Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Manu Chao et le Peer to peer

de : Paris
samedi 30 octobre 2004 - 15h00 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Peer-to-peer. Pour Manu Chao, le téléchargement gratuit est "inévitable" et les maisons de disques, en attaquant les internautes, ont une réaction de "bête blessée". "C’est comme la fin des dinosaures : il y a un changement de climat", ajoute le chanteur.

Le téléchargement gratuit de la musique sur internet est "inévitable", a estimé vendredi 29 octobre le chanteur Manu Chao, selon qui les grosses maisons de disques "meurent de leur propre loi", la loi du marché, et réagissent en "bête blessée" en poursuivant des internautes en justice.
"Les grosses maisons de disques sont en train de mourir, il n’y a plus de place pour elles. C’est comme la fin des dinosaures : il y a un changement de climat", a déclaré Manu Chao avant la sortie en librairie, lundi 1er novembre, de "Sibérie m’était contéee", recueil de textes, dessins et chansons élaboré avec le dessinateur Wozniak.
Le téléchargement gratuit "est inévitable, c’est la marche du temps, ajoute-t-il. C’est obligé, c’est la loi du marché. C’est le capitalisme qui a inventé ça : on choisit le moins cher ! Ils (les responsables des multinationales du disque, ndlr) sont en train de mourir de leur propre loi".

Bête blessée

Pour Manu Chao, dont les opinions sont marquées très à gauche, les poursuites judiciaires engagées par les responsables de l’industrie du disque contre les internautes utilisateurs des réseaux d’échange "peer-to-peer" (P2P) constituent "la preuve la plus totale qu’ils sont perdus".
"C’est débile, ridicule, c’est une réaction de bête blessée", juge le chanteur, qui avait sorti une version courte de "Sibérie m’était contéee" fin septembre en kiosque, hors du circuit de distribution classique des maisons de disques.
Manu Chao fait cependant une distinction entre "majors" et petits labels indépendants : "Les grosses boîtes morflent mais les petites aussi. C’est là qu’il faudrait une éthique du public : que les jeunes piratent les gros comme moi, mais qu’ils fassent l’effort d’acheter chez les petits labels".
"Mais ce n’est pas perdu pour tout le monde, poursuit-il. La grosse industrie qui vend les petites machines à pirater, genre iPod (baladeur numérique d’Apple, ndlr), se fait des ’couilles en or’. C’est un pan de l’industrie qui se casse la gueule pour un autre qui se frotte les mains."

Scène

"La seule chose qui n’est pas piratable, c’est la scène.
Il va y avoir une sélection naturelle terrible : ce sera plus facile de vivre pour les musiciens qui savent se défendre sur scène que pour ceux qui ne dépendent que du disque", conclut le chanteur.
Le contrat qui liait Manu Chao (ancien de la Mano Negra) à la maison de disques Virgin depuis 1989 a expiré en 2003. Il a créé sa maison de production, Radio Bemba (et son pendant pour l’édition, Les Mille Paillettes), dont il a confié la gestion à son agent et tourneur, Corida.

http://archquo.nouvelobs.com/cgi/ar...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Manu Chao et le Peer to peer
30 octobre 2004 - 13h49
> Manu Chao et le Peer to peer
30 octobre 2004 - 18h05 - Posté par

Chapeau !

Henri Ménard - Groix


> Manu Chao et le Peer to peer
3 novembre 2004 - 01h37

Je pense qu’il y a trois types de "téléchargeurs" de musique.

 Celui qui en fait le commerce (faut être trop c... pour acheter un CD gravé)
 Celui qui collectionne avec une certaine boulémie mais qui n’écoute pas un dixième de ce qu’il a téléchargé
 enfin celui qui aime la musique et qui s’achète des disques quand il le peut.

La musique (quand elle est bonne)doit se propager par tout les moyens. J’ai moi-même des albums piratés qui sont soit, d’artistes que j’aime et dont j’avais donc d’autres albums ; soit des découvertes qui m’ont fait acheter.
A l’époque des K7 le problème était le même, avec internet ça va plus vite et ça touche + de monde mais on ne peut pas avoir le beure et l’argent du beure.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite