à un média inféodé, (dont la devise publicitaire est : « le poids des mots, le choc des photos », c’est tout dire !), déclare dans l’interview : « On dit n’importe quoi sur Woerth (…) De quoi voudrait-on qu’il soit coupable ? ».
Cette femme est tout de même garde des Sceaux, et par conséquent devait s’abstenir de commenter une décision de justice (et qui plus est sur une affaire en cours d’instruction), car une présidente de tribunal correctionnel et un procureur de la République ont ouvert plusieurs enquêtes ; madame Alliot-Marie prétendrait que tout ceci est vain, que Woerth serait innocenté avant même d’être présumé innocent.

Incroyable, mais vrai !

Même Sàrközi de Nagy-Bocsa se mêle de décision de justice (en principe il est le garant de l’indépendance de la Justice), et déclare dans une autre affaire, suite à la décision d’un juge des libertés de remettre en liberté un présumé innocent (mais très certainement coupable puisque…cette décision etc.), que cette décision est « difficilement compréhensible ».

Pour la seconde fois, Sàrközi de Nagy-Bocsa manifeste une conviction personnelle (et partisane, puisque tout coupable est en principe présumé innocent) dans une affaire de justice.

C’est inadmissible et irresponsable de la part du président de la République, et totalement inadapté à la fonction.

Ce gouvernement et ses représentants devraient démissionner (tout le monde sait que Fillon n’est qu’un premier ministre bis ; qu’en réalité c’est Guéant qui donnent, au autres membres du gouvernement, toutes les directives pour faire appliquer les décisions du chef, Sàrközi de Nagy-Bocsa), mais comme il ne sera jamais rien fait en ce sens (le PS attend tranquillement son heure, sans provoquer trop de vagues ; invoquant le respect de la fonction présidentielle et la responsabilité politique), le président et le gouvernement sont de plus en plus illégitimes.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Sàrközi de Nagy-Bocsa, démission !
9 septembre 2010 - 20h25

Sans oublier le probable financement occulte de la campagne présidentielle sarkosienne de 2007...
Son élection devrait être automatiquement invalidée !
Ne serait-ce pas la principale raison pour laquelle il maintient Woerth à son poste ?



Sàrközi de Nagy-Bocsa, démission !
9 septembre 2010 - 23h01

Oui, c’est inadmissible, scandaleux, une honte.

Et en plus c’est contraire à la loi constitutionnelle sacrée, vous imaginez ?

Nicolas, démissionne, allez. On te le demande gentiment hein, cette fois.



Sàrközi de Nagy-Bocsa, démission !
10 septembre 2010 - 00h20 - Posté par

Demander n’est pas assez persuasif...






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite