Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

ADOMA (13) : Un jugement surréaliste, pour ne pas dire scandaleux !

de : Rouge Midi
jeudi 15 avril 2010 - 12h02 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 17.6 ko

de Charles HOAREAU

Résumé des chapitres précédents.

Suite à une passation de marché, le 12 novembre 2007, 39 salariés du service nettoyage (en CDI avec une ancienneté moyenne de 16 ans) se sont retrouvés, au sens propre du terme, à la porte du jour au lendemain. ADOMA, par amour du social, a décidé de les remplacer par des rmistes contraints de travailler à leur place pour ne pas perdre leur allocation….

Les Bouches du Rhône sont en effet un des 16 départements (et même le premier !) qui se sont portés volontaires pour expérimenter le RSA : résultat garanti…

Depuis, les salariés se battent pour retrouver un emploi qu’ils n’auraient jamais du perdre en vertu de la fameuse annexe7 de la convention collective du nettoyage qui oblige une entreprise à reprendre les salariés du marché qu’elle obtient.

Le 17 décembre dernier l’affaire ADOMA venait en appel à Aix.

La cour vient de rendre son verdict.

Incompétence ? Désinvolture ? Jugement de complaisance vis-à-vis de forces occultes ou du pouvoir ? Comment la cour d’appel de la chambre sociale (hic !) a-t-elle pu rendre un pareil arrêt ?

Selon les 3 personnes qui ont rendu le « jugement » qui se résume en quelques lignes :

 ADOMA est mis hors de cause sans aucune explication ni réponse aux arguments soulevés par les salarié-e-s

 Les régies aussi au motif que le nettoyage ne serait qu’un moyen de l’insertion dont elles font généreusement profiter des salarié-e-s à 500€ par mois.

 Les salarié-e-s seraient restés à disposition des entreprises bien que celles-ci aient perdu le marché

 Comme les salarié-e-s n’ont pas travaillé (et pour cause puisqu’on les en a empêchés !) et que le salaire est la contrepartie du travail….ils n’ont droit à rien !!!

Autrement dit : tout ce qui est rare est cher. Les chevaux bon marché sont rares. Les chevaux bon marché sont cher…

Dans la pratique selon comme on interprète ce jugement (en plus très mal écrit) qui doit confondre droit du travail et code de l’esclavage, les salarié-e-s doivent être licencié-e-s par les entreprises – en fait par les liquidateurs de celles-ci – qui en l’état de cet arrêt vont estimer que rien n’est dû…

3 ans de combat pour en arriver là : une remise en cause totale et inédite du droit au travail…

Si quelqu’un va dire à l’un des ex-salarié-e-s d’ADOMA qu’il y a une justice en France je vous laisse imaginer quelle sera sa réponse…

Comment un être humain - ne parlons même pas de juge – a pu écrire cela ? A l’assemblée des salarié-e-s qui a suivi le verdict les mots « magouilles, vendus, justice de classe » ont fusé : faut-il s’en étonner ?

Bien sûr les salarié-e-s vont aller en cassation et suivre avec intérêt la procédure au pénal bien que tout cela coûte fort cher (au moins 6000€ pour l’ensemble des procédures !!!) et que leur confiance déjà pas bien grande en la justice soit encore plus entamée…Mais ont-ils d’autres choix ?

Ont-ils d’autre choix que de poursuivre le ballet des rencontres avec mandataires, fonds de garantie des salaires, avocats, tribunaux ?...

Ont-ils d’autre choix que de faire appel à nouveau à la solidarité financière pour poursuivre leur combat devant les tribunaux ?

Ils ne peuvent pas lâcher non seulement pour eux mais aussi pour l’ensemble des salarié-e-s de France qui, si l’on s’en tient à cet arrêt révoltant pouvant faire jurisprudence, pourraient à l’avenir être virés au mépris du droit du travail sans avoir aucun recours ni dommages reconnus….

Ils continuent donc…

Pendant ce temps la direction d’ADOMA, entreprise que l’Etat veut liquider au privé, peut continuer à se laver les mains d’une situation qu’elle a délibérément créée.

Pendant ce temps les directeurs des 2 régies de quartier peuvent, au nom de l’insertion, continuer à percevoir de très confortables salaires sur le dos de précaires tenus, sous peine de radiation, de se lever à 5h du matin pour pouvoir toucher une aumône de 500 à 700€ par mois..

Pendant ce temps les entreprises en faillite laissent sur le carreau d’autres salarié-e-s qui n’ont même pas compris ce qui leur arrivait.

Pendant ce temps Michel continue à appeler le syndicat en demandant "mais quand c’est que je vais retrouver mon travail !", Abdou se débat pour ne pas être expulsé d’un logement devenu trop cher pour lui, Rachida ne sait plus quoi dire à l’huissier qui lui réclame la totalité d’un crédit que les frais de « justice » ont considérablement grossi, Manu ou Abderrazak bricolent comme ils peuvent, Yves en veut au monde entier…

Pendant ce temps, préfet, direction du travail, Conseil Général de « gôche », qui en 3 ans n’ont pas levé le petit doigt pour les salarié-e-s mais ont continué, via des dispositifs censés faire reculer la pauvreté, à financer grassement l’opération, peuvent dormir tranquilles et espérer une promotion dans leurs instances respectives de la France d’aujourd’hui à l’identité sociale peu glorieuse...

A la dernière assemblée des salarié-e-s, sur 22 présents, seuls 2 avaient voté…il ne leur reste que leurs poings…

Post Scriptum :

Vous pouvez soutenir la lutte des salarié-e-s et leur procédure juridique en adressant vos dons à UL CGT des quartiers Nord 20 rue de Lyon 13015 Marseille.

Charles HOAREAU

http://www.rougemidi.org/spip.php?a...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
ADOMA (13) : Un jugement surréaliste, pour ne pas dire scandaleux !
15 avril 2010 - 16h59 - Posté par momo11

Pendant ce temps, préfet, direction du travail, Conseil Général de « gôche .
Qu’attendre de ces "gens",ils se partagent le gateau sur le dos des plus démunis.A+Charles.momo11



ADOMA (13) : Un jugement surréaliste, pour ne pas dire scandaleux !
16 avril 2010 - 08h35

écoeurée

courage à tous !







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite